LV 124 : Du bon pied | Une belle séquence diplomatique | Lorgnette : acheter le Groenland

Lettre de La Vigie du 4 septembre 2019

Du bon pied

Repartir du bon pied en matière de sécurité après un été lourd de tensions, c’est pour la France accorder une vive attention à la sécurité publique. C’est ensuite chercher à réaménager l’espace stratégique de son voisinage géopolitique. C’est enfin se dégager des pièges que tend de façon inconsidérée une administration américaine qui souffle le chaud et le froid et déstabilise la gouvernance mondiale. Notons que de façon pragmatique, des avancées attendues sont aujourd’hui en cours de développement.

Pour lire la suite de l’article, cliquez ici

Une belle séquence diplomatique

Les sommets de chefs d’État servent souvent à peu de choses, sinon la mise en scène de l’entente supposée des dirigeants. C’est encore plus vrai des G7, habituellement. Pourtant, la fin d’été a vu une belle séquence diplomatique animée par le président Macron, qui a réussi à susciter une ouverture sur le dossier iranien et un accord sur la taxation des GAFA. Cela fut suivi par un discours aux ambassadeurs qui signale un changement de ligne et assurément un pragmatisme qui nous semble de bonne méthode

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : Acheter le Groenland

La proposition estivale de Donald Trump d’acheter le Groenland a suscité l’éternel flot de sarcasmes et provoqué une crise diplomatique avec le Danemark, qui demeure souverain sur l’île. Rappelons que l’idée n’est pas si absurde qu’il y paraît (les États-Unis ont déjà acheté Louisiane et Alaska et formulé deux propositions d’achat du Groenland par le passé), que l’Amérique y dispose de la base de Thulé, que l’intérêt géostratégique d’hier face à l’URSS est aujourd’hui renouvelé avec l’intérêt accru porté à l’Arctique, notamment par la Chine. Notons enfin que géologiquement, l’île est plus américaine qu’européenne.

Il reste que le Danemark demeure souverain, qu’il y a un statut d’autonomie (tout comme aux Féroé dont les récentes élections ont mis en avant les indépendantistes) et que cela pose la question de toutes ces îles du nord (Groenland, Féroé, Spitzberg/Svalbard) mais aussi, de la place que pourrait avoir l’Europe (non l’UE, compte-tenu de la non-appartenance de la Norvège) sur ces questions polaires. Autrement dit, au lieu de ricaner, s’y intéresser sérieusement. La France a paraît-il un ambassadeur pour les pôles : on ne l’a pas entendu sur le sujet.

JDOK

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo :La Moncloa - Gobierno de España on Visual hunt / CC BY-NC-ND

Belle séquence diplomatique (LV 124)

Les sommets de chefs d’État servent souvent à peu de choses, sinon la mise en scène de l’entente supposée des dirigeants. C’est encore plus vrai des G7, habituellement. Pourtant, la fin d’été a vu une belle séquence diplomatique animée par le président Macron, qui a réussi à susciter une ouverture sur le dossier iranien et un accord sur la taxation des GAFA. Cela fut suivi par un discours aux ambassadeurs qui signale un changement de ligne et assurément un pragmatisme qui nous semble de bonne méthode

This content requires that you purchase additional access. The price is 2.00€ or free for our Membre Abonné (3 mois) et Membre Abonné (1 an) members.

Purchase this Content (2.00€) Choose a Membership Level

Équation de la stratégie (LV 121)

La grande stratégie est l’art des combinaisons. L’équation de la stratégie de la France est simple à énoncer, mélange de défense d’intérêts, d’exercice de responsabilités, de valeurs assumées, d’atouts valorisés et de faiblesses compensées. Dans la friche stratégique actuelle elle est difficile à établir, notamment en présence d’une profonde crise européenne et d’une panne de multilatéralisme.

This content requires that you purchase additional access. The price is 2.00€ or free for our Membre Abonné (3 mois) et Membre Abonné (1 an) members.

