La Vigie n° 104 : Incertain Maghreb | Stratégie autre | Lorgnette : Brésil en colère

Lettre La Vigie n°104- 7 novembre 2018. Nouvelle procédure !

La Vigie fait évoluer la procédure de lecture ; autrement dit, vous pouvez désormais :

  • lire directement à l’écran les articles (pour peu que vous en ayez acquis les droits, soit par achat unitaire à 2,5 €, soit par abonnement : découverte à 17€, annuel à 70 €, organisations à 300 €)
  • ou lire en pdf comme avant (si vous êtes abonnés)

Pour cela, les abonnés n’ont comme d’habitude qu’à saisir leur login et mot de passe (enregistrez les sur votre ordinateur, que ce soit plus pratique pour vous) et lire l’un puis l’autre à l’écran, ou avoir l’option de lire le numéro en pdf (aller dans la page archive pour le télécharger). Les nouveaux lecteurs peuvent quant à eux s’abonner ou acheter l’article à l’unité.

Ce billet de présentation vous donne les résumés (avec lien vers les articles proprement dits) et, nouveauté, la lecture libre de la lorgnette ! Nous espérons que ces nouvelles facilités aideront votre confort de lecture.

Incertain Maghreb

Le Maghreb fait partie de notre voisinage immédiat et constitue le pont entre l’Europe et l’Afrique. Il est au cœur de nos intérêts. Pourtant, les cinq pays du Maghreb, pour des raisons différentes, paraissent plus ou moins à bout de souffle entre aspirations internes et pressions externes. L’attentisme répond à l’effervescence mais annonce probablement des tumultes à venir, comme l’étude des cinq pays (Libye, Tunisie, Algérie, Maroc, Mauritanie) l’illustre.

Lien vers Incertain Maghreb

Stratégie autre ?

Comment concevoir aujourd’hui une “stratégie autre” ? On peut partir des critères usuels de la stratégie répartis selon deux axes : l’articulation des fins, des voies et des moyens ; et celle des différents niveaux de stratégie (stratégie générale, stratégie militaire, stratégies de milieu). Or, les documents officiels (Livre Blanc, revue stratégique) évoquent assez peu les fins et beaucoup les voies et moyens. Comment identifier les fins sous-jacentes à la grande stratégie de la France ? cela permet-il dès lors d’identifier de nouvelles voies et donc, éventuellement, une adaptation des moyens ? Réfléchir aux alternatives permet de confirmer ou d’amender les stratégies existantes, dans l’effort constant de mise à jour qu’elles nécessitent.

Lien vers Stratégie autre ?

Lorgnette : Brésil en colère

La récente élection présidentielle brésilienne a suscité de multiples commentaires horrifiés lorsque le nouvel élu a été désigné. Dès avril 2018 (LV 92) nous avions signalé l’émergence de Jair Bolsonaro en le liant au climat d’insécurité qui prévaut au Brésil. Pour mémoire, le pays a dénombré 63.880 homicides en 2017, chiffre en augmentation constante. Le pays fait face à une « criminalité armée » qui met en cause les fondements mêmes de l’État. Un deuxième facteur de déstabilisation est la lassitude envers la corruption.

De ce point de vue, l’élection brésilienne rappelle à bien des égards le besoin de justice qui animait nombre de révoltes arabes (tous les partis islamistes ont mis le mot Justice dans leur titre). Au Brésil aussi, « le système » irrite. Notons enfin un aspect de lutte sociale, les classes moyennes (la base électorale de Bolsonaro) n’appréciant pas les décisions du PT en faveur des classes les plus pauvres. Malgré sa personnalité controversée, on ne peut ramener le président à un simple idéologue extrémiste car il a fait face à une demande qu’on ne peut ignorer. Pas sûr pourtant que ses réponses donnent vraiment satisfaction !

