La Vigie N° 175 : Vingt ans après (le 11 septembre) | Milieu terrestre : quel avenir ? | Lorgnette : Guerre au Tigré

Lettre de La Vigie du 15 septembre 2021

Vingt ans après (le 11 septembre)

Qui se souvient du 11 septembre ? Beaucoup moins de gens qu’on le croit alors que ce fut le premier événement ayant une résonance immédiatement mondiale, victoire stratégique des agresseurs. Elle marqua un tournant de l’Amérique, qui n’est pas aussi définitif qu’on le dit ; l’islam politique est apparu central, même si personne ne s’ait s’il est vraiment durable. Enfin, le 11 septembre marqua le début des désillusions européennes dont nous ne sommes pas sortis.

Pour lire l’article, cliquez ici

Milieu terrestre : quel avenir ?

L’armée de terre française n’a pas forcément été sous les feux de la rampe dernièrement. Selon ses propres dires, elle se prépare à des guerres de plus en plus dures et sa remontée en puissance, notamment capacitaire, est en cohérence avec sa nouvelle doctrine. Pourtant, face à la dangerosité du monde, il nous faudra trouver des alliés fiables.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : Guerre au Tigré

Depuis novembre 2020, la guerre sévit au nord de l’Éthiopie. Le premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, qui a reçu le prix Nobel de la paix en 2019 pour sa réconciliation avec l’Érythrée, s’est en effet lancé dans une politique de centralisation de ce pays fédéral. Rapidement il a voulu mettre au pas le Tigré, province du nord qui avait joué un rôle politique majeur au cours des décennies passées : ce sont les Tigréens qui avaient mis à bas le régime de Mengistu (le Staline noir), et avait dirigé le pays depuis 1991.

Minoritaires (7% des 110 Mh), ils s’étaient alliés avec l’ethnie Oromo mais avaient dû quitter le pouvoir il y a trois ans car leur gestion était jugée trop partiale. Celle de leur successeur qui était apparu comme un homme de compromis l’a été encore plus puisqu’il a lancé les hostilités l’an dernier. Or, après des revers initiaux, les Tigréens ont repris l’avantage et repoussé aussi bien les Érythréens qui attaquaient au nord que l’armée éthiopienne venant du sud. Depuis, ils se sont alliés à d’autres ethnies et le modèle fédéral menace d’éclatement, alors que les massacres et exactions se multiplient.

Le 2ème pays le plus peuplé d’Afrique risque sa survie.

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo :SeeMidTN.com (aka Brent) on VisualHunt.com

LV 175 : Vingt ans après (le 11 septembre)

Qui se souvient du 11 septembre ? Beaucoup moins de gens qu’on le croit alors que ce fut le premier événement ayant une résonance immédiatement mondiale, victoire stratégique des agresseurs. Elle marqua un tournant de l’Amérique, qui n’est pas aussi définitif qu’on le dit ; l’islam politique est apparu central, même si personne ne sait s’il est vraiment durable. Enfin, le 11 septembre marqua le début des désillusions européennes dont nous ne sommes pas sortis.

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois ou à un Abonnement 1 an members.

Acheter cet article (3.00€) Choisir un abonnement

La Vigie n° 174 (gratuit) : Inquiétudes et remises en cause | Afghanistan : raison garder | Lorgnette : bilan d’année | Table des publications 20-21

Lettre de La Vigie du 1er septembre 2021 en lecture gratuite

Inquiétudes et remises en cause

Au sortir de l’été, une profonde inquiétude intérieure se fait jour. Elle tient à une nouvelle génération, dite des Milléniaux, mais aussi à une fracture géographique profonde du territoire. Le malaise ambiant dépasse la question du passe sanitaire et attend finalement une nouvelle stratégie intérieure, homogène et cohérente, donnant du sens à notre communauté nationale. Loin du déclinisme de certains ou des mots d’ordre simplistes, les atouts de la France doivent être mobilisés pour reconstruire la cohésion.

