La Vigie n° 117 : La Chine et le cœur de la terre | Regard sur l’Afrique du nord | Lorgnette : élections espagnoles

Lettre de La Vigie (8 mai 2019)

La Chine et le cœur de la terre

La Chine en réémergence est, aux yeux des États-Unis, le challenger. Pourtant, malgré son besoin de revanche sur des traités inégaux imposés par des “barbares” et ressentis comme une humiliation, elle n’a pas de volonté de puissance. Certes, son initiative “Ceinture et routes” visant à se recentrer à travers l’Asie constitue une ambition  géoéconomique majeure :  on peut la voir comme une relecture des fondateurs de la géopolitique anglo-saxonne et le dessein de contrôler le heartland. Cela impose de renouveler nos calculs stratégiques.

Pour lire l’article, cliquez ici

Regard sur l’Afrique du nord

L’Afrique du Nord est un espace stratégique mal identifié et agité par de multiples rivalités. Au centre la Libye écartelée connaît une forte poussée d’Est en Ouest qui a un effet négatif sur le Maghreb adjacent. La France doit se garder d’encourager cette dynamique perverse et promouvoir un espace maghrébin autonome du concept MENA.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : élections espagnoles

Les élections générales espagnoles du 28 juin n’ont pas tout à fait permis de dénouer la profonde crise politique du pays. Certes, le PS arrive en tête et s’il s’allie avec Podemos (gauche radicale), il arrive à 11 sièges de la majorité nécessaire pour gouverner. Face à lui, le Parti populaire a perdu beaucoup de sièges, perte mal compensée par Vox, une formation de droite radicale née d’une scission. Ce bloc de droite serait appuyé par le parti centriste, libéral et anti-indépendantiste, Ciudadanos.

Autant dire qu’aucune majorité « classique » de gauche n’est possible sans l’appui de petits partis. Les partis sécessionnistes catalans n’obtiennent que 39 % des voix, ce qui relativise la question indépendantiste dans un contexte de mobilisation électorale. P. Sanchez, le leader socialiste, pourrait s’appuyer sur ERC (gauche catalane) ou sur un parti basque et quelques indépendants.

Il reste que P. Sanchez ne voudra pas lancer un référendum sur l’indépendance de la Catalogne (même si on attend les élections régionales du 26 mai pour vérifier l’intensité du mouvement indépendantiste, en recul le 28 juin, cf. LV 94). Il faut espérer que la coalition fragile qui se mettra en place permettra de refroidir la crise sécessionniste.

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo :Visual Hunt :jzielcke on Visualhunt.com / CC BY-NC-ND

JDOK

Regards sur l’Afrique du Nord (LV 117)

L’Afrique du Nord est un espace stratégique mal identifié et agité par de multiples rivalités. Au centre la Libye écartelée connaît une forte poussée d’Est en Ouest qui a un effet négatif sur le Maghreb adjacent. La France doit se garder d’encourager cette dynamique perverse et promouvoir un espace maghrébin autonome du concept MENA.

Cette page est réservée aux abonnées Membre Abonné (3 mois) et Membre Abonné (1 an).
Se connecter S’inscrire

Incertain Maghreb

Le Maghreb fait partie de notre voisinage immédiat et constitue le pont entre l’Europe et l’Afrique. Il est au cœur de nos intérêts. Pourtant, les cinq pays du Maghreb, pour des raisons différentes, paraissent plus ou moins à bout de souffle entre aspirations internes et pressions externes. L’attentisme répond à l’effervescence mais annonce probablement des tumultes à venir, comme l’étude des cinq pays (Libye, Tunisie, Algérie, Maroc, Mauritanie) l’illustre.

Cette page est réservée aux abonnées Membre Abonné (3 mois) et Membre Abonné (1 an).
Se connecter S’inscrire

N° 45 (gratuit) : Médoc | Stratégie terrestre | Stratégie 2017 : vu de Moscou

Pour lire gratuitement ce numéro 45 de La Vigie, cliquez sur ce lien

45 stratégie terrestre

Extrait des articles présents dans cette lettre :

Médoc

C’est le nom abrégé de la Méditerranée occidentale. C’est aussi celui d’un espace d’importance stratégique pour la France, l’un des trois réservoirs potentiels de progrès décisifs pour notre pays, avec la francophonie et la perspective océanique déjà évoquée (cf. LV 41). Un espace clef à bien définir et considérer aux plans géopolitique, socioculturel et économique. Ce bassin dont nous sommes riverains concentre les défis et les multiples atouts d’un vrai foyer de la mondialisation. […]

Stratégie terrestre

Peut-on parler de stratégie terrestre ? Historiquement, elle constitue la matrice de tous les raisonnements stratégiques et les grands stratégistes se sont d’abord penchés sur elle. La stratégie navale est venue ensuite, sans parler des autres stratégies de milieu (aérienne, nucléaire, spatiale, cyber…) qui sont apparues au XXè voire au XXIè siècle pour la dernière. De Végèce à Machiavel, de Guibert à Clausewitz, de Jomini à Foch, les plus grands théoriciens ont d’abord pensé la guerre terrestre.