Purchase this Content (2.00€) Choose a Membership Level

Dossier n° 11 : L’Algérie, le hirak et la France (gratuit)

La Vigie est heureuse de vous présenter son dossier stratégique n° 11  : L’Algérie, le hirak et la France (daté du 30 mai 2019). En effet, La Vigie suit attentivement le dossier maghrébin depuis de nombreuses années. Au centre du Maghreb et dans une relation ancienne à la France, il y a l’Algérie. Ce pays…

Cette page est réservée aux abonnées Membre Abonné (3 mois), Membre Abonné (1 an) et Membre Non-Abonné.
Se connecter S’inscrire

La Vigie n° 118 : La France et son armée nouvelle | Trump et le Moyen-Orient | Déception sud-africaine

Lettre de La Vigie du 22 mai 2019

 

La France et son armée nouvelle

La relation entre la France et ses forces armées évolue. Une armée globale émerge, intégrée, combattante, interarmisée, servie par un haut commandement expérimenté soutenant une politique dont la centralisation présidentielle est contrainte à la courte vue par un mandat court. La préservation des éco-systèmes des différentes armées est essentielle pour alimenter cette nouvelle armée tout comme l’entretien d’un écosystème stratégique militaire de niveau stratégique pour préserver la posture militaire de la France sur le long terme.

Lien vers l’article pour lire en ligne

Trump et le Moyen-Orient

Certains battent les tambours de guerre à Washington contre l’Iran. Est-ce à dire que le conflit est inéluctable ? Probablement pas pour deux raisons : d’abord, D. Trump n’est pas partisan des engagements militaires : s’il est brutal, ce n’est pas un faucon à la différence de beaucoup dans l’établissement. Au fond, il veut faire monter les enchères pour pousser les Iraniens à négocier en position de faiblesse un nouvel accord. Pas sûr que ceux-ci tombent dans le piège… Car Trump devient prévisible…

Lien vers l’article pour lire en ligne

Lorgnette : Déception sud-africaine

Vingt-cinq ans après la fin de l‘Apartheid en 1994, l’Afrique du sud a connu de nouvelles élections, marquées par une victoire attendue mais décevante de l’ANC, le parti héritier de N. Mandela. Il obtient certes 57 % des voix (en baisse de 4,5 %) mais il s’agit plus d’un vote d’habitude que de conviction, encore moins de résultats.

Le résultat a été accueilli par une gêne discrète et silencieuse : voici en effet la première puissance d’Afrique qui s’écroule lentement dans tous les domaines, notamment économique avec un taux de chômage « officiel » de 28 % et un PIB en chute libre. Le pays n’a pas procédé aux investissements nécessaires pour entretenir son parc industriel et minier et la sécurité est une des pires d’Afrique, continent qui a pourtant des références en la matière.

Certes, le nouveau dirigeant, C. Ramaphosa qui a succédé dans l’urgence en 2018 à Jacob Zuma a réussi à passer sous silence l’énorme scandale de corruption qui touchait ce dernier. La nouvelle élite s’est plus montrée prédatrice que réformatrice. La réforme annoncée de la terre risque de casser le dernier secteur fonctionnant encore un peu. Derrière la déception pointe l’inquiétude. Peu le disent…

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo : Ministère des armées (ici)

JDOK

La France et son armée nouvelle (LV 118)

La relation entre la France et ses forces armées évolue. Une armée globale émerge, intégrée, combattante, interarmisée, servie par un haut commandement expérimenté soutenant une politique dont la centralisation présidentielle est contrainte à la courte vue par un mandat court. La préservation des éco-systèmes des différentes armées est essentielle pour alimenter cette nouvelle armée tout comme l’entretien d’un écosystème stratégique militaire de niveau stratégique pour préserver la posture militaire de la France sur le long terme.

This content requires that you purchase additional access. The price is 2.00€ or free for our Membre Abonné (3 mois) et Membre Abonné (1 an) members.

