Incertain Maghreb

Le Maghreb fait partie de notre voisinage immédiat et constitue le pont entre l’Europe et l’Afrique. Il est au cœur de nos intérêts. Pourtant, les cinq pays du Maghreb, pour des raisons différentes, paraissent plus ou moins à bout de souffle entre aspirations internes et pressions externes. L’attentisme répond à l’effervescence mais annonce probablement des tumultes à venir, comme l’étude des cinq pays (Libye, Tunisie, Algérie, Maroc, Mauritanie) l’illustre.

Cette page est réservée aux abonnées Membre Abonné (3 mois) et Membre Abonné (1 an).
Se connecter S’inscrire

N° 47 : Après Nice | Varsovie : un sommet ambigu | Stratégie 2017 vu d’Alger

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Extrait des articles présents dans cette lettre :

47 Nice

Après Nice

Nous y voilà, nous sommes « après Nice », après cette attaque meurtrière des badauds du feu d’artifice niçois du 14 juillet sur la Promenade des Anglais. Les rendez-vous républicains sont plus dangereux que les fêtes du football ! On peut y mourir. La sécurité du pays et la vie de la population ne sont plus garanties, pas même en état d’urgence, pas même après un impeccable défilé sur les Champs Élysées. La DGSI l’annonçait : tout est utilisable par des « fous de Dieu » pour tuer massivement. Après les voitures piégées, les ceintures d’explosifs, les engins explosifs improvisés, les avions détournés, la fusillade aveugle, voici le camion fou lancé dans la foule. La batterie des mesures en vigueur n’a pas empêché un criminel local d’endeuiller la fête nationale. Faisons face au monde réel ! […]

Varsovie, un sommet ambigu

Que penser du Sommet de Varsovie ? Faut-il n’y voir que les déclarations verbeuses ? Retenir l’obsession russe ? Remarquer au contraire une volonté d’apaisement ? Noter surtout l’incertitude face au Sud ? Tout cela à la fois, bien sûr. Mais pour commencer, un peu de pédagogie. Beaucoup voient en effet dans l’OTAN une organisation pugnace et puissante. Or, si elle est utile, c’est passivement, non activement. Au fond, les Alliés ne demandent pas aujourd’hui à l’OTAN de faire des choses, simplement d’être là, au cas où. On ne lui demande pas de transformer l’environnement de sécurité, juste de demeurer une boite à outils que l’on conserve dans un coin et dont on se servira au besoin. Il s’ensuit une démarche un peu paranoïaque de la part de l’Alliance : affirmer à chaque sommet qu’on fait quelque chose d’important alors que l’objectif consiste surtout à se perpétuer. […]

Lorgnette : Quoi après l’Europe ? (19 septembre)

Stratégie 2017 : vu d’Alger (Abdennour Benantar)

On peut se demander si le principal atout de la France n’est pas la perception qu’ont les autres – ce qui ne correspond pas nécessairement à la réalité – de son rôle dans le monde comme une puissance ne s’alignant pas forcément sur les positions américaines, une puissance ayant une autre voix, une autre voie. […]

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique !

Source image : http://rr.sapo.pt/noticia/59272/terror_em_nice_tres_dias_de_luto_na_promenade_des_anglais?utm_source=rss

 Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf).

N° 45 (gratuit) : Médoc | Stratégie terrestre | Stratégie 2017 : vu de Moscou

Pour lire gratuitement ce numéro 45 de La Vigie, cliquez sur ce lien

45 stratégie terrestre

Extrait des articles présents dans cette lettre :

Médoc

C’est le nom abrégé de la Méditerranée occidentale. C’est aussi celui d’un espace d’importance stratégique pour la France, l’un des trois réservoirs potentiels de progrès décisifs pour notre pays, avec la francophonie et la perspective océanique déjà évoquée (cf. LV 41). Un espace clef à bien définir et considérer aux plans géopolitique, socioculturel et économique. Ce bassin dont nous sommes riverains concentre les défis et les multiples atouts d’un vrai foyer de la mondialisation. […]

Stratégie terrestre

Peut-on parler de stratégie terrestre ? Historiquement, elle constitue la matrice de tous les raisonnements stratégiques et les grands stratégistes se sont d’abord penchés sur elle. La stratégie navale est venue ensuite, sans parler des autres stratégies de milieu (aérienne, nucléaire, spatiale, cyber…) qui sont apparues au XXè voire au XXIè siècle pour la dernière. De Végèce à Machiavel, de Guibert à Clausewitz, de Jomini à Foch, les plus grands théoriciens ont d’abord pensé la guerre terrestre.

Désormais, le combat est interarmes, interarmées et intègre de multiples dimensions et milieux, au point qu’il est incongru de s’interroger sur la seule stratégie terrestre. Pourtant, il reste des armées de Terre qui doivent relever à elles seules des défis stratégiques. Alors qu’Eurosatory vient de se terminer, que l’armée de Terre française a adopté son modèle « Au contact », que les conditions d’emploi sont plus variées que jamais, il nous semble utile d’aborder cette stratégie. […]

Lorgnette : Le verrou sahraoui

Stratégie 2017 : vu de Moscou (Anna Dudar)

Ce qui caractérise la position stratégique actuelle de la France, c’est son appartenance à l’UE et à l’OTAN. Dès lors que la France est l’une des grandes places du système de relations transatlantiques, sa posture compte dans le dialogue entre États membres de l’UE et entre Européens et Américains. La France a pu ainsi compenser la perte d’un rôle politique global à la fin de la guerre froide. Mais le renoncement, lié à des divergences, à une active politique de solidarité avec ses partenaires a eu un impact négatif sur les intérêts de la France. […]

JDOK

Source image : http://www.defense.gouv.fr/actualites/articles/les-equipements-de-l-armee-de-terre-la-modernisation-en-marche

 Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf).

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique (n° 45 gratuit mais vous pouvez vous abonner) !

La Vigie n°31 – Contre l’EI, buts de guerres, buts dans la guerre | Algérie, noyau dur du Maghreb

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Extrait des articles présents dans cette lettre :

Contre l’EI, buts de guerre, but dans la guerre

Le mot guerre a été massivement employé ces trois dernières semaines. Si la France est en guerre (quelle que soit l’approximation juridique et même stratégique de cet « état de guerre »), le stratégiste doit poser la question des buts de guerre et des buts dans la guerre. Cette précision n’est pas anodine car elle renvoie à Clausewitz qui distinguait le but politique (le Zweck) de l’objectif stratégique et militaire (le Ziel). Le premier est au sens propre le « but de guerre », le second le « but dans la guerre ». […]

Algérie, noyau dur du Maghreb 

Rien n’est plus stratégique pour la France que le Maghreb. Et rien n’est plus central au Maghreb que l’Algérie. Tout ce qui les concerne a un impact direct et indirect sur la France du fait des populations et des mémoires qu’ils ont encore en partage.

Ce postulat posé, il ne faudrait pas réduire le destin du Maghreb à celui de l’Algérie. Mais il faut admettre que sans volonté algérienne, aucune intégration maghrébine n’est possible et que sans une intégration maghrébine minimale, il n’y a pas de  stabilité et de sécurité durables en Méditerranée occidentale. Dès lors, pour la France et sa défense, l’Algérie est un partenaire clé et du fait de leur histoire commune, un voisin décisif. Où en est donc l’Algérie ?  […]

 Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique !