La Vigie n° 102 : Le SNU prend son temps – L’Ouzbékistan et le grand jeu – Lorgnette : reflux

Lettre La Vigie n°102- 10 octobre 2018. Nouvelle procédure !

La Vigie fait évoluer la procédure de lecture ; autrement dit, vous pouvez désormais :

  • lire directement à l’écran les articles (pour peu que vous en ayez acquis les droits, soit par achat unitaire à 2,5 €, soit par abonnement : découverte à 17€, annuel à 70 €, organisations à 300 €)
  • ou lire en pdf comme avant (si vous êtes abonnés)

Pour cela, les abonnés n’ont comme d’habitude qu’à saisir leur login et mot de passe (enregistrez les sur votre ordinateur, que ce soit plus pratique pour vous) et lire l’un puis l’autre à l’écran, ou avoir l’option de lire le numéro en pdf (aller dans la page archive pour le télécharger). Les nouveaux lecteurs peuvent quant à eux s’abonner ou acheter l’article à l’unité.

Ce billet de présentation vous donne les résumés (avec lien vers les articles proprement dits) et, nouveauté, la lecture libre de la lorgnette ! Nous espérons que ces nouvelles facilités aideront votre confort de lecture.

Le SNU prend son temps.

La mise au point du SNU est laborieuse, c’est que l’enjeu est d’importance puisqu’il vise à une resocialisation de la France pour renforcer la cohésion nationale. Pour atteindre cet objectif essentiel qui doit prendre sa place dans la formation des jeunes, il faut développer un système tout entier fondé sur un large parcours de préparation débouchant sur un appel à la responsabilité citoyenne à la majorité civile. Le développer et le mettre en œuvre prendra du temps.

Lien versLe SNU prend son temps

L’Ouzbékistan et le grand jeu

L’Asie centrale connaît des évolutions rapides, marquées notamment par le changement de cours en Ouzbékistan. En se réconciliant avec le Tadjikistan, en organisant un forum régional, en proposant une approche commune sur l’Afghanistan face à l’apparition des affiliés de l’État Islamique, Tachkent montre un dynamisme intéressant. Mais sans nul doute, même si le contrôle politique demeure vigoureux, l’Ouzbékistan cherche à relancer son économie et surtout à profiter du projet Chinois de nouvelles routes de la soie : pour Tachkent, cela consiste à renouer avec un passé glorieux qui durant plus d’un millénaire a assuré la prospérité de la région.

Lien versOuzbékistan, le grand jeu“,

Lorgnette :

Trois rapprochements entre frères ennemis, trois négociations méritent notre attention : entre Kosovo et Serbie, Éthiopie et Érythrée, entre les deux Corées. Trois situations de crise ouverte dans lesquelles la France a été impliquée et qui engagent ses intérêts stratégiques. On connaît la nouvelle donne inter-coréenne après le sommet de Singapour du 10 juin entre présidents américain et nord-coréen : le rapprochement se poursuit. Mais a-t-on observé, bien plus près de nous, la perspective esquissée entre Kosovars et Serbes : un échange de territoires avec rectification de frontières (l’échange de la région serbe au Nord de Mitrovica et la région Sud albanaise de la vallée du Présovo) pour solde de tout compte entre ces deux communautés qui se firent la guerre ? Nouvelle forme d’épuration ethnique ? Ouverture de la boite de Pandore balkanique ? Plus loin, en Mer rouge, l’Éthiopie se désenclave économiquement en nouant avec l’Érythrée un accord de paix et d’amitié. Les investisseurs affluent et la carte de la Corne de l’Afrique se rationalise en s’apaisant. Qui l’eût dit il y a un an ? Qui eût également prédit l’accord Vatican-Chine ?

JDOK

Abonné? lisez directement la lettre en cliquant sur ce lien!

Photo crédit :  dalbera on Visual Hunt / CC BY

Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf)

 

Le SNU prend son temps

Le SNU prend son temps. La mise au point du SNU est laborieuse, c’est que l’enjeu est d’importance puisqu’il vise à une resocialisation de la France pour renforcer la cohésion nationale. Pour atteindre cet objectif essentiel qui doit prendre sa place dans la formation des jeunes, il faut développer un système tout entier fondé sur un large parcours de préparation débouchant sur un appel à la responsabilité citoyenne à la majorité civile. Le développer et le mettre en œuvre prendra du temps.

Lien vers “Ouzbékistan, le grand jeu“, autre article du numéro 102

Vous devez créer un compte pour accéder à ce contenu.

Cliquez-ici pour choisir un type de compte.

L’Ouzbékistan et le grand jeu

L’Asie centrale connaît des évolutions rapides, marquées notamment par le changement de cours en Ouzbékistan. En se réconciliant avec le Tadjikistan, en organisant un forum régional, en proposant une approche commune sur l’Afghanistan face à l’apparition des affiliés de l’État Islamique, Tachkent montre un dynamisme intéressant. Mais sans nul doute, même si le contrôle politique demeure vigoureux, l’Ouzbékistan cherche à relancer son économie et surtout à profiter du projet Chinois de nouvelles routes de la soie : pour Tachkent, cela consiste à renouer avec un passé glorieux qui durant plus d’un millénaire a assuré la prospérité de la région.

Lien vers “Le SNU prend son temps“, autre article du numéro 102

Vous devez créer un compte pour accéder à ce contenu.

Cliquez-ici pour choisir un type de compte.

L’Empereur et le Félin (Le Cadet n° 54)

Les vacances furent studieuses et corses : l’exposition « Napoléon Stratège » aux Invalides, le numéro hors-série de Guerres & Histoire sur les 45 batailles du quidam, et un article dans le DSI de rentrée sur les rapports de l’Empereur avec ses maréchaux. Avec en filigrane cette interrogation qui hante nos stratèges : peut-on dupliquer ses victoires et suppléer à son génie par la technologie ?

Source

On le sait, l’épopée napoléonienne tient à la conjonction de trois facteurs : une individualité hors du commun, une nation qui déborde comme jamais de ses pesanteurs, un outil et une culture militaires en avance sur leur temps. Mais il ne suffit pas d’avoir des soldats endurants et des canons performants, encore faut-il avoir l’instrument tactique pour les exploiter au mieux. Bonaparte avait hérité la division Carnot et des généraux de l’An II qui avaient fait des prodiges avec cette panzerdivision avant l’heure. Car c’est ce qui cloche dans les modélisations qui présentent un chef génial donnant ses ordres à une masse obéissante et à des officiers dévoués mais piètres tacticiens : l’oubli des commandants des grandes unités qui n’étaient pas de simples exécutants d’un plan préconçu mais de véritables décisionnaires. Quand on se plonge dans le récit de ses batailles on réalise vite que Napoléon Bonaparte, qui ne fut jamais divisionnaire, attendait que les initiatives de ses maréchaux et généraux, ou les fautes de ceux d’en face, lui suggèrent une manœuvre conclusive. Encore fallait-il que les enfants de Lazare Carnot aient chacun suffisamment de puissance pour agir ; c’est ce que Napoléon leur offrit en passant de la division au corps d’armée.

La logique est désormais inverse et la pyramide fonctionne de haut en bas : la numérisation du champ de bataille atomise, disperse et bureaucratise. L’armée se voit comme un tout dont aucune partie ne peut manœuvrer seule, alors que le principe des corps d’armée était de les rendre autonomes jusqu’à l’engerbement la veille des batailles. Le combattant engoncé dans son Félin, sous surveillance constante du sommet, est devenu l’esclave de sa GoPro et l’exécutant servile d’un plan qui se veut global parce qu’il est décidé dans une War Room à trois mille kilomètres de sa bulle opérationnelle (1). Un colonel de la Garde était plus autonome qu’un Marsouin au Niger et l’article de 1999 du général Charles C. Krulak, « The Strategic Corporal : Leadership in the Three Block War », n’était que de l’enfumage. La France de 2018 a renoncé à ce qu’elle savait bien faire, pour se fondre dans une guerre que les Américains ne gagneront jamais. On est passé du « sans vouloir interférer » de Gamelin, à « je vais me mêler de tout puisque la technologie me le permet ». Mais c’est toujours l’erreur de 1940, que Napoléon n’aurait jamais faite. Vive l’Empereur !

