La Vigie N° 172 : Nécessaire prospective | Retenue espagnole | Lorgnette : Trêve olympique

Lettre de La Vigie du 21 juillet 2021

Nécessaire prospective

L’ADN des militaires les pousse naturellement à la prospective et à la décliner, grâce à des procédures de planification opérationnelle, en actions. Planifier est une vertu et la prospective reste plus que jamais nécessaire à l’heure où l’orientation long terme, trait culturel traditionnellement très occidental, est remise en cause.

Pour lire l’article, cliquez ici

Retenue espagnole

L’Espagne est l’héritière d’une longue histoire commencé sous les Romains, poursuivie par l’empire wisigoth avant de connaître le long cycle de l’invasion musulmane et de la Reconquista. A la sortie du Moyen-Âge, c’est donc une puissance mondiale qui se construit, associant une puissance européenne avec les Habsbourg et une puissance coloniale avec notamment l’Amérique latine. S’ensuivent des siècles d’un long déclin et un douloureux XXe siècle, qui laisse une Espagne démocratique en reconstruction, ayant fait un choix occidental et plus préoccupée d’elle-même que de ses atouts internationaux évidents mais peu utilisés.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : Trêve olympique

Le 23 juillet s’ouvriront à Tokyo les Jeux de la 32ème olympiade. Restaurés par Pierre de Coubertin, réunissant tous les quatre ans les meilleurs athlètes du monde pour s’affronter dans une joute loyale, célébrer la jeunesse, l’amitié entre les peuples et les valeurs universelles du sport, ils offrent généralement l’occasion d’une trêve dans le développement des tensions et des conflits du monde. Celle-ci devrait être très brève.

La politisation planétaire de la pandémie du Covid-19, la montée virulente de discours nationalistes que l’on croyait appartenir au passé, la remise en cause du droit et de l’ordre international, des éditoriaux pessimistes, annonciateurs des Jeux du chaos, et la fracture de la plupart des sociétés nationales selon ces lignes figurent parmi les causes avancées. En dépit de mesures de protection sanitaire renforcées excluant tout spectateur des sites dédiés aux épreuves, ces Jeux devraient intéresser près de 4 Mds de téléspectateurs et devenir les plus suivis de l’histoire. Dès après le 9 août et la commémoration des holocaustes nucléaires d’Hiroshima et de Nagasaki, la géopolitique régionale, ordinairement animée l’été alors que l’Europe est en vacances, reprendra ses droits. Vive les athlètes et vive l’olympisme !

JOCV

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo : Dan Nevill on Visualhunt

Nécessaire prospective (LV 172)

L’ADN des militaires les pousse naturellement à la prospective et à la décliner, grâce à des procédures de planification opérationnelle, en actions. Planifier est une vertu et la prospective reste plus que jamais nécessaire à l’heure où l’orientation long terme, trait culturel traditionnellement très occidental, est remise en cause.

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois ou à un Abonnement 1 an members.

Acheter cet article (3.00€) Choisir un abonnement

L’Italie est-elle une vraie puissance spatiale ? (J. Crisetig)

Coopération avec ses alliés américain et européens (notamment la France), innovations, modèle de développement atypique mais opérant… L’Italie fait figure d’élève modèle dans le secteur spatial. Si le pays est prometteur, il devra à l’avenir encore combler des lacunes de taille.

source

Continue reading “L’Italie est-elle une vraie puissance spatiale ? (J. Crisetig)”

Algérie, puissance spatiale ? (J. Crisetig)

Grâce à Joël Crisetig, nous poursuivons notre étude des puissances spatiales émergentes. Après le Maroc, voici le voisin algérien. LV.

Grâce à son programme spatial multidimensionnel et soutenu activement par la Chine, l’Algérie est une concurrente sérieuse au Maroc dans la conquête spatiale sur le continent africain. A première vue, Alger et Rabat ont adopté des stratégies différentes, mais l’Algérie avance de toute évidence masquée pour rattraper son voisin.

Continue reading “Algérie, puissance spatiale ? (J. Crisetig)”

La Vigie N° 171 : Doter la France d’une grande stratégie | Les jeux de la guerre et du hasard | Lorgnette : Iran et négociations

Lettre de La Vigie datée du 7 juillet 2021

Doter la France d’une grande stratégie

La discontinuité dans la trajectoire mondiale qu’a causée la pandémie invite la France à repenser le cadre stratégique de son action actuelle; faute de cohérence européenne suffisante, elle doit se doter d’une vision nationale à long terme et définir les axes d’une grande stratégie de longue haleine pour laquelle six facteurs clés à hiérarchiser et combiner sont proposés au lecteur.