Pour lire l’article, cliquez ici

Afghanistan : raison garder

Le retrait d’Afghanistan était logique et ne surprend que les candides. Il s’inscrit dans une continuité américaine qui date d’Obama. Il ne constitue pas pour autant un déclin profond des États-Unis qui suivent leurs intérêts stratégiques du moment, comme ils ont toujours fait, ce qui ne devrait pas surprendre les Européens.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : Bilan d’année et huitième année

Vous trouverez ci-joint la table analytique des numéros et billets de La Vigie parus depuis un an.

Nous avons publié 118 textes cette année, dont 31 écrits par des auteurs extérieurs : Mille mercis à nos contributeurs qui viennent compléter nos analyses. Cette dynamique permet l’élargissement des points de vue ainsi qu’à de jeunes auteurs ou des auteurs confirmés de s’exprimer, répondant à la vocation de La Vigie. Par ailleurs, nous avons publié 46 articles supplémentaires en libre lecture (outre les Lorgnettes, divers articles de blog). Au total, 71 textes peuvent être lus sans abonnement, même s’ils n’ont pas la cohérence recherchée par la lettre bimensuelle.

Sur les 118 textes, 58 ont traité de thèmes transversaux, 60 de zones géographiques données. 28 articles parlent de stratégie (générale, militaire ou de milieu), sans parler de ceux évoquant la géopolitique ou la dissuasion militaire. Pointons une série sur le stratégie spatiale, grâce notamment à notre stagiaire, que nous remercions ici. Notons également quelques considérations plus générales (environnement, religion, culture), des nécrologies et des fiches de lecture.

L’Europe a retenu particulièrement notre attention (avec une série qui sera regroupée en dossier), ainsi que l’Afrique (Sahel et Maghreb). L’Asie et le Moyen-Orient suivent, tandis que les Amériques, l’Arctique, l’Asie centrale et du sud et la Russie ont été peu traitées.

Nous entrons dans notre huitième année. Plus que jamais, la fluidité stratégique est à l’ordre du jour et la crise économique qui s’annonce, les résultats de l’élection américaine ou les prémices de la campagne présidentielle française accentueront la difficile lecture de haut niveau de notre environnement. Nous nous attacherons, plus que jamais, à vous présenter nos analyses. Nous vous annoncerons bientôt quelques évolutions.

Bonne lecture d’ici là… et bonne rentrée !

Table des publications 2020-2021

La table des publications de La Vigie au cours des derniers mois est jointe à ce numéro. Vous pouvez la consulter en téléchargeant le numéro pdf ici.

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo : raumark_pfsoe on VisualHunt.com

La marche du monde: typologie des fractures et fissures en Amérique et en Europe en 2021

Nous sommes heureux de publier cet article fouillé, proposés par Jean Dufourcq qu’on ne présente plus et Pierre Laroque, X, ancien de Stanford et consultant énergie, est un observateur averti de la démocratie aux États-Unis où il réside. Merci à eux. LV

Source photo

  • Redémarrer, autrement ?

La pandémie du Sras-Cov2 qui sévit sur toute la planète a provoqué une panne générale dans la dynamique des sociétés et révélé des mouvements de fond occultés par la course effrénée au progrès qui sévissait jusque-là. Car un peu partout, les peuples en mouvement questionnent les projets qui les unissent et les structures qui les administrent. Ils disent leur volonté de reprendre la main sur leurs gouvernants.

Continue reading “La marche du monde: typologie des fractures et fissures en Amérique et en Europe en 2021”

La Vigie n° 159 : De la démocratie en Amérique | Grozny la nouvelle | Lorgnette : Ciel fermé

Lettre de La Vigie datée du 20 janvier 2021

De la démocratie en Amérique

Les événements du 6 janvier à Washington marquent une émotion populaire, incontestablement séditieuse même si elle ne peut être décrite de coup d’État. Elle confirme la profonde division américaine entre radicaux des deux camps. Elle est aussi l’occasion d’une censure par les grands réseaux sociaux qui interroge leur place dans le dispositif démocratique. Une lourde tâche attend Joe Biden.

