LV 125 : La veille stratégique | Fiabilité stratégique | Lorgnette : l’Arabie flambe

Lettre de La Vigie du 18 septembre 2019

L’importance croissante de la veille stratégique

La veille stratégique est une activité de plus en plus cruciale chez bon nombre d’organisations, confrontées à l’infobésité. Elle sert les objectifs stratégiques (anticipation, sécurisation et mobilisation), ne s’opère pas seulement vers l’extérieur et ne se résume pas à une documentation améliorée : elle doit prendre en compte le milieu hostile contemporain où l’information est à la fois énergie et arme.

Fiabilité stratégique

La fiabilité d’une stratégie s’évalue avec plusieurs indicateurs: sa capacité à encadrer l’incertitude et à évaluer les possibles, son pragmatisme et son agilité face à l’imprévu, sa capacité à combiner détermination et retenue … Elle est un facteur essentiel de sa pérennité et de la consolidation des intérêts de sécurité du pays.

Lorgnette : L’Arabie Séoudite flambe

Une attaque coordonnée par voie aérienne a endommagé gravement le 14 septembre un site pétrolier séoudien : on ne sait pas s’il s’agit de drones ou de missiles ni d’où ils viennent (Yémen, Irak, Iran ?) et qui les a tirés. La réduction des capacités de production a suscité une flambée des cours du pétrole et affecté les marchés. Et pourtant, si très tôt les accusations ont fleuri, une certaine retenue s’observe, à Washington et Riyad. Ici, l’enlisement au Yémen souligne les limites guerrières du royaume qui ne peut engager un conflit ouvert avec son rival iranien. Là, une campagne électorale déjà ouverte empêche le président Trump d’ouvrir un nouveau front, à rebours du désir profond de son électorat.

Passons sur les limites capacitaires de la protection sol-air (détection et destruction) du royaume séoudien ou sur les innovations techniques surprenantes d’un agresseur capable de lancer une salve d’engins manœuvrant à plusieurs centaines de kilomètres : constatons l’audace de cette initiative stratégique et son succès, tant elle révèle les limites militaires et politiques de l’alliance américano-séoudienne.

JDOK

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo : cdfr31 on VisualHunt.com / CC BY-NC-SA

L’importance croissante de la veille stratégique (LV 125)

La veille stratégique est une activité de plus en plus cruciale chez bon nombre d’organisations, confrontées à l’infobésité. Elle sert les objectifs stratégiques (anticipation, sécurisation et mobilisation), ne s’opère pas seulement vers l’extérieur et ne se résume pas à une documentation améliorée : elle doit prendre en compte le milieu hostile contemporain où l’information est à la fois énergie et arme.

Cette page est réservée aux abonnées Membre Abonné (3 mois) et Membre Abonné (1 an).
Se connecter S’inscrire

Fiabilité stratégique (LV 125)

La fiabilité d’une stratégie s’évalue avec plusieurs indicateurs: sa capacité à encadrer l’incertitude et à évaluer les possibles, son pragmatisme et son agilité face à l’imprévu, sa capacité à combiner détermination et retenue … Elle est un facteur essentiel de sa pérennité et de la consolidation des intérêts de sécurité du pays.

Cette page est réservée aux abonnées Membre Abonné (3 mois), Membre Abonné (1 an) et Membre Non-Abonné.
Se connecter S’inscrire

Japon – Corée : éloignement (Ch. Pipolo)

Nous sommes heureux d’accueillir ce premier article du CA (2S) Christophe Pipolo, qui rejoint La Vigie après une très belle expérience internationale. C’est un complice de longue date et sa venue est pour nous une excellente nouvelle. Du coup, il va falloir que nous changions notre acronyme de signature. Mais d’autres nouvelles vont survenir… JDOK

La presse a récemment fait état d’une certaine inquiétude après la non-reconduction de l’accord général de sécurité concernant les échanges d’informations militaires (GSOMIA) entre Séoul et Tokyo (voir Le point : https://www.lepoint.fr/tiny/1-2331142 ). Christophe Pipolo tire de l’incident les conclusions suivantes.