Pour lire l’article, cliquez ici

Les jeux de la guerre et du hasard

La stratégie est chose trop sérieuse pour qu’on n’y dédie pas tout son temps. Les jeux constituent un moyen foisonnant pour s’y consacrer. En ces temps où nous ne cessons d’être surpris par notre environnement, il serait temps d’être sérieux et, enfin, de jouer.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : Iran et négociations

En Iran, Ebrahim Raissi a été élu président de la République le 19 juin dernier, au terme d’une campagne molle qui a suscité une abstention record, signe de la désaffection des électeurs et peut-être de la mise à l’écart de tous les candidats réformateurs. La presse l’a qualifié d’ultraconservateur. Le système l’a probablement sélectionné d’abord pour sa capacité à maintenir : il est conservateur au sens premier. Il reste que ce pays appauvri et corrompu souffre des sanctions imposées par D. Trump et que durant sa campagne, M. Raissi n’a cessé d’affirmer sa volonté d’obtenir la levée des sanctions.

C’est l’objet des négociations de Vienne, qui sont au cœur de l’attention du nouveau président américain (LV 168). Aussi ne faut-il pas s’étonner du dernier rapport de l’AIEA qui indique que l’Iran a « débuté les étapes nécessaires à la production d’uranium métal enrichi ». Cela ne surprend personne mais vient à point pour mettre la pression sur les autorités iraniennes et les inciter à négocier.

Ainsi, une nouvelle direction iranienne paraît en mesure de pouvoir discuter avec la nouvelle direction américaine. Espérons que le conservatisme de M. Raissi laissera place à un fin pragmatisme pour transiger.

JOCV

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo : Intermines

Les jeux de la guerre et du hasard (LV 171)

La stratégie est chose trop sérieuse pour qu’on n’y dédie pas tout son temps. Les jeux constituent un moyen foisonnant pour s’y consacrer. En ces temps où nous ne cessons d’être surpris par notre environnement, il serait temps d’être sérieux et, enfin, de jouer.

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois ou à un Abonnement 1 an members.

Acheter cet article (3.00€) Choisir un abonnement

Le Maroc, une vraie puissance spatiale ? (J Crisetig)

Notre stagiaire continue ses études spatiales. Aujourd’hui, le Maroc. LV

La stratégie spatiale marocaine s’articule autour de trois axes : le premier, assumé, de développement agricole, le deuxième, plus discret, de défense aux frontières, et le dernier, secret celui-ci, de dissuasion militaire face à ses adversaires régionaux. Le tout en s’alliant aux grandes puissances spatiales.

Source

Si le développement de ses capacités spatiales était initialement pensé comme un moyen de protéger son économie contre les conséquences du changement climatique, le Maroc conçoit le lancement de (nano)satellites comme un outil de dissuasion militaire et de puissance régionale africaine. Le royaume n’hésite pour cela pas à s’allier à des grandes puissances spatiales.

Ainsi, en quoi le Maroc conçoit-il sa puissance spatiale comme une combinaison de développement économique, d’influence régionale, et de dissuasion militaire ?

La conquête spatiale, une réponse aux défis économiques du Maroc en coopération avec de grandes puissances spatiales

L’agriculture constitue une grande part de l’économie du Maroc. Elle est cependant mise à mal par le changement climatique : sécheresse, appauvrissement des sols… Dès 1989, par la création du Centre royal de télédétection spatiale (CRTS), le Maroc cherche à lancer des satellites – et des nanosatellites dès 2001 – pour « développer les applications de la télédétection et des technologies connexes ». Les données spatiales obtenues (cartographie, indicateurs sur la consommation d’eau etc.) sont mises à disposition d’acteurs privés et étatiques afin d’optimiser les rendements de l’agriculture marocaine dans un objectif de développement durable.

Le but est en outre de créer un écosystème favorable au lancement de satellites. Le gouvernement mise sur une coopération étroite avec les universités du pays, notamment l’Institut des métiers de l’aéronautique (IMA), et sur une industrie aéronautique en pleine croissance (17.500 employés avant le Covid). Le Maroc travaille avec le MIT et des gouvernements européens, et plus particulièrement avec la France et l’ESA (Agence spatiale européenne). Les engins d’observation marocains Mohammed-VI A et B ont été conçus par le groupe franco-italien Thales Alenia Space et Airbus et lancés par Arianespace depuis la base de Kourou en 2017 et 2018. En incitant les grands groupes aéronautiques européens (Thales, Safran et consorts) à implanter leurs usines au Maroc, le royaume chérifien espère rééditer le succès rencontré par l’industrie automobile en termes de création d’emplois et d’acquisition de compétences. Un bilan jusqu’ici mitigé : il s’agit d’activités à faible valeur ajoutée et l’emploi global ne progresse pas puisque l’activité baisse dans d’autres secteurs. Néanmoins, le Maroc insiste également sur un autre aspect : son rayonnement sur le continent africain, conformément à son ambition de puissance régionale.