Pour lire l’article, cliquez ici

Grozny la nouvelle

La Tchétchénie ne fait plus la une des journaux depuis une quinzaine d’années: pourtant, que s’est-il passé pour que des Tchétchènes combattent des Tchétchènes en Syrie, les uns aux côtés des Russes, les autres de l’EI ? Aujourd’hui, constatons cependant la maîtrise russe qui a repris le contrôle de son espace ciscaucasien.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : Ciel fermé

La Russie a déclaré le 15 janvier se retirer du traité Ciel Ouvert, signé en 2002, qui permettait le droit de conduire et l’obligation d’accepter des vols d’observation au-dessus [du] territoire de l’autre partie pour vérifier les activités et installations militaires. Les États-Unis de D. Trump s’en étaient retirés unilatéralement en novembre dernier (LV 143) au grand dam des alliés européens ; Ceux-ci n’ont pourtant pas voulu accéder aux demandes de Moscou, à savoir de ne pas transférer à Washington leurs observations. Les États-Unis s’étaient déjà retirés unilatéralement du traité FNI (LV 112).

Avec Ciel ouvert se termine l’ère des Mesures de confiance et de stabilité qui avaient irrigué le dialogue international depuis les années 1970. C’est tout le système du contrôle et de la maîtrise des armements qui disparaît : il ne reste plus que le traité New Start (maîtrise des arsenaux nucléaires) qui échoie le 5 février prochain.

Le calendrier est important : alors que Joe Biden prendra les commandes de la Maison Blanche le 20 janvier, l’annonce russe constitue une pression diplomatique pour prolonger New Start tout en affirmant sa résolution dans la négociation à venir.

JOCV

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo : https://visualhunt.com/f5/photo/50819385996/2a647d4170/

De la démocratie en Amérique (LV 159)

Les événements du 6 janvier à Washington marquent une émotion populaire, incontestablement séditieuse même si elle ne peut être décrite de coup d’État. Elle confirme la profonde division américaine entre radicaux des deux camps. Elle est aussi l’occasion d’une censure par les grands réseaux sociaux qui interroge leur place dans le dispositif démocratique. Une lourde tâche attend Joe Biden.

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois ou à un Abonnement 1 an members.

Acheter cet article (3.00€) Choisir un abonnement

La Vigie n° 151 : Repli derrière le mur | Que nous dit l’Amérique ? | Lorgnette : Haut-Kharabakh

Lettre de La Vigie n° 151 du 30 septembre 2020

Repli derrière le mur

La construction des murs s’accélère dans ce monde. Pourtant, ce mode d’action tactique n’a jamais su, de manière structurelle, contribuer à une action stratégique durable. De même il reflète un repli sur soi et une peur de l’autre alors que nous avons justement besoin de dialectique.

Pour lire l’article, cliquez ici

Que nous dit l’Amérique ?

La campagne électorale américaine est particulièrement anormale : non seulement à cause du Covid mais aussi parce qu’elle démontre l’affrontement, bloc à bloc de deux Amériques irréconciliables et prêtes à en découdre, refusant par avance la victoire de l’autre camp. Au-delà de la disparition du ciment WASP, c’est une conception de la modernité qui s’éloigne. Ce numéro de La Vigie s’interroge enfin sur les conséquences de la victoire de D. Trump ou de celle de J. Biden : dans les deux cas, les perspectives ne sont pas fameuses.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : Haut-Karabakh

Faut-il être surpris de la reprise des combats au Haut-Karabakh, cette enclave arménienne en Azerbaïdjan ? Non. Tout d’abord parce que la dispute est ancestrale et qu’on ne voit pas de solution négociée à ce conflit. D’ailleurs, les éclats de ces derniers jours semblent orchestrés plus pour des raisons intérieures du côté de Bakou que par la volonté de reprendre le contrôle militaire de ce territoire. Il reste que les canons ont parlé et que certains s’en alarment.

Rappelons ici qu’un conflit gelé ne signifie pas un conflit éteint : le gel signifie seulement qu’il ne dégénère pas, mais qu’il est en revanche entretenu, à coup d’escarmouches plus ou moins bruyantes ou meurtrières. À cette aune, la bataille de ces derniers jours serait normale.

