LV 241 : Raids proche-orientaux et seuils de dissuasion | Les découplages de l’Otan | Lorgnette : 7 ans après

Lettre de La Vigie du 1er mai 2024

Raids proche-orientaux et seuils de disuasion

L’attaque réciproque de l’Iran et d’Israël, au cours de ce mois d’avril, a été la première agression directe contre l’Etat hébreux depuis des décennies : un seuil d’escalade a été franchi. Mais il oppose deux puissances du seuil nucléaire : la grammaire classique de la dissuasion s’applique-t-elle toujours ?

Pour lire l’article, cliquez ici

Les découplages de l’Otan

L’entrée des premières troupes russes en Ukraine a incité les pays membres de l’OTAN à soutenir le pays envahi. Des voix européennes ont alors proclamé que l’Alliance se renforçait, preuves en étaient l’adhésion de la Suède et de la Finlande. Pour autant, des mécanismes de découplage (pas seulement transatlantique) sont à l’œuvre, menaçant sa pérennité.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : 7 ans après

7 ans après un 1er discours de la Sorbonne (LV 107), 3 pages de texte en plus, qu’en est-il de la France et de l’Europe ? Des réussites énumérées, des constats encore implacables, des progrès à réaliser, des incitations à construire le pilier européen de l’Alliance, à bâtir des stratégies communes, à appliquer la boussole stratégique, à repenser les politiques énergétique et agricole, à utiliser l’arme nucléaire française pour protéger l’Europe…

Rien de fondamentalement nouveau si ce n’est que l’on devine à demi-mots l’impact des frondes des paysans face à l’augmentation des prix de l’énergie. Nous avons déjà traité de ces questions dans un précédent numéro (LV 237), ce qui donne à ce discours un ton étonnant. Peut-on resservir sans cesse les mêmes constats, les mêmes propositions en pariant sur l’amnésie des auditeurs ? Une partie de la presse allemande s’est d’ailleurs fait l’écho de cette perplexité alors que les chroniqueurs français n’ont pas hésité à évoquer une « rupture stratégique »… L’Europe serait ainsi à un tournant face à des puissances désinhibées, à un risque de décrochage, à la bataille des imaginaires. « Je suis venu vous parler d’Europe » était-il dit il y a 7 ans.

Et si nous passions maintenant aux actes ?

JOVPN

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici) (ou ici pour la version anglaise), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo :Chris Devers on Visualhunt

Raids proche-orientaux et seuils de dissuasion (LV 241)

L’attaque réciproque de l’Iran et d’ISraêl, au cours de ce mois d’avril, a été la première agression directe contre l’Etat hébreux depuis des décennies : un seuil d’escalade a été franchi. Mais il oppose deux puissances du seuil nucléaire : la grammaire classique de la dissuasion s’applique-t-elle toujours ?

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois et Abonnement 1 an members.

Acheter cet article (3.00€) Choisir un abonnement

LV 238 : Dissuasion et contournement | Impossible victoire | Lorgnette : Implosion de la Cédéao ?

Lettre de La Vigie du 20 mars 2024

Dissuasion et contournement

La nature même de la guerre en Ukraine nous interroge sur le rapport entre dissuasion et action conventionnelles. La recherche d’une intégration complète des actions militaires, au travers d’une approche en milieux physiques et champs immatériels, offre de manière paradoxale des possibilités plus fortes de contournement de la dissuasion par le bas du spectre. Cette question d’un éventuel contournement apparaît d’ailleurs de plus en plus critique pour l’Alliance atlantique, avec les enjeux liés à la crédibilité des moyens et à la solidarité entre Alliés, à l’heure des élections américaines.

Impossible victoire

Le mot de victoire paraît évident mais il recèle bien des pièges, tant il est marqué par l’histoire et un modèle occidental de la guerre. Or, les conflits de l’après-Guerre froide et les guerres les plus récentes montrent l’inadaptation de ce concept. Il nous faut repenser la victoire et la considérer comme une illusion : d’autres objectifs doivent être recherchés.

Lorgnette : L’implosion de la CéDéAO ?

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) vit des moments difficiles. Cette organisation « sous-régionale » (comme dit le jargon africain) réunissait 15 membres d’Afrique de l’Ouest et du Sahel, du Nigéria au Sénégal et au Niger (mais sans la Mauritanie qui l’a quittée en 2000). Ayant une vocation à l’origine économique, elle s’adjoint à la fin des années 1990 une mission sécuritaire (création de l’Ecomog). Elle s’essaya à la médiation de crise (Mali 2013, Gambie 2017). Ses membres discutèrent à partir de 2019 d’une monnaie commune qui pourrait remplacer le franc CFA. Elle attirait puisque le Maroc et la Mauritanie demandèrent en 2017 à la rejoindre.

Mais les coups d’État à partir de 2021 entravent ce processus. Mali et Guinée sont suspendus, suivis du Burkina-Faso, quand le Niger voit ses transactions commerciales exclues et que certains évoquent une intervention militaire de l’organisation pour rétablir le président Bazoum. La rupture s’accentue puisqu’en janvier 2024, le Burkina, le Mali et le Niger annoncent quitter l’organisation. Le cœur sahélien s’éloigne du golfe de Guinée. L’avenir est incertain, comme suspendu.