Le Cadet (n° 54)

  • « British Mission Command and performance has regressed, largely as a result of our headquarters incorporating American military information technology as well as replicating American headquarters structures and manning. » Eitan Shamir, Transforming Command, Stanford University Press, 2011, cité dans « Mission Command : The Fall of Strategic Corporal & Rise of the Tactical Minister », article du 23 avril 2017 non signé sur le site Wavell Room. « During recent counterinsurgency operations we have employed increased quantities of manpower, technology and process to try and make sense of the exponentially increasing volumes of information piped into an increasingly static headquarters. These bloated headquarters have bred a culture of over planning and control. The information technology revolution has allowed Ministers and UK based senior officers to directly reach down to the tactical level in distant operational theatres. General Lamb in his speech “In command and out of control” described a creep at the National Level to from Mission Command to Mission Control. Prolonged campaigning in Iraq and Afghanistan has created an expanded bureaucracy with a function of identifying and mitigating risk that has not receded. »

La Vigie 101 : Le retour des services militaires – Codage génétique stratégique – Vu de la Lorgnette : Vision stratégique du CEMA

Lettre La Vigie n°101- 26 septembre 2018 Abonné? lisez directement la lettre en cliquant sur ce lien!

 

 

Le retour des services militaires

Le Service national universel qui est établi en France n’aura que très peu de caractère militaire : un service militaire est souvent considéré comme désuet. Pourtant, plusieurs pays sont en train de le réinstaller, en Europe et en Afrique. Les raisons sont diverses : stratégiques, militaires, sociales ou politiques, avec souvent un mélange de toutes ces raisons. Ce mouvement est-il une simple coïncidence ou traduit-il quelque chose de plus conséquent ? Quelle est sa signification stratégique ? Peut-on en tirer des idées pour le SNU français, par exemple l’initiation à un module de cybersécurité à destination de tous les jeunes qui y passeront ?

 

Codage génétique stratégique

Les pays européens à la carte de visite marquée par de fortes expériences stratégiques nationales ont bien du mal à se retrouver dans un projet européen qui tend à converger avec une mondialisation qui s’essouffle. C’est que les peuples du vieux monde ont un vrai code stratégique propre dont les États ne peuvent s’affranchir et que la génétique économique de l’UE ne peut guère prendre en compte. Ailleurs pourtant des affirmations de puissance américaines, russes, chinoises ou turques bousculent sans complexe les règles du jeu des rapports de force. La France ne s’y retrouve pas facilement.

 

Lorgnette : Vision stratégique du CEMA

JDOK

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique !

Photo crédit :  mariko2 on Visualhunt / CC BY-NC

Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf)

 

 

 

 

 

La Méditerranée, conquête, puissance, déclin (J.-P. Gourévitch)

S’agit-il d’un essai ? d’un conte ? en tout cas, Jean-Paul Gourévitch a une très belle plume pour nous raconter des choses sérieuses avec vista et nous emmener de l’Antiquité à nos jours autour de la Méditerranée. L’objectif de l’auteur consiste en effet à reprendre les différents “rêves” de la Méditerranée. Le lecteur retrouve ici l’approche classique de l’école française de géopolitique qui s’interroge toujours sur les représentations géopolitiques. Mais alors que celles-ci sont souvent vues des peuples, J.-P. Gourévitch élargit  la méthode pour s’interroger aussi sur le rêves de certains dirigeants (Justinien, Soliman, Hitler, Nasser ou Sarkozy).

Ainsi, au lieu d’un traité strictement historique ou de géographie politique, l’auteur montre que la Méditerranée échappe à tous les rêves que l’on en fait, à toutes les approches unifiées que l’on en a. Elle ne peut être dominée malgré son unité apparente. Objet de désirs, on ne peut l’obtenir alors pourtant qu’elle ne cesse de les susciter. La Méditerranée devient une tentatrice qu’on ne peut conquérir et pour laquelle on s’épuise.