Source image

Continue reading “Japon – Corée : éloignement (Ch. Pipolo)”

Sauvons les huitres (Le Cadet n° 63)

Au lendemain de la bataille de Znaïm, l’Empereur se permit cette saillie demeurée célèbre : « Marmont, vous manœuvrez comme une huitre ! ». Aujourd’hui, il dirait « comme un Boris ». Car l’histoire réservera une place de choix à Cameron initiant par confort politique un référendum sur une question tirée aux dés, mais surtout à Johnson se prenant pour Cromwell et percutant de plein fouet le mur de Westminster sous les encouragements du visionnaire Trump : « Boris est un ami, il sait comment gagner. Ne vous inquiétez pas, ça va aller ». Boris vaincra parce qu’il est le plus fort. Que cette leçon d’inintelligence tactique permette au moins de réhabiliter les huitres : nous daubons sur Gamelin racrapoté en cinq jours, nos enfants rigoleront de Johnson scalpé en trois.

Comment ce petit caudillo a-t-il pu espérer un instant venir à bout de ce qu’il a fallu plusieurs siècles à ériger, le régime parlementaire, au prix de quelques bastilles et têtes couronnées ? Forcer la signature d’une très vieille dame à qui les compétitions de coucheries de ses petites brus prennent la tête, et ressusciter une prérogative monarchique dont on nous dit qu’elle est parfaitement constitutionnelle (mais la seconde dissolution de la Chambre par Charles X l’était tout autant), passe encore. Faire croire à tous les souveraino-populistes béats qu’on est le héraut du respect des urnes, alors qu’on n’a comme seul souci que de passer en force pour en remettre une couche de neo-thatchérisme et casser ce qui reste encore debout, est déjà plus culotté. Mais prendre les Communes pour un club de nigauds et aller jusqu’à faire honte aux huitres, voilà qui mérite de rester dans les annales. Tout a été fait de travers, jusqu’au calendrier qui laisse maintenant Johnson sans Parlement sur lequel s’appuyer, mais ligoté dans la malle au fond du lac. N’est pas Houdini qui veut !

On connait peu de rois, de généraux ou de ministres ayant aussi vite et aussi complètement, disons le mot en bon français, tout foiré. Si on voulait faire de la psychanalyse, on parlerait de pulsion d’autodestruction. Mettons plutôt ça sur le compte de la monstrueuse bêtise d’une génération de stratèges de bac à sable formés par des écoles de sciences politiques ineptes, dont il ne sort que des idéologues sans compétences et surtout sans savoir-faire, et qui se prennent pour Napoléon alors qu’ils ne savent même pas comment pointer un canon.

En souvenir de Jeanne, Montcalm et quelques amiraux, les larmes que je verse sur le Royaume Uni sont sans doute de crocodile. Mais pas seulement. Malraux disait que si la France est grande pour le monde, l’Angleterre n’est grande que pour elle-même. C’est injuste. Il y a quatre-vingts ans, les navires de la Royal Navy recevaient ce message : « Winston is back ! ». Les temps changent.

Le Cadet, n° 63

LV 124 : Du bon pied | Une belle séquence diplomatique | Lorgnette : acheter le Groenland

Lettre de La Vigie du 4 septembre 2019

Du bon pied

Repartir du bon pied en matière de sécurité après un été lourd de tensions, c’est pour la France accorder une vive attention à la sécurité publique. C’est ensuite chercher à réaménager l’espace stratégique de son voisinage géopolitique. C’est enfin se dégager des pièges que tend de façon inconsidérée une administration américaine qui souffle le chaud et le froid et déstabilise la gouvernance mondiale. Notons que de façon pragmatique, des avancées attendues sont aujourd’hui en cours de développement.

Pour lire la suite de l’article, cliquez ici

Une belle séquence diplomatique

Les sommets de chefs d’État servent souvent à peu de choses, sinon la mise en scène de l’entente supposée des dirigeants. C’est encore plus vrai des G7, habituellement. Pourtant, la fin d’été a vu une belle séquence diplomatique animée par le président Macron, qui a réussi à susciter une ouverture sur le dossier iranien et un accord sur la taxation des GAFA. Cela fut suivi par un discours aux ambassadeurs qui signale un changement de ligne et assurément un pragmatisme qui nous semble de bonne méthode

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : Acheter le Groenland

La proposition estivale de Donald Trump d’acheter le Groenland a suscité l’éternel flot de sarcasmes et provoqué une crise diplomatique avec le Danemark, qui demeure souverain sur l’île. Rappelons que l’idée n’est pas si absurde qu’il y paraît (les États-Unis ont déjà acheté Louisiane et Alaska et formulé deux propositions d’achat du Groenland par le passé), que l’Amérique y dispose de la base de Thulé, que l’intérêt géostratégique d’hier face à l’URSS est aujourd’hui renouvelé avec l’intérêt accru porté à l’Arctique, notamment par la Chine. Notons enfin que géologiquement, l’île est plus américaine qu’européenne.

