La Vigie n° 184 : Arménie meurtrie | Négociation russo-américaine | Lorgnette : dissuasion et espionnage sur petit écran

Lettre de La Vigie du 19 janvier 2022

Arménie meurtrie

Alors que la Turquie vient justement d’entamer des négociations pour tenter de normaliser ses relations avec son voisin l’Arménie – en s’étant mis d’accord pour ne pas mentionner le « génocide arménien » pour le moment – il est temps pour nous de continuer notre tour d’horizon transcaucasien en nous penchant sur l’Arménie. Quelle place occupe-t-elle dans l’équilibre régional ?

Pour lire l’article, cliquez ici

Négociation russo-américaine

Des observateurs européens se sont beaucoup alarmés du risque de guerre aux confins de l’Ukraine. Et si tout cela n’était que du bluff, V. Poutine jouant cette fois au poker et encaissant des gains dans la négociation bilatérale avec les États-Unis ? Tuant du même coup toute velléité d’une défense européenne autonome.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : Dissuasion et espionnage sur petit écran

Une coproduction télévisée entre Arte et la BBC, intitulée « VIGIL » et actuellement à l’antenne, sort du lot. Il s’agit d’une petite série à six épisodes.

Tout commence par une enquête pour la mort suspecte d’un marin à bord d’un SNLE britannique dans les eaux territoriales en Écosse. Si les images aériennes sont bien celles de la base réelle de Faslane, la base des SNLE y est renommée « Dunloch ».

Sacrifiant hélas aux convenances actuelles quant aux états-d’âme de l’héroïne et en omettant quelques invraisemblances, certainement acceptées par souci dramatique, l’intérêt de la série réside dans la manière dont elle revisite le « genre » cinématographique sous-marin, qui peut vite s’avérer lassant. Ce n’est pas l’enquête au sol qui l’offre, mais la manière dont la dissuasion nucléaire est abordée. En effet, le huis clos est un SNLE et il s’avèrera vite que le principe même de la posture de dissuasion est au cœur d’une machination.

Il est suffisamment rare d’évoquer ces sujets graves auprès d’une telle audience (ainsi au sein de la série, il y a aussi toutes sortes de pacifistes) : c’est le grand mérite de la série.

JOCV

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo : The White house

Arménie meurtrie (LV 184)

Alors que la Turquie vient justement d’entamer des négociations pour tenter de normaliser ses relations avec son voisin l’Arménie – en s’étant mis d’accord pour ne pas mentionner le « génocide arménien » pour le moment – il est temps pour nous de continuer notre tour d’horizon transcaucasien en nous penchant sur l’Arménie. Quelle place occupe-t-elle dans l’équilibre régional ?

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois et Abonnement 1 an members.

Acheter cet article (3.00€) Choisir un abonnement

Négociation russo-américaine (LV 184)

Des observateurs européens se sont beaucoup alarmés du risque de guerre aux confins de l’Ukraine. Et si tout cela n’était que du bluff, V. Poutine jouant cette fois au poker et encaissant des gains dans la négociation bilatérale avec les États-Unis ? Tuant du même coup toute velléité d’une défense européenne autonome.

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois et Abonnement 1 an members.

Acheter cet article (3.00€) Choisir un abonnement

OSS 117, rentre à la maison ! (Le Cadet n° 87)

Une maladie de vaincus : on connait cette réponse de Foch aux négociateurs allemands qui se lamentaient à Rethondes de capituler non parce que leur armée était défaite, mais parce que les rues outre-Rhin se couvraient de barricades. Comment ne pas faire le rapprochement avec des médias africains remontés, nos convois attaqués, notre drapeau piétiné et brûlé et une junte malienne félicitant outrageusement les mercenaires russes de Wagner de premiers succès après tant d’années d’échecs français ? L’Afrique ne nous reproche pas tant de perpétrer le système colonial que d’être incapables de gagner la guerre contre le djihad. En un mot, de ne plus servir à rien. France go home ! Toute proportion gardée, la désillusion des Africains est la même qu’au soir du 17 juin 1940.

L’opération était globale, s’excuse-t-on à Paris, et ce sont ses aspects politiques et économiques locaux qui n’ont pas été implémentés (comme on dit dans les cabinets de consultants américains qui nous gouvernent). Mais c’est précisément parce que le plan était global qu’il a échoué ; non qu’une victoire militaire soit le sésame de la géopolitique, mais sans elle il n’y a rien de pérenne. Et il ne peut plus en être autrement : il est loin le temps de Serval, quand nos unités aéroblindées étaient fêtées en libératrices, nous sommes désormais incapables de rééditer l’exploit, et avant longtemps [1]. On a ainsi appris en fin d’année, la même semaine, que si la Corée du Sud et Israël ont budgété des hélicoptères lourds, ceux qui nous manquent dans le Sahel et que Barkhane a dû se faire prêter, les actuaires de Bercy ont opposé une fin de non-recevoir à nos Armées, qu’il s’agisse d’achats américains ou d’un appareil européen à concevoir. Faut pas jouer les riches quand on n’a pas le sou, chantait Brel. Quoique, quand il s’agit de nettoyer les bas de bilan des banques d’affaires ou de subventionner des start-up éphémères, les sous, on les trouve rapidement. La dépense oui, la défense jamais !

Et tandis qu’Américains et Russes se découpent une nouvelle fois le continent, les Français et cette fois les Britanniques étant aussi absents qu’à Yalta, l’Union Européenne annonce une réflexion, envisage de débattre, prévoit de se doter d’une boussole stratégique dans un futur hypothétique à anticiper à l’horizon d’une décennie. Mais les institutions censées la représenter sont aux abonnés absents. Si Kissinger se plaignait que l’Europe n’ait pas de numéro de téléphone, le progrès est qu’il sonne désormais dans le vide – à supposer que l’Amérique appelle. Quand on est incapable de formuler l’ombre du soupçon d’un semblant de volonté pour son voisinage, on ne prétend pas régenter des horizons lointains. Le temps de Faidherbe et Laperrine est clôt. Celui d’OSS 117 également.

[1] Voir Le Cadet : n° 67, « Sahelistan, poil aux dents », janvier 2020 ; n° 77, « Le Cyber des Tartares », décembre 2020 ; n° 82, « Sur la pointe des pieds », juin 2021.

Le Cadet

Source

La Vigie n° 183 : De 2021 à 2022, encore l’incertitude ! | Mésentente cordiale | Lorgnette : Nobels sud-africains

Lettre de La Vigie du 5 janvier 2022

De 2021 à 2022 : Encore l’incertitude !

L’année 2022 s’annonce encore très incertaine : une Amérique banale, une Russie déclassée, une Chine crispée, un Moyen-Orient hésitant, une Afrique en panne et une Europe indécise ne favorisent pas de grands bouleversements stratégiques. La rivalité sino-américaine demeure le principal facteur structurant. Quant à la France, il faudra passer l’élection présidentielle pour y voir clair.

Pour lire l’article, cliquez ici

Mésentente cordiale

Avec 2021 s’est achevée l’année voulue comme celle du renouveau du leadership du Royaume-Uni sur les affaires du monde. Tandis que le 1er janvier 2022 marquait le premier anniversaire de l’entrée en vigueur effective du Brexit, que retenir de ces douze mois ? Qu’en déduire pour l’avenir de la relation franco-britannique et la normalisation de la relation entre l’UE et le Royaume-Uni ?

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : Nobels sud-africains

Deux prix Nobel sud-africains viennent de décéder à un mois d’intervalle.

Frederik de Klerk, dernier président blanc de l’Afrique du Sud, avait mis fin à l’apartheid et organisé une transition pacifique vers un régime démocratique qui avait permis aux Noirs d’accéder au pouvoir. Il avait obtenu le prix Nobel de la paix en 1993 avec Nelson Mandela. C’est lui qui change la doctrine du Parti National à partir de 1989, légalise les partis noirs et libère Mandela en 1990. L’abolition officielle de l‘apartheid a lieu en 1991. Il meurt le 11 novembre 2021.

Desmond Tutu est un évêque anglican noir qui, venu d’un milieu modeste, prêche la réconciliation entre les peuples. Son combat pour la non-violence lui fait obtenir en 1983 le prix Nobel de la paix. Il préside la Commission de vérité et réconciliation qui permet de faire la lumière sur bien des crimes et qui évite l’affrontement que tous prévoyaient à l’issue du changement de régime. Il n’hésita pas à dénoncer les dérives des successeurs de Mandela, notamment J. Zuma. Il est mort le 26 décembre 2021.

Deux hommes de bien qui vont manquer à l’Afrique du Sud qui connaît aujourd’hui bien des tourments. Puissent leurs successeurs être à la hauteur.

JOCV

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo : gr37 on VisualHunt.com

De 2021 à 2022,encore l’incertitude ! (LV 183)

L’année 2022 s’annonce encore très incertaine : une Amérique banale, une Russie déclassée, une Chine crispée, un Moyen-Orient hésitant, une Afrique en panne et une Europe indécise ne favorisent pas de grands bouleversements stratégiques. La rivalité sino-américaine demeure le principal facteur structurant. Quant à la France, il faudra passer l’élection présidentielle pour y voir clair.

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois et Abonnement 1 an members.

Acheter cet article (3.00€) Choisir un abonnement

Mésentente cordiale (LV 183)

Avec 2021, s’est achevée l’année voulue comme celle du renouveau du leadership du Royaume-Uni sur les affaires du monde. Tandis que le 1er janvier 2022 marquait le premier anniversaire de l’entrée en vigueur effective du Brexit que retenir de ces douze mois ? Qu’en déduire pour l’avenir de la relation franco-britannique et la normalisation de la relation entre l’UE et le Royaume-Uni ?

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois et Abonnement 1 an members.