Désormais, le combat est interarmes, interarmées et intègre de multiples dimensions et milieux, au point qu’il est incongru de s’interroger sur la seule stratégie terrestre. Pourtant, il reste des armées de Terre qui doivent relever à elles seules des défis stratégiques. Alors qu’Eurosatory vient de se terminer, que l’armée de Terre française a adopté son modèle « Au contact », que les conditions d’emploi sont plus variées que jamais, il nous semble utile d’aborder cette stratégie. […]

Lorgnette : Le verrou sahraoui

Stratégie 2017 : vu de Moscou (Anna Dudar)

Ce qui caractérise la position stratégique actuelle de la France, c’est son appartenance à l’UE et à l’OTAN. Dès lors que la France est l’une des grandes places du système de relations transatlantiques, sa posture compte dans le dialogue entre États membres de l’UE et entre Européens et Américains. La France a pu ainsi compenser la perte d’un rôle politique global à la fin de la guerre froide. Mais le renoncement, lié à des divergences, à une active politique de solidarité avec ses partenaires a eu un impact négatif sur les intérêts de la France. […]

JDOK

Source image : http://www.defense.gouv.fr/actualites/articles/les-equipements-de-l-armee-de-terre-la-modernisation-en-marche

 Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf).

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique (n° 45 gratuit mais vous pouvez vous abonner) !

N° 39 : États-Unis : crise ou révolte ? | Dialectique nippone | Stratégie 2017 : vu de Rabat

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Extrait des articles présents dans cette lettre :

L’Amérique, crise ou révolte ?

La campagne des primaires américaines suscite une incompréhension horrifiée de la part des américanistes et politologues spécialistes du sujet : passe encore qu’un Bernie Sanders qui se déclare socialiste puisse tailler des croupières à Hillary Clinton (vu de l’intelligentsia européenne, il s’agirait presque d’une divine surprise), mais qu’une personnalité aussi atypique que Trump mène la course devant un Ted Cruz ultra religieux, voilà qui bouscule tous les cadres établis. Et au sens premier du mot, l’établissement. Comment ne pas voir que ces deux outsiders sont les deux faces d’une même médaille, celle de la remise en cause profonde du système ? La seule question qui reste pourtant sans réponse est la suivante : s’agit-il seulement de la crise d’adaptation d’un système vieillissant ou le signe d’une révolte plus profonde ? […]

Dialectique nippone

Nippon, c’est le vrai nom de ce vieux pays singulier qui se dit pacifique et attaché à la stabilité et à la prospérité de l’Asie. Japon, c’est le nom de cet État moderne de l’Asie de l’Est, au troisième rang économique mondial, qui a entrepris depuis cinq ans de rehausser sa posture stratégique régionale en redevenant une puissance normale. Une tension existe entre ces deux réalités profondes que dissiperont les élections en juillet, en arbitrant les évolutions en cours. […]

Stratégie 2017 : vu de Rabat (Jawad Kerdoudi)

La France dispose de deux atouts au niveau stratégique, de sécurité et de défense. Le premier est qu’elle est l’héritière des valeurs nées de la Révolution de 1789 : droits de l’homme, égalité, démocratie, état de droit. Le second est qu’elle dispose d’une armée moderne qui a la capacité de se projeter à l’extérieur. Le principal reproche qu’on peut faire à la stratégie française est une implication insuffisante dans la résolution du conflit israélo-palestinien et dans l’aide au développement économique et social des pays pauvres de la planète. […]

Source image : DonkeyHotey via Visualhunt.com / CC BY-SA

 Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique !

Quatre ans après le Printemps Arabe : le Maroc, son Roi et son Premier Ministre (T. Wattelle)

Nous sommes heureux de publier ce billet proposé par Tancrède Wattelle, étudiant en troisième année à Sciences Po Paris.

 

Au pouvoir depuis 2011, les islamistes « modérés » du Parti de la Justice et du Développement (PJD) sont à nouveau dans l’œil du cyclone en raison de leur volonté de réformer le code pénal en y ajoutant des articles influencés par leur lecture de l’islam. Alors que ce projet avait été introduit dans l’esprit de la Constitution de 2011 pour combattre certains archaïsmes, notamment sur le viol, la société civile s’est mobilisée pour refuser les dispositions prévues par la révision du Code pénal, introduisant la criminalisation de la rupture publique du jeûne pendant le ramadan, du blasphème ou encore des circonstances atténuantes pour les crimes d’honneur. Cette polémique montre bien la diversité des forces à l’œuvre au royaume chérifien, qu’elles soient islamistes, démocrates, royales ou associatives. On constate rapidement un déséquilibre entre le pouvoir omniprésent du Palais et la marge de manœuvre des islamistes, rapidement mis au pas par Mohammed VI. En effet, alors que l’arrivée d’Abdelilah Benkirane, secrétaire général du PJD, au poste de Premier Ministre avait suscité craintes d’un côté et espoirs de l’autre, ces deux sentiments ne semblent plus prévaloir actuellement. Quatre ans après le Printemps Arabe au Maroc, quelles conclusions pouvons-nous tirer de l’évolution de la situation économique, sociale et géopolitique du pays ?

 

Le roi Mohammed VI (à droite) et Abdelilah Benkirane, mardi au palais de Midelt, sur les hauteurs de l'Atlas. Source

Continue reading “Quatre ans après le Printemps Arabe : le Maroc, son Roi et son Premier Ministre (T. Wattelle)”