Il reste que le Danemark demeure souverain, qu’il y a un statut d’autonomie (tout comme aux Féroé dont les récentes élections ont mis en avant les indépendantistes) et que cela pose la question de toutes ces îles du nord (Groenland, Féroé, Spitzberg/Svalbard) mais aussi, de la place que pourrait avoir l’Europe (non l’UE, compte-tenu de la non-appartenance de la Norvège) sur ces questions polaires. Autrement dit, au lieu de ricaner, s’y intéresser sérieusement. La France a paraît-il un ambassadeur pour les pôles : on ne l’a pas entendu sur le sujet.

JDOK

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo :La Moncloa - Gobierno de España on Visual hunt / CC BY-NC-ND

Du bon pied (LV 124)

Repartir du bon pied en matière de sécurité après un été lourd de tensions, c’est pour la France accorder une vive attention à la sécurité publique. C’est ensuite chercher à réaménager l’espace stratégique de son voisinage géopolitique. C’est enfin se dégager des pièges que tend de façon inconsidérée une administration américaine qui souffle le chaud et le froid et déstabilise la gouvernance mondiale. Notons que de façon pragmatique, des avancées attendues sont aujourd’hui en cours de développement.

This content requires that you purchase additional access. The price is 2.00€ or free for our Membre Abonné (3 mois) et Membre Abonné (1 an) members.

Purchase this Content (2.00€) Choose a Membership Level

Belle séquence diplomatique (LV 124)

Les sommets de chefs d’État servent souvent à peu de choses, sinon la mise en scène de l’entente supposée des dirigeants. C’est encore plus vrai des G7, habituellement. Pourtant, la fin d’été a vu une belle séquence diplomatique animée par le président Macron, qui a réussi à susciter une ouverture sur le dossier iranien et un accord sur la taxation des GAFA. Cela fut suivi par un discours aux ambassadeurs qui signale un changement de ligne et assurément un pragmatisme qui nous semble de bonne méthode

This content requires that you purchase additional access. The price is 2.00€ or free for our Membre Abonné (3 mois) et Membre Abonné (1 an) members.

Purchase this Content (2.00€) Choose a Membership Level

LV 123 bis (Gratuit) : Mouvements à l’Orient | Table analytique LV 18-19

Lettre de La Vigie du 28 août 2019

Mouvements à l’Orient

L’été 2019 a vu de brusques accélérations en Asie, à l’est comme à l’ouest ou au sud. Elles sonnent un peu différemment de ce qui se passe en Afrique, (voir notre dernier numéro, LV 123). Chacun de ces mouvements aurait mérité un numéro d’analyse de La Vigie. Il nous a semblé profitable de faire un point rapide de ces évolutions et surtout des conclusions qu’on peut déjà en tirer. Le point commun est celui d’un monde extrêmement fluide où chaque partie n’hésite pas à des mouvements rapides afin de faire valoir ses intérêts : l’intérêt, tel semble désormais le maître mot de la géopolitique mondiale, du Yémen à l’Iran, de l’Inde à la Chine, de Hong-Kong à la Corée du nord. (lire la suite ci-dessous)

Table analytique de La Vigie 2018-2019

Vous trouverez ci-joint la table analytique des numéros et billets de La Vigie parus depuis un an. Mille mercis à nos contributeurs qui animent régulièrement des billets en libre lecture et viennent compléter les analyses que nous proposons par ailleurs. Cette dynamique permet l’élargissement des points de vue et permet en plus à de jeunes auteurs ou à d’autres confirmés de s’exprimer, conformément à la vocation de La Vigie.

Nous entrons dans notre sixième année et vous annoncer son bientôt quelques évolutions. Bonne lecture d’ici là, et bonne rentrée.

Tous les textes sont accessibles par un lien hypertexte (colonne de gauche)

Cliquez ci-dessous pour lire le doc en entier ou (abonnés) téléchargez le pdf sur le site.