JOVPN

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici) (ou ici pour la version anglaise), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo : Djof on VisualHunt.com

Dissuasion et contournement (LV 238)

La nature même de la guerre en Ukraine nous interroge sur le rapport entre dissuasion et action conventionnelles. La recherche d’une intégration complète des actions militaires, au travers d’une approche en milieux physiques et champs immatériels, offre de manière paradoxale des possibilités plus fortes de contournement de la dissuasion par le bas du spectre. Cette question d’un éventuel contournement apparaît d’ailleurs de plus en plus critique pour l’Alliance atlantique, avec les enjeux liés à la crédibilité des moyens et à la solidarité entre Alliés, à l’heure des élections américaines.

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois et Abonnement 1 an members.

Acheter cet article (3.00€) Choisir un abonnement

Dissuader la Russie d’attaquer un pays européen (JD)

Dans le prolongement du billet sur la dissuasion européenne publié dans LV 237, voici une réflexion diffusée par la Revue politique et parlementaire le 8 mars. Elle propose une forte mise en évidence de la solidarité militaire des Etats membres de l’Union européenne liés par l’engagement du traité de Lisbonne (§ 42-7) à laquelle la France apporte la caution de sa dissuasion nucléaire stratégique. Mieux que tout engagement militaire au sol en Ukraine, elle protège les pays européens de la ligne de front d’une agression russe qu’ils redoutent et impose une désescalade en Ukraine.

Crédit photo : www.revistaejercitos.com

Continue reading « Dissuader la Russie d’attaquer un pays européen (JD) »

LV 237 : Dissuasion européenne | Souveraineté économique | Lorgnette : Elections en Iran

Lettre de La Vigie en date du 6 mars 2024

Dissuasion européenne

Les récents propos du candidat Trump conditionnant la protection américaine dans l’Otan à l’effort de défense européen ont relancé le débat sur la dissuasion européenne. En cas de défaut stratégique américain à l’égard des alliés européens, la force de frappe française pourrait-elle prendre le relais pour sanctuariser les pays de l’UE ? LV fait un point de situation détaillé de cette question sensible à un moment où la pression russe se fait particulièrement agressive.

Pour lire l’article, cliquez ici

Souveraineté économique

Le retour en grâce du terme souveraineté ne doit pas cacher les difficultés qu’il sous-entend : est-on souverain dans un domaine lorsqu’on ne maîtrise pas tous ses éléments constitutifs ? L’État a-t-il les moyens de défendre les entreprises qu’il compte conserver souveraines ? La souveraineté peut-elle faire fi du management des entreprises et de leur forme juridique ? Alors que le monde a profondément évolué, une nouvelle acception du terme souveraineté s’avère nécessaire.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : Elections en Iran

Les élections iraniennes se sont déroulées vendredi dernier : elles sont marquées par une abstention record (41 %) même si officiellement les conservateurs ont gagné. À vaincre sans péril on triomphe sans gloire. Cette hostilité marque la déception d’un pays à l’encontre des résultats du pouvoir : les aspirations à plus de liberté se succèdent avec un énième mouvement de révolte (LV 202), en septembre dernier, après le décès de Mahsa Amini qui ne respectait pas le voile sur la tête, révolte encore une fois réprimée dans le sang. Mais les difficultés économiques pèsent aussi (50 % d’inflation).

En désignant l’Assemblée des experts, l’élection prépare aussi la succession du « guide », Ali Khamenei, qui a 88 ans. En verrouillant à ce point la société, le régime montre une certaine fébrilité intérieure alors pourtant que sa diplomatie marque des points, réussissant à renouer avec l’Arabie Séoudite et évitant la confrontation avec Israël tout en incarnant le camp du refus. Les relations avec la Russie et la Chine ont été renforcées.

Ainsi, l’Iran attend les élections américaines (en pariant sur Trump) et la succession du Guide. Le ciel peut attendre. Le peuple iranien aussi.

JOVPN

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici) (ou ici pour la version anglaise), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo : Mammut chez Pixabay (ici)

DIssuasion européenne (LV 237)

Les récents propos du candidat Trump conditionnant la protection américaine dans l’Otan à l’effort de défense européen ont relancé le débat sur la dissuasion européenne. En cas de défaut stratégique américain à l’égard des alliés européens, la force de frappe française pourrait-elle prendre le relais pour sanctuariser les pays de l’UE ?  LV fait un point de situation détailléde cette question sensible à un moment où la pression russe se fait particulièrement agressive.

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois et Abonnement 1 an members.

Acheter cet article (3.00€) Choisir un abonnement

LV n° 213 : Afrique adieu ! | Nouvelles questions nucléaires | Lorgnette : Accord arabo-persique

Lettre de La Vigie du 15 mars 2023

Afrique adieu !