L’affirmation d’un rôle régional ambitieux

Depuis « l’Agenda 2063 » promulgué par l’Union Africaine en 2014, qui prévoit d’accélérer le développement économique, sécuritaire et scientifique du continent, de nombreux pays africains investissent dans la conquête spatiale. Le Maroc, précurseur en la matière, entend jouer un rôle de leader continental. C’est dans cet esprit qu’il a accueilli, courant 2019, la conférence mondiale sur « l’espace au service des pays émergents ». Cependant, puisque le royaume souhaite se positionner comme une tête de proue de la stratégie spatiale africaine, il développe également des outils militaires, tenus secrets.
Des ambitions militaires secrètes ? L’inquiétude des voisins du Maroc

La stratégie spatiale du Maroc, si elle est présentée comme un outil économique à usage interne voire de rayonnement régional « bienveillant », inquiète les voisins du royaume. En effet, les satellites Mohammed-VI A et B et les nanosatellites sont dotés des outils de surveillance les plus précis du continent africain. Ils sont construits sur le modèle du système d’imagerie militaire français « Pléiade ». Matériel d’espionnage ? Simple dispositif pour lutter contre l’immigration clandestine et le terrorisme ? Outil de dissuasion face aux voisins du royaume, avec qui ce dernier entretient des rapports tendus (Algérie, Espagne, Mauritanie) ? Le Maroc s’exprime peu sur le sujet, mais une chose est claire : le royaume veut peser en Afrique avec sa politique spatiale, en misant sur sa polyvalence : développement économique et agricole, activisme régional, dissuasion militaire…

Joel Crisetig

La Vigie n°170 : La campagne européenne de J. Biden | Orientation et synthèse stratégiques | Lorgnette : France et océan Indien

Lettre de La Vigie en date du 23 juin 2021

La campagne européenne de Joe Biden

La longue expérience de J. Biden a permis la réussite d’une tournée européenne méticuleusement préparée, satisfaisant toutes les parties (G7, UE, OTAN mais aussi V. Poutine) tout en les subordonnant à un objectif plus global, au moyen d’ambiguïtés soigneusement entretenues et pas toujours perçues par ses interlocuteurs.

Pour lire l’article, cliquez ici

Orientation et synthèse stratégiques

Alors que nous vivons une période rare de l’histoire, la gestion indispensable d’un présent compliqué empêche les décideurs politiques de consacrer sereinement le temps nécessaire aux solutions à apporter aux défis de demain. Il est temps de réintroduire le temps long de la réflexion et de la stratégie, au sein de l’État et de la société, pour permettre à notre pays de tirer son épingle du Grand Jeu qui se met en place. Pour cela, la création d’un Conseil National d’Orientation et de Synthèse Stratégiques apparaît comme une nécessité.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : France et océan Indien

Élément constitutif de l’Indo-Pacifique, l’océan Indien occupe une place singulière pour la France. Riveraine par le territoire (La Réunion, Mayotte, les TAAF) et par la mer (ZEE), elle y dispose à la fois de forces militaires permanentes de souveraineté ou prépositionnées à l’étranger, en vertu d’accords de défense conclus avec des pays partenaires (Djibouti, EAU), afin d’assurer la protection de citoyens et d’intérêts nationaux et de contribuer à la paix et à la stabilité régionales. Elle y dispose de partenariats stratégiques forts tels que ceux conclus avec l’Inde, l’Australie ou l’Indonésie.

Conjoncturellement, elle assure en 2021 : la présidence annuelle de la COI, regroupant Maurice, les Comores, Madagascar et les Seychelles, dont le SG récemment élu pour 4 ans est français ; ainsi que, pour deux ans, de celle du forum des CEMM de l’océan Indien (IONS) dont la session plénière se tiendra à La Réunion du 28 au 30 juin prochains. Elle est également membre de l’Indian Ocean Rim Association. État membre de l’UE à l’origine du lancement l’opération ATALANTA, de lutte contre la piraterie au large de la Somalie, la France dispose d’atouts précieux pour orienter l’ambition maritime de l’Union au cours de sa présidence de l’UE en 2022.

JOCV

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo : OTAN (ici)

Orientation et synthèse stratégiques (LV 170)

Alors que nous vivons une période rare de l’histoire, la gestion indispensable d’un présent compliqué empêche les décideurs politiques de consacrer sereinement le temps nécessaire aux solutions à apporter aux défis de demain. Il est temps de réintroduire le temps long de la réflexion et de la stratégie, au sein de l’État et de la société, pour permettre à notre pays de tirer son épingle du Grand Jeu qui se met en place. Pour cela, la création d’un Conseil National d’Orientation et de Synthèse Stratégiques apparaît comme une nécessité.

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois ou à un Abonnement 1 an members.

Acheter cet article (3.00€) Choisir un abonnement

Le Luxembourg est-il une vraie puissance spatiale ? (J. Crisetig)

La Vigie a demandé à son stagiaire de travailler sur les stratégies spatiales des petites puissances. Voici son premier billet : saviez-vous que le Luxembourg était une puissance spatiale ? Oui, désormais, grâce à lui. LV

 

Source

Le Luxembourg investit massivement dans la recherche spatiale afin d’attirer des entreprises capables d’extraire des ressources spatiales commercialisables sur terre. L’objectif : diversifier l’économie du pays.

Continue reading “Le Luxembourg est-il une vraie puissance spatiale ? (J. Crisetig)”