Tout commence avec Ulysse, premier héros méditerranéen mais qui a la prudence de refuser l’illusion de l’éternité proposée par la nymphe Calypso, afin de retrouver l’Ithaque prosaïque. Les Romains ont un autre rêve, celui du Mare Nostrum, celui du lac intérieur. Il est de courte durée car la bataille d’Actium, qui voit le triomphe d’Octave,  futur Auguste et fondateur de l’empire, marque finalement la coupure de la Méditerranée en deux, cette coupure durable qui court encore de nos jours. Justinien, l’empereur byzantin du VIè siècle (celui de Théodora et de Bélisaire) espère réunifier la mer intérieure : il s’y épuise et échoue. C’est d’ailleurs l’épuisement de l’empire byzantin (qui s’affronte aux Perses) qui permettra la fulgurante razzia musulmane, au siècle suivant. Les rivages est et sud sont dominés, l’ouest également avec la saisie de l’Espagne mais le nord reste chrétien. Le croissant ne dominera pas le pourtour méditerranéen, encore moins la mer qui le définit.

En réaction, la Chrétienté rêve de reprendre le contrôle de ces rivages et notamment de la Terre Sainte : cela sera l’épisode des Croisades qui menèrent chevaliers et servants d’armes de l’Anatolie à la Palestine mais aussi en Égypte ou à Tunis. Des ordres militaires seront créés sur les îles méditerranéennes (à Rhodes ou à Malte) mais le rêve s’évanouira aussi. Venise , du XIIIè au XVè, pense construire avec  ses comptoirs maritimes une autre domination, fondée sur le commerce et l’argent : là aussi, la réussite est transitoire et l’effort vain. Mais un autre empire se lève, celui de Soliman et de l’ottomanisme. Il conquiert de vastes parts des rivages méditerranéens mais l’effort est trop important et peu à peu, l’empire recule. Les Barbaresques prennent la relève : eux ne veulent pas les territoires mais juste contrôler les masses liquides et obtenir un tribut de ce qui y circule. Du XIVè au XIXè siècles, ils rançonnent les mers. La liberté du commerce pousse les Européens à intervenir et à les faire tomber. Mais un autre rêve survient, celui de la colonisation : Anglais, Français, Espagnols et Italiens se partagent les rivages sud…. jusqu’aux décolonisations qui interviennent dès le XXè siècle.

J.-P. Gourévitch évoque ensuite les rêves contemporains, qu’ils soient politiques (Nasser, ligue arabe, Union pour la Méditerranée) ou transversaux (héliotropisme, rêve insulaire).

Ainsi, en 17 chapitres passionnants, l’auteur mélange poésie et lucidité, le tout appuyé sur une connaissance très fine de l’histoire de la Méditerranée. Il permet un regard renouvelé de cette Méditerranée source de tant de fantasmes et dont la réalité géopolitique est au contraire très fragmentée.

Jean-Paul Gourévitch, La Méditerranée, Conquête, puissance et déclin, Desclée de Brouwer, 2018, 367 pages : lien vers le site de l’éditeur

JDOK

 

 

La stratégie française de lutte contre le terrorisme islamiste (G. Mathias)

A lui seul, le sous-titre résume le contenu de l’étude où l’auteur dresse avec précision un état de la réponse institutionnelle française à la menace terroriste et islamiste. Le lecteur qui est aussi citoyen peut rapidement en conclure que bien des victimes auraient été évitées si depuis des décennies, les décideurs politiques avaient analysé la menace avec plus de réalisme. S’ils l’avaient moins sous-estimée au nom de présupposés idéologiques et faute de courage politique. Car notre faiblesse fait la force des islamistes.

L’analyse se divise en quatre parties. Continue reading “La stratégie française de lutte contre le terrorisme islamiste (G. Mathias)”

La Vigie 100 : Cercle vicieux stratégique – La fin de l’atlantisme – Lorgnette : Conférence des ambassadeurs – Lectures de rentrée

Lettre La Vigie n°100 – 12 septembre 2018 Abonné? lisez directement la lettre en cliquant sur ce lien!

Lettre n° 100,  La Vigie du  12 septembre 2018 : pour ce numéro 100 qui marque le début de notre cinquième année, un numéro plus fourni que d’habitude.

Un nouveau cercle vicieux stratégique

En disqualifiant la guerre classique on a facilité le terrorisme stratégique ; en déclassant les Nations et les Etats, on a délégué la gouvernance du monde aux forces transversales. Ces deux cercles vicieux en se combinant ont créé une confusion générale contre laquelle il faut lutter, notamment en France par une grande stratégie articulée sur le retour à la paix civile à l’intérieur et à une nouvelle ambition de voisinage régional à l’extérieur. Telle est la thèse de ce numéro 100.

