L’Inde est-elle une vraie puissance spatiale ? (J. Crisetig)

Notre stagiaire, Joel Criseti, a eu le temps de préparer une dernière fiche sur les stratégies spatiales. Voici l’Inde… Mille mercis à lui pour son excellent travail. LV

Source

La stratégie spatiale indienne repose sur trois données fondamentales : son programme spatial doit servir au développement du pays, il doit être bon marché et, enfin, respecter les normes démocratiques que s’engage à respecter la « plus grande démocratie du monde »… Une doctrine malmenée dans la course ultra-concurrentielle et de plus en plus militarisée à l’espace.

Continue reading “L’Inde est-elle une vraie puissance spatiale ? (J. Crisetig)”

L’Italie est-elle une vraie puissance spatiale ? (J. Crisetig)

Coopération avec ses alliés américain et européens (notamment la France), innovations, modèle de développement atypique mais opérant… L’Italie fait figure d’élève modèle dans le secteur spatial. Si le pays est prometteur, il devra à l’avenir encore combler des lacunes de taille.

source

Continue reading “L’Italie est-elle une vraie puissance spatiale ? (J. Crisetig)”

Algérie, puissance spatiale ? (J. Crisetig)

Grâce à Joël Crisetig, nous poursuivons notre étude des puissances spatiales émergentes. Après le Maroc, voici le voisin algérien. LV.

Grâce à son programme spatial multidimensionnel et soutenu activement par la Chine, l’Algérie est une concurrente sérieuse au Maroc dans la conquête spatiale sur le continent africain. A première vue, Alger et Rabat ont adopté des stratégies différentes, mais l’Algérie avance de toute évidence masquée pour rattraper son voisin.

Continue reading “Algérie, puissance spatiale ? (J. Crisetig)”

Le Maroc, une vraie puissance spatiale ? (J Crisetig)

Notre stagiaire continue ses études spatiales. Aujourd’hui, le Maroc. LV

La stratégie spatiale marocaine s’articule autour de trois axes : le premier, assumé, de développement agricole, le deuxième, plus discret, de défense aux frontières, et le dernier, secret celui-ci, de dissuasion militaire face à ses adversaires régionaux. Le tout en s’alliant aux grandes puissances spatiales.

Source

Si le développement de ses capacités spatiales était initialement pensé comme un moyen de protéger son économie contre les conséquences du changement climatique, le Maroc conçoit le lancement de (nano)satellites comme un outil de dissuasion militaire et de puissance régionale africaine. Le royaume n’hésite pour cela pas à s’allier à des grandes puissances spatiales.

Ainsi, en quoi le Maroc conçoit-il sa puissance spatiale comme une combinaison de développement économique, d’influence régionale, et de dissuasion militaire ?

La conquête spatiale, une réponse aux défis économiques du Maroc en coopération avec de grandes puissances spatiales

L’agriculture constitue une grande part de l’économie du Maroc. Elle est cependant mise à mal par le changement climatique : sécheresse, appauvrissement des sols… Dès 1989, par la création du Centre royal de télédétection spatiale (CRTS), le Maroc cherche à lancer des satellites – et des nanosatellites dès 2001 – pour « développer les applications de la télédétection et des technologies connexes ». Les données spatiales obtenues (cartographie, indicateurs sur la consommation d’eau etc.) sont mises à disposition d’acteurs privés et étatiques afin d’optimiser les rendements de l’agriculture marocaine dans un objectif de développement durable.