Incertain Maghreb

Le Maghreb fait partie de notre voisinage immédiat et constitue le pont entre l’Europe et l’Afrique. Il est au cœur de nos intérêts. Pourtant, les cinq pays du Maghreb, pour des raisons différentes, paraissent plus ou moins à bout de souffle entre aspirations internes et pressions externes. L’attentisme répond à l’effervescence mais annonce probablement des tumultes à venir, comme l’étude des cinq pays (Libye, Tunisie, Algérie, Maroc, Mauritanie) l’illustre.

Cette page est réservée aux abonnées Membre Abonné (3 mois) et Membre Abonné (1 an).
Se connecter S’inscrire

Au Sahel, l’ennemi, c’est la piraterie du désert profitant de la disparition de l’État

Une table ronde du dernier Forum de sécurité de Marrakech[1] s’intitulait : La zone sahélo-saharienne : retour de la menace entre le terrorisme transnational  organisé et les milices armées. Ce titre est révélateur d’une hésitation : celle qui porte sur les causes du désordre persistant dans la zone sahélo-saharienne. Il pourrait en effet être reposant de clamer comme d’habitude que « c’est la faute du terrorisme ». Pourtant, dix-sept ans après les attentats du 11 septembre, il semble bien que cette explication ne suffise plus et qu’il faille trouver autre chose.

Source Continue reading “Au Sahel, l’ennemi, c’est la piraterie du désert profitant de la disparition de l’État”

L’aire arabe, état des lieux (Pr Chater, Tunis)

Nous sommes heureux de publier ce texte du Pr. Khalifa Chater (de l’université de Tunis), qui vient fort à propos. Merci à lui. JDOK

Nous ne revenons pas ici sur les dessous du “ printemps arabe ”. Fait évident, la géopolitique régionale et internationale a exploité la dynamique sociopolitique interne et a engagé des scénarios déterminants, dans un jeu politique au profit de la mouvance de l’islam politique et au détriment des Etats-nations. Ce qui a mis en cause les rapports de forces d’antan et redessiné la carte géopolitique arabe. Le soulèvement populaire en Egypte a précipité la chute du pouvoir des Frères musulmans. En Tunisie, la soft-révolution de l’été 2013, a suscité la démission de la troïka et a permis, après les élections de 2014, l’établissement d’un régime d’alliance Nida Tounes/Nahdha, à l’appui d’une constitution de consensus, instituant l’état civil, consolidant les acquis du régime bourguibien et établissant la liberté de consensus et la tolérance. Par contre, la guerre civile, en Syrie et en Libye a été aggravée par l’établissement du pouvoir de Daech, le pseudo califat, en Irak, en Syrie et bien au-delà. Ses échecs lui ont ôté sa dimension territoriale, sans écarter ses menaces terroristes. Au Yémen, une guerre d’usure met en danger la population.

Source

Des nouveaux enjeux.

Continue reading “L’aire arabe, état des lieux (Pr Chater, Tunis)”

N° 86 : Angles morts stratégiques et vulnérabilités françaises – Révoltes : saison 2 ? – Lorgnette : Manoeuvre missilière

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Lettre n° 86 La Vigie du 17 janvier 2018

Angles morts stratégiques et vulnérabilités 

Quels sont les angles morts de notre défense et de notre sécurité nationale? Assurément, notre dispositif de défense du territoire national, bien qu’imparfait, est toujours à la hauteur de la France. Mais notre posture de sécurité intérieure reste fragilisée par les lacunes conceptuelles d’une stratégie nationale dont la cohérence est insuffisante. Il faut se mettre en capacité non seulement sociale, politique et judiciaire mais aussi militaire d’assurer l’ordre public, indispensable garant de l’Etat de droit.

Révoltes : saison 2 ?