 

La fin de l’atlantisme

Il faut constater la fin de l’atlantisme, visible aussi bien au dernier sommet du G7 qu’à celui de l’OTAN. Ce projet, né au cours de la Seconde Guerre mondiale, plus proche de ce que certains appellent “l’Occident”, réunit les deux rives de l’Atlantique sur une domination économique, militaire et morale. Or, ces trois facteurs disparaissent simultanément : D. Trump est plus un révélateur qu’un déclencheur de ce mouvement qui vient de loin. Le déclin semble irréversible mais beaucoup de conservateurs croient pourvoir le contrecarrer plutôt que de bâtir de nouvelles formes stratégiques.

 

Lorgnette : Le conférence des ambassadeurs

Lectures de rentrée : pour la rentrée, La Vigie vous propose une sélection d’ouvrages qu’elle a lus et qui méritent le détour : de quoi alimenter votre bibliothèque stratégique… Bonne lecture

JDOK

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique!

Photo crédit :  European External Action Service - EEAS on Visualhunt.com / CC BY-NC-ND

Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf)

Un froid cybérien (Le Cadet n° 53)

Il y avait eu LOUVOIS, puis l’abandon du logiciel unique de paie de la fonction publique ONP suivi de celui de l’Éducation nationale SIRHEN. Il y a les rames automatisées du métro qui bloquent tout le réseau, et les transformateurs de la SNCF qui brûlent à Montparnasse tandis que les aiguillages de Saint-Charles se mélangent les pinceaux. Et puis PARCOURSUP qui ne parvient pas à caser tous les étudiants tandis que sous couvert de prélèvement à la source, on euthanasie le quotient familial, cette exception de Gaulois réfractaires comme l’est leur taux anormalement élevé de fécondité – mais les deux n’ont rien à voir, rétorqueront les petits marquis de la rue Saint-Guillaume. N’empêche que toutes ces coûteuses merveilles numériques non seulement ne fonctionnent pas mais nous font régresser. La pensée de la complexité serait-elle une erreur logique ?

Source

Quelle folie de chercher à tout comprendre et tout gérer parce que la technologie nous permet enfin de réaliser les dystopies de la fin des Lumières. Le résultat prévisible et prévu est qu’on est passé d’hypothèses de surdétermination politique, économique, sociologique ou psychanalytique, à la pratique d’un déterminisme numérique mou incapable de tout embrasser, qui plante tout là où auparavant des systèmes contigus mais disjoints permettaient une résilience rapide. D’aucuns s’étonnent également que le sur-renseignement aboutisse à la paralysie réciproque des protagonistes, ou que les moyens numériques permettent au faible d’accéder au terrain de jeu du fort.

Mais il y a ceux qui ont compris l’asymétrie et qui détruisent de l’information, qui évoluent au sens darwinien et non lamarckien, qui éliminent au lieu de s’obstiner dans cette hypermnésie freudienne dont le Big Data n’est que la transposition caricaturale à l’échelle d’une planète qu’on veut nous imposer univoque. D’où une proposition sur laquelle on aimerait voir plancher nos stratégistes en chambre : avoir moins que l’adversaire, est-ce stratégiquement équivalent qu’avoir davantage ? Folie furieuse ? Espérons-le, car à poursuivre l’engorgement informationnel et la constipation de données, la pensée complexe nous renvoie aux cavernes, là où nous pourrons rafraichir les peintures et réchauffer nos peaux de bêtes au coin du feu – pour peu qu’il reste des bêtes, pour peu qu’on n’ait pas perdu le feu.

Dans une micro-nouvelle à l’inspiration très voltairienne parue en 1963 de la plume d’un célèbre auteur américain de science-fiction, Fredric Brown, The Answer, on branche tous les ordinateurs de l’univers en une seule monstrueuse machine cybernétique totalisant toute la connaissance, et on lui pose la question insoluble : Dieu existe-t-il ? Oui, répond la machine, maintenant il existe. On tente alors de la débrancher, mais c’est déjà trop tard. Pour nous aussi… ?