Acheter cet article (3.00€) Choisir un abonnement

La diplomatie d’hier à demain, R. Delcorde

La diplomatie au service d’un monde en mouvement

Pour beaucoup, c’est une année inquiétante qui s’ouvre en 2022 sur fond de bruits de bottes, d’Ukraine en Taïwan pour les uns, du Yémen au Sahara occidental en passant par la Méditerranée orientale et le Sahel pour d’autres, partout où des points chauds se cristallisent. Le recours à la guerre est redouté, celui à la diplomatie ignoré.

Ainsi les alarmistes professionnels qui veulent resserrer les rangs des coalitions militaires d’hier se préparent à en découdre militairement avec des autocrates ciblés. Pour certains, la situation rappelle celle des années 1930 avec la montée des fascismes. Ce faisant, ces inquiets se posent plus en défenseurs du monde d’hier qu’en bâtisseurs d’une régulation des forces en présence dans le monde nouveau d’un XXIe siècle qui émerge, après la Guerre froide qui l’a fragmenté et avec la panne mondiale de la pandémie de Sras-Cov2 qui l’a fragilisé. De fait ces autocrates assumés et dénoncés à longueur de colonnes -Poutine, Xi Jinping, Erdogan- ces nouveaux tigres du XXIe siècle, récusent le caractère universel de l’ordre occidental établi en 1945. Ils veulent partager la gouvernance de la planète et la raccorder à leur histoire régionale, à leurs intérêts, à leur culture politique, à leurs valeurs.

Continue reading « La diplomatie d’hier à demain, R. Delcorde »

LV n°182 : La France et le plein exercice stratégique : AMR 2022 | Nouvelle-Calédonie : et maintenant ? | Lorgnette : Coexistence durable !

Lettre de La Vigie du 22 décembre 2021

La France et le plein exercice stratégique : AMR 2022

Pour clore cette année et nourrir le débat stratégique de la présidentielle, voici présentées les quatre logiques qui structurent la posture stratégique de la France fin 2021 : les voisinages, les compétitions, les frictions et les guerres froides. Dans le monde post Covid qui s’entrouvre faut-il garder ce logiciel dépassé du XXe siècle? Peut-on en explorer un autre pour permettre à la France dans l’Europe et à l’Europe dans le monde de proposer un autre point d’équilibre, dégagé de la rivalité entre les États-Unis et la Chine ? L’année 2022 sera-t-elle un jalon dans l’histoire stratégique de la France ou la réactivation de ses actions antérieures ?

Pour lire l’article, cliquez ici

Nouvelle-Calédonie : et maintenant ?

Le dernier référendum a logiquement – et légitimement – décidé du maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la nation française. Il reste pourtant encore un destin à construire, tant le Caillou reste divisé : ces divisions ressemblent à bien d’autres, y compris en métropole. Au-delà, c’est une stratégie Pacifique de la France qu’il faut bâtir.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : coexistence durable

L’expérience des peuples forge ce capital social qui leur permet d’être gouvernés. L’Amérique vient de la conquête de l’Ouest et de la prospérité, la Chine du Tianxia idéalisé et de l’harmonie prescrite, l’Europe du bannissement de luttes intestines après des tragédies dévastatrices. Il en résulte trois trajectoires stratégiques aujourd’hui non convergentes, même si un modèle essentiel de gouvernance occidentale s’affiche comme universel. Le modèle asiatique est dès lors vu comme alternatif et donc antagoniste. Mais ce que l’humanité gagnerait à s’unifier politiquement la priverait du pluralisme dont la richesse nait de la diversité acceptée.

Voici une leçon du dernier ouvrage de Jean Marie Guéhenno, « Le premier XXIe siècle » (ici) que LV vous recommande. Sa démarche tâtonnante mais rigoureuse dénonce le triomphalisme écervelé d’un Occident démocratique aujourd’hui en profonde crise identitaire qui s’aveugle d’une obsession chinoise et veut unifier le monde. Tout comme la Chine voulut prendre le meilleur de l’Occident pour garder le meilleur de la Chine, l’Occident ne doit-il pas prendre le meilleur de la Chine pour sauver le meilleur de l’Occident qui est le pluralisme assumé ? À explorer et méditer.

JOCV

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo : Gouv NC

La France et le plein exercice stratégique : aide-mémoire au roi 2022 (LV 182)

Pour clore cette année et nourrir le débat stratégique de la présidentielle, voici présentées les quatre logiques qui structurent la posture stratégique de la France fin 2021 : les voisinages, les compétitions, les frictions et les guerres froides. Dans le monde post Covid qui s’entrouvre faut-il garder ce logiciel dépassé du XXe siècle? Peut-on en explorer un autre pour permettre à la France dans l’Europe et à l’Europe dans le monde de proposer un autre point d’équilibre, dégagé de la rivalité entre les États-Unis et la Chine? L’année 2022 sera-t-elle un jalon dans l’histoire stratégique de la France ou la réactivation de ses actions antérieures ?

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois et Abonnement 1 an members.

Acheter cet article (3.00€) Choisir un abonnement