Purchase this Content (2.00€) Choose a Membership Level

La Vigie n° 116 : Bien commun et défense | La révélation Notre-Dame | Lorgnette : Trump et Mueller

Lettre de La Vigie (24 avril 2019)

Bien commun et défense

Comment définir et défendre le bien commun pour la France dans l’émotion actuelle? On le supposera fruit d’un inacceptable commun et d’un désirable partagé. On s’inquiètera d’une distorsion larvée entre une population mobilisée dont les Gilets jaunes ont exprimé les frustrations et une élite politique qui veut valoriser à sa façon la France dans la mondialisation.

Lien vers l’article

La révélation Notre-Dame

L’incendie de Notre-Dame a immédiatement fait cesser toutes les conversations. Subitement, une “émotion patrimoniale” s’est manifestée, émotion collective et d’abord française face à un patrimoine touché. Bien public au-delà de toute valeur, la cathédrale mutilée a touché l’âme des Français car Notre-Dame réunissait les contraires, sacré religieux et sacré national à la fois. Certaines réactions officielles sont immédiatement apparues décalées, alors pourtant que l’élan international de compassion rappelait que le monde attend toujours quelque chose d’exceptionnel de la France. Cette attente de France est désormais trop souvent déçue par des dirigeants déracinés.

Lien vers l’article

Lorgnette : Trump et Mueller

Le rapport Mueller a donc été rendu public et voici l’opposition au président Trump fort désappointée : il n’y a pas eu collusion ni même d’entrave directe à la justice.

Rendons d’abord hommage à cette démocratie américaine, capable de remettre en cause un président par une enquête publique et en même temps de reconnaître, à son terme, qu’il n’y a pas faute (même s’il y a bien des ambiguïtés). Non que Trump fût parfaitement honnête, non qu’il n’y eût des embrouilles, non que les Russes n’aient voulu influencer l’élection : mais rien en tout cas qui dépasse les limites et les pratiques.

Au grand dam des Démocrates. Car l’essentiel de leur discours politique depuis deux ans reposait sur « l’élection volée ». Or, D. Trump a gagné « à la régulière » (face à une mauvaise campagne d’une mauvaise candidate) et surtout, il manifeste une évolution radicale déjà démontrée par B. Obama : celle qui refuse la mainmise d’un établissement dictant ce qu’il faut dire et penser mais servant finalement les intérêts de quelques-uns. Et donc, l’aspiration à un vrai retour démocratique qui était passé de mode sous l’emprise de l’économisme (LV 88). La leçon donnée ne vaut-elle pas aussi pour l’Europe et la France !

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo :Visual Hunt : https://visualhunt.com/f2/photo/47563907512/6b3142ae80/

JDOK

La Vigie n° 115 : Europe et fantasme | Figures stratégiques libres | Lorgnette : Manifestations en Afrique

Lettre de La Vigie (10 avril 2019)

Europe et fantasme

Les pro-européens français, incluant les fédéralistes, sont sincèrement persuadés que cette option sert l’intérêt du pays. Il s’agit pour eux de profiter de l’Europe comme multiplicateur de puissance mais aussi de composer avec leur complexe d’infériorité envers l’Allemagne. L’UE serait ainsi le seul moyen de tenir face à une mondialisation sauvage. Si ça n’a pas réussi jusqu’à présent, c’est qu’on n’est pas allé assez loin ni assez fort, non par erreur de méthode et de calcul stratégique. Autrement dit, ils répondent à leur hantise du déclin en voulant se fonder dans une UE vue comme une “plus grande France”, ce qu’elle n’est pas, à l’évidence.

Lien vers l’article

Figures stratégiques libres

Comment se présente pour la France les rapports de puissance avec ses voisins européens, mais aussi avec la Chine, la Russie et les États-Unis, le triangle stratégique qui domine actuellement la scène internationale? Peut-elle se contenter de la réponse européenne et s’abriter derrière la méthode multilatérale?

Lien vers l’article

Lorgnette : Manifestations en Afrique

Les Gilets jaunes inspirent les peuples. Voici donc une vague de manifestations pacifiques qui sont en train de changer le cours de l’histoire. Le cas est évident en Algérie, où les masses populaires, jetées dans les rues, ont réussi à forcer le départ du président Bouteflika, en attendant celui des autres. Mais c’est vrai aussi au Soudan où, depuis quatre mois et dans l’inattention générale, le peuple manifeste contre le régime d’Omar el Béchir. Non loin, de grandes manifestations ont eu lieu au Mali contre le président IBK (pourtant réélu l’an dernier), déplorant l’inefficacité des forces internationales et la corruption du système. Enfin, au Venezuela l’opposant J. Guaido tient tête au président Maduro grâce à ses partisans dans la rue.