En ce début 2018, deux mouvements populaires affectent l’Iran et la Tunisie. S’ils renvoient apparemment aux troubles précédents (respectivement en 2009 et 2011), ils s’en distinguent par leur nature principalement sociale. Cela signifie surtout que si les systèmes politiques ne sont pas remis en cause, les équilibres intérieurs posent problème, qu’il s’agisse des alliances compliquées à Téhéran ou de la coalition en place à Tunis. L’hypothèse d’un changement de régime est peu probable mais l’absence d’alternative politique intérieure suscitera vraisemblablement d’autres crises similaires.

 

Lorgnette :   Manœuvre missilière

 

Photo crédit :  Amine Ghrabi on Visualhunt.com / CC BY-NC

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro (lien) dans la boutique !

Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf)

N° 76 – 30 août 2017 : Libye, l’horizon s’éclaircit | Questions atlantiques | Trump et l’Afghanistan

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Extrait des articles présents dans cette lettre :

Libye : l’horizon s’éclaircit

La Libye a brièvement occupé les manchettes en juillet, à l’occasion d’une rencontre organisée à Paris entre deux des principaux protagonistes de la scène politique libyenne. Un peu plus tard, les opérations de sauvetage en Méditerranée centrale ont également suscité l’attention, avec le code de bonne conduite imposé par les autorités italiennes aux ONG secourant les migrants. À terre comme en mer, on commence à deviner quelques éclaircies.  […]

Questions atlantiques

Couvrant à peu près le cinquième de la planète (par la surface et la population riveraine), largement ouvert sur les deux hémisphères, le théâtre atlantique a connu de fortes tensions stratégiques au XXe siècle pour la sûreté de la navigation dans sa partie nord. D’abord pour assurer le ravitaillement intensif de l’Europe pendant la Première Guerre mondiale, puis gagner la bataille de l’approvisionnement stratégique de l’Angleterre et de l’URSS pendant la Seconde ; enfin, pour garantir pendant la guerre froide les « reinforcement /replenishment », les ReRe, ce lien transatlantique vital pour la sécurité de l’Europe. À la fin de la guerre froide, la disparition de l’URSS lui a fait perdre son caractère essentiel et le centre de gravité stratégique de l’Atlantique s’est déplacé au Sud, vers l’ouvert de Gibraltar et les zones troublées du Golfe de Guinée.    […].

Lorgnette : Trump et l’Afghanistan

JDOK

Sourceimage :Fotografik33 - www.fotografik33.com via VisualHunt.com / CC BY-NC-ND

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro (lien) dans la boutique !

Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf)

Points chauds du Maghreb (Amb. Sid Ahmed Ounaies)

C’est dans le cadre du Cercle euromaghrébin de l’ISC et sous l’égide de La Vigie et de la RDN que l’ambassadeur Sid Ahmed Ounaies, ancien ministre des affaires étrangères de Tunisie, a présenté le 17 mars dernier la communication suivante qui évoquait les points chauds du Maghreb aujourd’hui. Ce faisant, il a permis aux participants du cercle qui se réunit tous les mois à Paris de détailler la situation sécuritaire de la Tunisie et de la région libyenne et sahélienne. Le texte de cette communication originale sera également publié par le journal algérien EL WATAN et posté sur le site du Cercle euromaghrébin. JDOK

L’instabilité de la région s’explique, à première vue, par la guerre sans fin qui se poursuit en Libye, par la dégradation de la situation sociale et l’ampleur de l’économie informelle, ainsi que par l’insécurité née de la menace terroriste. Plus au fond, la région traverse une phase de transition globale touchant la gestion politique, l’économie, l’éducation, les secteurs sociaux, l’état des villes et l’environnement. Nous constatons l’avènement d’une génération qui manifeste des exigences tout autres relativement au politique et à l’existentiel. A la faveur de la révolution qui a éclaté en 2011 et qui a ébranlé les régimes arabes de bout en bout de la région, les peuples élèvent la voix, bravent l’autorité et n’acceptent plus de vivre dans la précarité, dans l’incertitude et dans des villes passablement délabrées et polluées ; ils placent les gouvernements sous tension.