Pour autant, elle détonne par rapport à la politique habile de l’Azerbaïdjan (LV 134). Les deux grands parrains de la région, Russie et Iran, devraient rapidement signifier à Bakou la fin de l’épisode. Mais c’est compter sans l’activisme turc dont on se demande ici ce qu’il poursuit : dans le jeu à plusieurs bandes de l’Orient compliqué, il ne s’agit probablement pas de la Transcaucasie mais plus probablement d’un message à l’endroit de Moscou et Téhéran.

JOCV

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Que nous dit l’Amérique ? (LV 151)

La campagne électorale américaine est particulièrement anormale : non seulement à cause du Covid mais aussi parce qu’elle démontre l’affrontement, bloc à bloc de deux Amériques irréconciliables et prêtes à en découdre, refusant par avance la victoire de l’autre camp. Au-delà de la disparition du ciment WASP, c’est une conception de la modernité qui s’éloigne. Ce numéro de La Vigie s’interroge enfin sur les conséquences de la victoire de D. Trump ou de celle de J. Biden : dans les deux cas, les perspectives ne sont pas fameuses.

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois ou à un Abonnement 1 an members.

Acheter cet article (3.00€) Choisir un abonnement

La Vigie n° 140 : Coronacrise : récession stratégique ? | Covid en Amérique : la bascule ? | Lorgnette : trêve au Yémen

Lettre de La Vigie du 15 avril 2020

Coronacrise : récession stratégique ?

Quelques pistes de réflexions et d’attente pour la France et l’Europe pour parer à une forme de récession stratégique de la planète et s’affranchir de quelques impasses probables. Le monde d’après la coronacrise reste encore indéterminé pour quelque temps.

Pour lire l’article, cliquez ici

Covid en Amérique : la bascule

L’Amérique est désormais l’épicentre de la pandémie mondiale avec des chiffres exceptionnels qui confirment qu’elle demeure le pays de tous les extrêmes. Les conséquences politiques, économiques, militaires et diplomatiques sont d’ores et déjà nombreuses. Pourtant, cette crise accélère le tournant déjà entamé en ce XXIe siècle, celui de la sortie de la centralité américaine.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : trêve au Yémen

La coronacrise précipite les événements. Par une ruse de l’histoire, voici que la pandémie qui frappe les familles royales d’Arabie Séoudite provoque à Riyad une évolution notable : celle d’arrêter les frais au Yémen.

Chacun sait que cette guerre a été ordonnée par l’impétueux Mohamed ben Salman qui croyait pouvoir résoudre facilement et par la force l’imbroglio yéménite. Ce conflit qui dure depuis 2015 a suscité l’intervention d’une coalition séoudienne. Elle n’a jamais réussi à atteindre ses objectifs, notamment celui de chasser les houthistes de leurs positions au nord du pays : le conflit a fait plus de 110.000 morts et provoqué la pire crise humanitaire du moment.

C’est pourquoi le Royaume a offert un cessez-le-feu la semaine dernière, rejeté par les houthis qui n’ont jamais cru aux offres séoudiennes et qui sont en passe de reprendre la province de Marib. Ils sont en position de force et de facto, l’Arabie constate qu’elle a perdu la guerre. L’enjeu est de savoir comment solder les comptes et gérer les relations avec l’Iran. Mais un premier cas de Covid 19 au Yémen risque d’accélérer les choses et de pousser les Séoudiens à se retirer unilatéralement.

JOCV

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo : https://visualhunt.com/f3/photo/49726465561/7b71a25cd0/

Covid en Amérique : la bascule (LV 140)

L’Amérique est désormais l’épicentre de la pandémie mondiale avec des chiffres exceptionnels qui confirment qu’elle demeure le pays de tous les extrêmes. Les conséquences politiques, économiques, militaires et diplomatiques sont d’ores et déjà nombreuses. Pourtant, cette crise accélère le tournant déjà entamé en ce XXIe siècle, celui de la sortie de la centralité américaine.

Vous devez avoir un compte pour acheter ce contenu ! Vous pouvez créer un compte gratuitement, et recommencer.

Cliquez ici pour choisir un abonnement.