Il n’est pas dit que tous ces mouvements réussissent à faire fléchir les pouvoirs en place. Constatons simplement leur multiplication, dans des sociétés très diverses et aux systèmes politiques variés. Et rappelons-nous que des mouvements similaires, en Europe de l’Est, avaient suscité la chute des régimes socialistes, les transitions vers les droits civiques et donc la fin de la Guerre froide. Nous sommes donc peut-être en face d’un mouvement plus profond qu’il n’y paraît. À surveiller.

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo :Visual Hunt : https://visualhunt.com/photo/15320/

JDOK

Des anomalies à l’anomie stratégique (LV 112)

La parole militaire a bien du mal à trouver sa place dans le débat stratégique actuel. Pourtant de multiples anomalies en matière de stratégie militaire générale s’accumulent annonçant une inacceptable anomie stratégique si on n’y prend garde. Il faut susciter et mobiliser l’expertise militaire pour y faire face.

Cette page est réservée aux abonnées Membre Abonné (3 mois) et Membre Abonné (1 an).
Se connecter S’inscrire

La Vigie n° 109 : Lecture tactique des Gilets jaunes | L’Europe écartelée | Lorgnette : vertueux Canada ?

Lettre de La Vigie n° 109 (16 janvier 2019)

Lecture tactique des Gilets Jaunes

Le mouvement des Gilets jaunes perdure. Tactiquement, il manifeste la conjonction d’une mobilisation numérique et d’un enracinement territorial micro-local, passant des réseaux sociaux au blocage des réseaux routiers. Face aux forces de l’ordre, il démontre une extrême fluidité qui manifeste l’opposition de deux styles, que ce soit face aux forces de l’ordre ou à la communication gouvernementale : c’est le gazeux contre le solide, l’essaim contre le bâton, l’humour contre le discours austère. Confronté à cette disruption du politique, le gouvernement serait inspiré de changer de logiciel. Lien vers l’article.

L’Europe écartelée

Les élections européennes de juin ne seront qu’un prétexte pour se compter. Pourtant, la tempête politique a gagné tout le continent alors que l’UE attend la relève de sa gouvernance collective. Faute de profondeur stratégique suffisante, elle a perdu sa centralité initiale, son homogénéité civilisationnelle et son utilité pour les peuples européens. C’est le prochain défi à relever après celui des Gilets jaunes. Lien vers l’article.

Lorgnette : Vertueux Canada ?

Le Canada s’est brouillé quasiment officiellement l’été dernier avec l’Arabie Séoudite pour une affaire de droits de l’homme, allant jusqu’à remettre en cause certains programmes d’armement signés avec le Royaume. Plus récemment, on apprenait que le Canada « réaffirmait avec force son rejet du régime de Maduro » au Venezuela. De prime abord, on admire ce petit pays qui place ses scrupules moraux parmi les critères de sa politique étrangère.

Constatons pourtant que les choses sont peut-être moins simples. Ainsi, pour le Canada, l’Arabie comme le Venezuela sont des concurrents pétroliers : en effet, le Canada dispose d’huile lourde (comme ses deux concurrents), huile qui permet, par mélange, de raffiner les huiles de schiste américaines. Ils sont donc du même club.

Et ceci intervient dans le contexte politique nord-américain : il faut ici rappeler le projet de pipeline Keystone XL phase IV qui fut rejeté par Obama mais approuvé par Trump en 2017. Or, ce tube va permettre d’alimenter les raffineries américaines en brut lourd venant de l’Alberta et concurrent du lourd vénézuélien. C’est certainement une coïncidence mais parfois, les affaires s’accordent bien à la morale.

JDOK

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT).

Source photo : ici