Du discours de Ouagadougou en 2017 à celui de Paris en 2023, une constante apparaît : l’inexistence de la politique africaine de la France. À cela s’ajoutent des relations délicates que l’on voit dans des gestes peu diplomatiques. Face à ce constat, sommes-nous condamnés à dire : Afrique adieu ?

Pour lire l’article, cliquez ici

Nouvelles questions nucléaires

Obnubilés par la guerre en Ukraine, nous ne voyons pas les profondes modifications stratégiques qui s’exercent ailleurs, par exemple dans le domaine nucléaire : fin du monopole balistique, ambiguïté des porteurs, sanctuarisation agressive, décès du contrôle des armements, mise en question de la non-prolifération sont autant de questions qui rétroagissent sur le théâtre européen.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette: Accord arabo-persique

La récente annonce d’un accord irano-séoudien, conclu qui plus est sous les auspices de la Chine, a sonné comme un coup de tonnerre. L’Arabie annonçait depuis quelque temps sont désir de s’affranchir du pacte du Quincy (LV 205). Elle n’a pas signé les accords d’Abraham entre Israël, les EAU et Bahreïn et le récent raidissement israélien ne doit pas la rassurer. Quant à l’Iran, la poursuite de l’enrichissement d’uranium malgré les sanctions et les négociations du JCPOA, l’entente avec la Russie et la récente grogne populaire favorisent un changement de posture stratégique.

L’accord donne l’impression d’un simple rétablissement des relations diplomatiques entre Riyad et Téhéran. Il semble comporter une dimension sécuritaire dont on verra la mise en œuvre au Yémen, où les Séoudiens semblent négocier tandis que les EAU et les Américains s’y refusent. Au fond, l’Arabie semble vouloir diversifier ses sources de sécurité et ne s’en remet plus uniquement aux États-Unis. Washington qui s’est désintéressé du Moyen-Orient paye ainsi son abstention et sa perte de crédit. Quant à la Chine, elle réunit deux des principaux fournisseurs d’hydrocarbures : cela lui suffit.

Le puzzle bouge dans la région…

JOCVP

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici) (ou ici pour la version anglaise), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Nouvelles questions nucléaires (LV 213)

Obnubilés par la guerre en Ukraine, nous ne voyons pas les profondes modifications stratégiques qui s’exercent ailleurs, par exemple dans le domaine nucléaire : fin du monopole balistique, ambiguïté des porteurs, sanctuarisation agressive, décès du contrôle des armements, mise en question de la non-prolifération sont autant de questions qui rétroagissent sur le théâtre européen.

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois et Abonnement 1 an members.

Acheter cet article (3.00€) Choisir un abonnement

Pourquoi n’a-t-on pas dissuadé Vladimir Poutine d’envahir l’Ukraine ? – Réflexions autour de la dissuasion comme pratique des relations internationales (S. Audrand)

Nous sommes heureux de publier ce texte de Stéphane Audrand qui est consultant en risques internationaux (à son compte depuis 2013), historien (de formation) et officier de réserve (marin, en poste à la DGRIS). LV

Pourquoi n’a-t-on pas dissuadé Vladimir Poutine d’envahir l’Ukraine ? C’est une question récurrente depuis le 24 février 2022. Indéniablement, les mécanismes internationaux de sécurité collective censés décourager le recours à la guerre ont échoué, de même que les tentatives directes de dissuader Vladimir Poutine.

Source

Or la réponse à cette question de l’échec de la dissuasion est loin d’être triviale : si la dissuasion est une pratique immémoriale, qui renvoie à une médiation entre individus autour d’un acte que certains souhaitent empêcher d’être commis, elle revêt à l’ère nucléaire une importance cruciale pour la sécurité des nations et l’avenir de la planète. Se pencher sur tout échec de la dissuasion est donc primordial pour espérer corriger les processus qui auraient pu, qui auraient dû permettre d’éviter la guerre. S’agissant de l’invasion de l’Ukraine, il est vraisemblable que la dissuasion a été mise en échec par un mauvais calcul stratégique, de part et d’autre : si le déclenchement de la guerre est sans équivoque de la responsabilité de Vladimir Poutine, cela ne veut pas dire que l’Ukraine et ses soutiens n’ont pas fait quelques erreurs de signalement qui ont échoué à dissuader le maître du Kremlin. Si le président russe a sans doute sous-estimé le coût et les risques de son action et surestimé les bénéfices, les pays occidentaux ont sans doute été inefficaces dans les signaux à envoyer à la Russie, nécessaires pour le calcul stratégique rationnel. Et, sur le plan irrationnel, nous n’avons pas suscité la peur.

Pour mieux appréhender la complexité du dialogue qu’est la dissuasion, il n’est pas inutile de revenir à quelques fondamentaux de ce qui reste, au-delà des théories, une pratique quotidienne entre États, toujours changeante. Le mythe de la « stabilité stratégique » doit plutôt céder la place à la reconnaissance d’une perpétuelle « instabilité corrigée en temps réel ».

Continue reading « Pourquoi n’a-t-on pas dissuadé Vladimir Poutine d’envahir l’Ukraine ? – Réflexions autour de la dissuasion comme pratique des relations internationales (S. Audrand) »