Source

La transition se développe sur le fond de rapports intermaghrébins bloqués, loin de répondre aux nécessités d’une coopération régionale en rapport avec la fraternité et la solidarité naturelle des peuples du Maghreb. Les tensions évidentes entretiennent un climat de méfiance, sinon d’hostilité. Dans le fond, nous vivons une crise complexe où interfèrent la guerre civile larvée en Libye, un problème de gouvernance et l’absence d’une entente régionale. Continue reading “Points chauds du Maghreb (Amb. Sid Ahmed Ounaies)”

N° 62 : Guerre médiatique et devoir d’irritation | Libye écartelée

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Extrait des articles présents dans cette lettre :

Guerre médiatique et devoir d’irritation

Le paysage médiatique français est envahi par une autre guerre qui ne dit pas son nom. Elle est à rapprocher de « la guerre de la nation contre l’État » (cf. édito). Une voiture de RTL a été brûlée l’autre jour. Cet incident symbolise l’humeur du temps qui est à la vindicte contre les journalistes. Les sondages montrent à quel point la profession a mauvaise presse : 67 % des Français jugent les journalistes incapables de résister aux pressions politiques, 58% mettent en doute leur indépendance face à celles « de l’argent » (ici). Défiance et hostilité d’un côté (jusqu’à l’attaque meurtrière contre Charlie Hebdo), liberté de la presse et devoir démocratique d’informer de l’autre, la presse est au cœur d’un débat qui intéresse aussi le stratégiste. […].

Libye écartelée

Face à nous, le Maghreb bouge avec ses deux ailes battantes en Mauritanie et en Libye. Maillon entre Machrek et Maghreb, la Libye inquiète. Les Européens d’abord : c’est de ses côtes que partent en flottilles désespérées des milliers de migrants qui viennent s’échouer sur les côtes italiennes. Mais les Nord-africains, et d’abord Égyptiens et Algériens, sont eux aussi inquiets, tout comme les Sahéliens (Tchadiens, Nigériens, Maliens). Tous les proches le savent : la Libye ne retrouvera pas de sitôt un système stable de partage du territoire, de la rente pétrolière et de l’autorité rappelant la jamahiria qu’imposa pendant plus de 40 ans le raïs Kadhafi. Six ans après son éviction musclée, la Libye semble réduite en morceaux comme avant lui ; une multitude d’acteurs, internes et externes, tente de défendre qui son pré carré, qui sa voie économique ou politique. Tout cela concerne directement la France […]

Lorgnette : Trump et le tumulte

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique !

Source image : Victor van Dijk (Thanks for 3.5M views!) via VisualHunt / CC BY-NC

Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf).

Les inconnues de l’équation géostratégique 2017 (Pr. Khalifa Chater)

Nous sommes heureux d’accueillir cet article important du professeur Khalifa Chater, analyste tunisien réputé. Il est paru la semaine dernière dans l'”Economiste maghrébin”, (n°704, du 25 janvier au 8 février  2017). Merci à lui et à nos confrères de l’EM. Voici une vision maghrébine des évolutions en cours dont nous n’avons habituellement que des perceptions occidentales. JDOK

http://www.courrierinternational.com/sites/ci_master/files/styles/image_original_1280/public/assets/images/stephff_2017-01-04-6736.jpg?itok=V7io1HGB source

Notre analyse de l’équation géopolitique 2017 prend nécessairement compte de l’évolution de la grille des valeurs de la connaissance. Nous appréhendons actuellement le défi de la nouvelle ère médiatique “post-vérité”. Le dictionnaire d’Oxford a choisi comme mot de l’année 2016 l’adjectif « post-truth » – en français, « post-vérité ». Apparue il y a une douzaine d’années, ce concept s’est cependant imposé en 2016 à la faveur de deux scrutins qui ont secoué le monde : le référendum du 23 juin sur le Brexit, qui a décidé de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, puis l’élection présidentielle américaine, dont Donald Trump est sorti vainqueur, le 8 novembre. (…) Continue reading “Les inconnues de l’équation géostratégique 2017 (Pr. Khalifa Chater)”

Etudes Stratégique n° 4 : La France vue par ses proches

Abonné ? Téléchargez directement l’étude en cliquant sur ce lien !