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur (qui veut aller plus loin après cette belle découverte) : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Photo credit: @bibiweb on VisualHunt.com /  CC BY-NC-ND

JDOK

Continue reading “LV 123 bis (Gratuit) : Mouvements à l’Orient | Table analytique LV 18-19”

LV 123 (numéro double) : Lassitude | Miscellanées | Soudan : fin de parties ? | Commander l’espace | Vignettes de lecture

Lettre (double de La Vigie du 31 juillet 2019)

Lassitude stratégique

Face aux approximations et incohérences, la lassitude gagne le stratégiste. Il doit rappeler quelques évidences : le faux concept d’armes de destruction massive, qui mêlent dans un fourre-tout des armes spéciales tactiques et des armes de supériorité stratégique ; les vicissitudes de l’arms control ; enfin, la confusion stratégique de l’inclusivité, nouveau dogme stratégique français qui mélange tout sans rien réellement décider.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette 1 : Miscellanées politiques

Le premier semestre fut fertile en réflexions politiques, celles suscitées par le traité de Versailles ou le 75ème anniversaire du D-day. On prit aussi plaisir à lire les Conversations Tocqueville qui traitaient cette année du futur des nations et les débats autour du Brexit et du désordre européen. Comme souvent il s’agit de passé et d’avenir dont le présent peine à cerner les contours. Mais si l’histoire ne se répète jamais, elle se continue toujours. L’ignorer serait une faute. L’Etat-nation du XXe siècle se transforme en Etat connecté du XIXe siècle. Mais alors que garder du passé ? Quels acquis européens, communautaires et stratégiques, préserver ? Quelles leçons tirer des rendez-vous et des paix manqués ? Le temps de l’héroïsme collectif des peuples est passé mais leur dispersion dans des trajectoires singulières ne sera pas un progrès. En Europe plus qu’ailleurs on a expérimenté les désastres interétatiques. Il faut d’autres règles du jeu sur le continent eurasiatique, pour gérer nos nations culpabilisées par la mondialisation inclusive. Alors au lieu de prétendre à l’innocence, i.e. à une justice sans force, essayons d’être un peu plus forts, même au risque d’être un peu moins justes (Pierre Manent).

Soudan : fin de partie ?

La mort du président tunisien rappelle que la pression populaire peut changer le système. La victoire algérienne en football temporise le blocage de cette pression. Enfin, l’accord au Soudan donne l’illusion que le système est en train de changer : ce n’est probablement qu’une illusion, le régime dual mis en place permettant probablement la prolongation du système de pouvoir.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette 2 : Commander l’espace

La France va bientôt se doter d’un commandement spatial militaire : La nouvelle stratégie spatiale récemment exposée prévoit une vraie force spatiale (nouveaux satellites de surveillance, nano-satellites, petits lanceurs réactifs, lasers de puissance). Tout serait lancé à partir de 2023 (prochain quinquennat). 700 M€ sont dégagés sur l’actuelle LPM, 1,5 G€ sur la suivante. La doctrine serait alignée sur celle de la dissuasion : doctrine active mais non offensive et « non engagement en premier », afin de protéger et défendre nos intérêts spatiaux. Bien sûr, on fera cela dans un cadre européanisé (personne ne note le retard allemand en la matière). Le nouveau commandement spatial sera installé à Toulouse tandis que la loi sur les opérations spatiale de 2008 sera revue afin de permettre une véritable spécificité militaire.

Cette nouvelle stratégie prend acte de la course aux armements qui est en train de se dérouler, motivée à la fois par la multiplication d’acteurs étatiques (Japon, Chine, Inde) mais aussi privés. Le spatial était placé entre la dissuasion et le renseignement : il prend désormais son autonomie. L’Armée de l’Air en a la charge.

Vignettes de lecture :

Les défis chinois (E. de La Maisonneuve) – La mesure de la force (M. Motte) – Vision(s) du monde (Ch. Grataloup) – La puissance au XXIè siècle (P. Bühler) – L’orthodoxie (N. Kazarian) – L’affolement du monde (Th. Gomart) – L’archipel français (J. Fourquet) – Le désert et la source (R. Cagnat) – La France et l’Otan en Syrie (R. Hureaux) – Les guerriers de l’ombre (JC Notin) – Bable minute zéro (GP Goldstein) – Pièfge au levant (R. Pietrini) – La bombe d’Alger (M. Bowman) – Les invasions allemandes (N. Isigny).

JDOK

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo : visual hunt : https://visualhunt.com/f2/photo/46882125565/365d7d7d15/