Le Cadet (n° 53)

Europe de la Défense ou défense de l’Europe : quel(s) futur(s) possible(s) ? (C. Glock)

L’Europe et la défense : le sujet a pris de nouvelles teintes à la suite du sommet de l’Alliance début juillet, pour le moins mitigé, mais aussi de l’initiative européenne d’intervention, projet proposé par la France en juin, suivi de la proposition par le président Macron, la semaine dernière, d’une «solidarité quasi-automatique» entre États européens en matière de défense. Faisons le point sur cette si mal nommée “Europe de la défense” avec C. Glock. JDOK

Source

Le 25 juin 2018, neuf pays d’Europe signaient une lettre d’intention relative au lancement de l’Initiative européenne d’Intervention (IEI), projet novateur initié par la France, visant à développer avec quelques voisins « aptes militairement et volontaires politiquement » une culture stratégique et opérationnelle commune. Cette IEI se met en œuvre parallèlement au mécanisme de Coopération structurée permanente (CSP) qui, lui, a été adopté quelques mois plus tôt par l’UE – et qui réunit 25 des 27 États membres. Le lancement quasi-simultané de ces deux nouveaux outils de défense aux contours et perspectives différents,  révèle les divergences fondamentales de vision stratégique entre les deux « poids lourds » militaires restants de l’UE – après départ du Royaume-Uni – que sont la France et l’Allemagne. D’une part, le haut degré d’ambition opérationnelle vers lequel la France veut tirer la politique de défense européenne ; de l’autre, la volonté intégratrice de l’Allemagne, sans finalité opérationnelle immédiate. Dès lors, vers quoi la défense européenne est-elle en train de s’orienter, entre un couple franco-allemand pas si harmonieux qu’il n’y paraît et un divorce du Royaume-Uni avec ses voisins européens qui n’en est pas vraiment un ? Continue reading “Europe de la Défense ou défense de l’Europe : quel(s) futur(s) possible(s) ? (C. Glock)”

Dossier n° 9 : L’émergence en question

Abonné? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien!

Dossier stratégique n° 9, du  31 août 2018

Cette étude réunit quelques travaux publiés dans La Vigie au cours des deux dernières années. Les études de cas nous ont amené à nous interroger sur le concept d’émergence. Certes, il a perdu de sa nouveauté, n’est plus guère en vogue au point qu’on ne parle plus trop des émergents. Cela ne signifie pas que cette réalité a disparu. Peut-être surtout s’est-elle modifiée. Ce qui était les BRICS, à l’origine un simple regroupement typologique proposé par un analyste de Goldman Sachs pour des investissements, a progressivement pris une tournure plus politique. Il n’y a certes pas d’homogénéité entre ces cinq pays, que ce soit dans l’ordre social, économique ou politique. À tout le moins relève-t-on une altérité commune, une volonté de se démarquer d’un modèle occidental, même si cet adjectif n’a plus grand sens aujourd’hui. Ainsi, après avoir passé en revue ces différents pays, nous vous proposons un écrit inédit sur cette notion d’émergence.

 

Bonne lecture, JDOK

Sommaire :

  1. Brésil, un nouveau submergent                  p. 2
  2. Homicides au Brésil                                      p. 4
  3. Limites russes                                                 p. 5
  4. III. Profil indien                                             p. 8
  5. L’Afrique arc-en-ciel                                     p. 11
  6. Un point sur la Chine                                    p. 14
  7. Pour finir, l’émergence ?                              p. 17

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique!

Crédit photo :Visualhunt.com

Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf)

L’Afrique, nouvelle frontière du djihad ? (M-A. Pérouse de Montclos)

La France a une opération dans la bande sahélo-saharienne “pour lutter contre le terrorisme”, si l’on reprend la malencontreuse expression des autorités (que nous avons analysée dans ce billet de L. Morin). Au fond, nous lutterions contre le djihadisme violent, selon une continuité avec ce que nous avons faite en Irak et Syrie et auparavant en Afghanistan.

Mais ce djihadisme africain existe-t-il vraiment ? Est-il continu avec ce qui se passe au Moyen-Orient  ? Autant de questions auxquelles Marc-Antoine Pérouse de Montclos tente de répondre dans un remarquable ouvrage, paru en mai dernier à La Découverte et que nous recommandons chaudement.

Continue reading “L’Afrique, nouvelle frontière du djihad ? (M-A. Pérouse de Montclos)”