Le but est en outre de créer un écosystème favorable au lancement de satellites. Le gouvernement mise sur une coopération étroite avec les universités du pays, notamment l’Institut des métiers de l’aéronautique (IMA), et sur une industrie aéronautique en pleine croissance (17.500 employés avant le Covid). Le Maroc travaille avec le MIT et des gouvernements européens, et plus particulièrement avec la France et l’ESA (Agence spatiale européenne). Les engins d’observation marocains Mohammed-VI A et B ont été conçus par le groupe franco-italien Thales Alenia Space et Airbus et lancés par Arianespace depuis la base de Kourou en 2017 et 2018. En incitant les grands groupes aéronautiques européens (Thales, Safran et consorts) à implanter leurs usines au Maroc, le royaume chérifien espère rééditer le succès rencontré par l’industrie automobile en termes de création d’emplois et d’acquisition de compétences. Un bilan jusqu’ici mitigé : il s’agit d’activités à faible valeur ajoutée et l’emploi global ne progresse pas puisque l’activité baisse dans d’autres secteurs. Néanmoins, le Maroc insiste également sur un autre aspect : son rayonnement sur le continent africain, conformément à son ambition de puissance régionale.

L’affirmation d’un rôle régional ambitieux

Depuis « l’Agenda 2063 » promulgué par l’Union Africaine en 2014, qui prévoit d’accélérer le développement économique, sécuritaire et scientifique du continent, de nombreux pays africains investissent dans la conquête spatiale. Le Maroc, précurseur en la matière, entend jouer un rôle de leader continental. C’est dans cet esprit qu’il a accueilli, courant 2019, la conférence mondiale sur « l’espace au service des pays émergents ». Cependant, puisque le royaume souhaite se positionner comme une tête de proue de la stratégie spatiale africaine, il développe également des outils militaires, tenus secrets.
Des ambitions militaires secrètes ? L’inquiétude des voisins du Maroc

La stratégie spatiale du Maroc, si elle est présentée comme un outil économique à usage interne voire de rayonnement régional « bienveillant », inquiète les voisins du royaume. En effet, les satellites Mohammed-VI A et B et les nanosatellites sont dotés des outils de surveillance les plus précis du continent africain. Ils sont construits sur le modèle du système d’imagerie militaire français « Pléiade ». Matériel d’espionnage ? Simple dispositif pour lutter contre l’immigration clandestine et le terrorisme ? Outil de dissuasion face aux voisins du royaume, avec qui ce dernier entretient des rapports tendus (Algérie, Espagne, Mauritanie) ? Le Maroc s’exprime peu sur le sujet, mais une chose est claire : le royaume veut peser en Afrique avec sa politique spatiale, en misant sur sa polyvalence : développement économique et agricole, activisme régional, dissuasion militaire…

Joel Crisetig

Le Luxembourg est-il une vraie puissance spatiale ? (J. Crisetig)

La Vigie a demandé à son stagiaire de travailler sur les stratégies spatiales des petites puissances. Voici son premier billet : saviez-vous que le Luxembourg était une puissance spatiale ? Oui, désormais, grâce à lui. LV

 

Source

Le Luxembourg investit massivement dans la recherche spatiale afin d’attirer des entreprises capables d’extraire des ressources spatiales commercialisables sur terre. L’objectif : diversifier l’économie du pays.

Continue reading “Le Luxembourg est-il une vraie puissance spatiale ? (J. Crisetig)”

Introduction aux opérations multidomaines (LV 163)

La synergie des engagements militaires multi-domaines a connu une accélération à partir de 2014. Le développement de stratégies hybrides, combinant des modes d’actions militaires et non-militaires, de la part de compétiteurs ou de perturbateurs stratégiques, étatiques ou non, a conduit les États-Unis à structurer leur approche des opérations multi-domaines (MDO) et à solliciter leurs alliés. Comme à chaque fois qu’émerge un nouveau concept à caractère stratégique et opérationnel, chacun d’eux est amené à se l’approprier avant d’envisager une réponse commune interopérable et coordonnée. La France s’y prépare. Les prochains sommets de l’OTAN et de l’UE pourraient voir l’adoption des premières initiatives multilatérales concrètes. 

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois ou à un Abonnement 1 an members.

Acheter cet article (3.00€) Choisir un abonnement