La France est-elle intimidante, résolue, respectable, aimable, cohérente, fiable ? Comment est-elle perçue à l’extérieur ?

Ces questions, avec d’autres, (Quels sont les atouts stratégiques de la France ? Quels sont ses défauts et limites ? Quels accords stratégiques ou quels projets faudrait-il développer en commun ?), nous les avons posées à des chercheurs de pays proches de la France, voisins et partenaires.

 Cityscape with Eiffel Tower

Tous ont répondu sans fard, signe que la France continue de ne pas laisser indifférent, au plan stratégique. Elle demeure donc un acteur qui compte. Nous déplorons toutefois que les chercheurs américains sollicités, trop occupés par la force des débats de l’élection présidentielle américaine, aient passé leur tour : faut-il y voir un désintérêt pour la France ou l’habituel américano-centrisme ?

On lira ci-dessous ces contributions diffusées au premier semestre 2016 comme un large tour d’horizon des regards portés sur la France par des proches. On découvrira avec une certaine surprise que la principale pétition qui se dégage de ces propos parfois lapidaires est que, dans le désordre actuel, la France doit d’abord être la France, autonome, lucide, engagée et impartiale, ce qu’elle n’est sans doute plus assez.

Ainsi, pour reprendre les trois questions proposées, la plupart des auteurs reconnaissent à la France d’être la première puissance militaire européenne et qu’elle est quasiment la seule nation européenne à avoir un rôle à l’échelle du monde. A contrario, le principal reproche qu’on lui fait est de ne pas assez coopérer ou, plus exactement, de se comporter de façon unilatérale (et non intergouvernementale). La plupart des auteurs répondent enfin qu’il y a des espaces de coopération entre leur pays et la France : ici, la diversité des demandes empêche d’identifier un axe clair, ce qui suggère que la ligne stratégique de la France doit être multiple et s’orienter selon plusieurs axes (européen, africain, mondial par exemple).

Il sera bon de s’en souvenir à la relève de législature en mai 2017.

Notons enfin que chacune de ces analyses, publiées dans La Vigie au premier semestre 2016, doit être lue en conservant à l’esprit sa date de parution et les événements qui faisaient alors l’actualité. Parfois, cela peut éclairer le propos.

Bonne lecture. JDOK

La France stratégique vue de :

 

  1. Tunis (Abderaouf Ounaies)-                                     6 janvier 2016
  2. Grande-Bretagne (Julian Lindley-French)-          20 janvier 2016
  3. Madrid (Felix Arteaga)-                                            3 février 2016
  4. Rome (Ferdinando San Felice di Monteforte)-    17 février 2016
  5. Belgique (André Dumoulin)-                                    2 mars 2016
  6. Bucarest (Gheorge Ciascai)-                                     16 mars 2016
  7. Rabat (Jawad Kerdoudi)-                                          30 mars 2016
  8. Varsovie (Andrzej Szeptycki)-                                  13 avril 2016
  9. Stockholm (Lars Wedin)-                                          27 avril 2016
  10. Beyrouth (Georges Corm)-                                        11 mai 2016
  11. Bamako (Moussa Mara)-                                           25 mai 2016
  12. Berne (Alexandre Vautravers)-                                 8 juin 2016
  13. Moscou (Anna Dudar)-                                              22 juin 2016
  14. Berlin (Detlef Puhl)-                                                   6 juillet 2016
  15. Alger (Abdennour Benantar)-                                  20 juillet 2016
  16. Zagreb (Jugo Joz)-                                                      Inédit

Photo via Rob Potvin via VisualHunt.com

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez l’étude dans la boutique !

 Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf).