2018, le monde qui va (LV 107)

En 2018 nous avons basculé dans une nouvelle ère stratégique, celle de la dérégulation générale. Dans un flux stratégique intense et désordonné, la conflictualité de la planète a évolué, les modalités de l’exercice de la puissance se sont affirmées et diversifiées, des transitions laborieuses et des arbitrages se sont enclenchés mais toujours pas d’état stable à l’horizon.

Cette page est réservée aux abonnées Membre Abonné (3 mois) et Membre Abonné (1 an).
Se connecter S’inscrire

Théorie de la puissance (F. Argounès)

Cet ouvrage est paru en février 2018 et il s’installera rapidement comme un incontournable de toute bibliothèque stratégique et géopolitique. Il constitue en effet une étude serrée et érudite de la notion de puissance, que nous ne cessons d’utiliser sans jamais vraiment nous interroger à son sujet. Certes, un auteur comme Bertrand Badie a bâti sa réputation sur cette thématique (La fin des territoires, 1995; L’impuissance de la puissance, 2004). Il signe d’ailleurs une préface à l’ouvrage. Pour notre part, nous avions lu récemment l’ouvrage de Pierre Bühler (un des parrains de La Vigie), qui avait publié un ouvrage marquant sur le sujet, La puissance au XXIe siècle – Les nouvelles définitions du monde (CNRS éditions, 2011), où il s’interrogeait sur ce que pouvait signifier la puissance en ce nouveau millénaire (voir billet).

Le livre de Fabrice Argounès a une approche différente et très complémentaire. C’est un petit ouvrage universitaire de 225 p. L’auteur enseigne la géographie à l’université de Rouen, il est également le commissaire de la remarquable exposition “Le Monde vu d’Asie”, actuellement au musée Guimet et que nous vous conseillons d’ailleurs vivement. Continue reading “Théorie de la puissance (F. Argounès)”

Géopolitique de la France (Diplomatie , les grands dossiers n°44, avril-mai 2018).

Les magazines publient régulièrement des hors-séries spécialisés qui sont quasiment des livres. Le dernier Diplomatie se penche ainsi sur la Géopolitique de la France, thème qui nous est cher puisque un de nous a publié un livre éponyme (voir ici et ici). Merci donc à M. Cuttier de nous proposer une fiche de lecture de  ce dossier. JDOK

Comme elle l’avait fait dans le grand dossier de 2015[1], la rédaction de la revue propose un nouveau grand dossier portant sur la Géopolitique de la France, qui s’avère être un bilan de la politique internationale et de la capacité d’influence de la France, en 2018. Au premier abord, les thèmes évoqués sont semblables[2] : Souveraineté, Défense, Terrorisme, Soft power, enjeux maritimes, agriculture, diplomatie … En 2015, il a s’agissait de considérer la politique conduite par le président Français Hollande, cette fois l’objectif est de montrer les évolutions depuis l’élection du président Emmanuel Macron. Et si dans l’éditorial de 2015, Alexis Bautzmann s’interrogeait sur le repérage des facteurs du  déclin français en s’appuyant sur les Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence de Montesquieu, trois ans plus tard, il part des effets des tensions identitaires attisées par la crise migratoire sur l’avenir de l’Europe. Une Union devenue un lieu d’affrontement idéologique quant à la conception que s’en font les peuples sur fond de Brexit, de crispations nationalistes, de menace terroriste persistante, de nouvelle politique américaine et de défi russe. La revue aborde les enjeux géopolitiques que la France est amenée à affronter en Europe et dans le monde.

Continue reading “Géopolitique de la France (Diplomatie , les grands dossiers n°44, avril-mai 2018).”

N° 77 – 13 septembre 2017 : L’impossible gouvernance globale | Tour d’horizon | Une 4ème année de La Vigie

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Extrait des articles présents dans cette lettre :

L’impossible gouvernance globale

Syrie, Libye, Corée, trois grelots vigoureusement agités en cette fin d’été pour signifier le trouble du monde. Aucun accord des parties en conflit n’y est en vue, aucune formule n’a pu mettre d’accord les parrains de ces trois pays et aucune « solution juste et durable » n’a émané de la société internationale. Les crises s’y succèdent, les armes parlent, les peuples souffrent. Le désordre se perpétue. Car la planète est orpheline d’autorité. Et elle est bien mal gérée, à la fois par une société d’États hétéroclites et par des pouvoirs transversaux. Tous deux se partagent en aveugle la gouvernance des points chauds que les nécessités ou les passions des hommes nourrissent. Développons plus avant ce diagnostic esquissé sur notre site mi-février.  […]

Tour d’horizon post-estival

L’été est passé et vous a probablement permis de vous remettre des émotions de ce printemps où la surprise fut politique, comme nous le notions (LV 71, gratuit). Il est temps de faire le point, au début de l’année scolaire qui rythme nos activités : ce n’est  pas un hasard si le discours des ambassadeurs se tient fin août chaque année, permettant à la diplomatie française de faire le point. Nous aussi, faisons le point stratégique, ce qu’en termes militaires on désigne par tour d’horizon. L’Occident se cherche toujours. Débutons par le plus proche, c’est-à-dire cet Occident mal défini qu’on schématisera par l’addition de l’Europe et des États-Unis. En Europe, l’élection de M. Macron et la probable réélection de Mme Merkel semblent devoir contrebalancer le choc du Brexit. Tout laisse à penser qu’il fut salutaire, provoquant une prise de conscience qui relancerait l’Europe. Les choses ne nous paraissent pas aussi simples.    […]

Lorgnette :   Une quatrième année de La Vigie commence

JDOK

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro (lien) dans la boutique !

Source   :   ghislaine_m via VisualHunt.com / CC BY-NC-SA

Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf)

Les Balkans, entre discordes politiques internes et enjeux géostratégiques (A. Seiti)

Arta Seiti, chercheuse en géopolitique, responsable du groupe d’études balkaniques (IPSE) et chargée de cours à l’Université catholique de Lille – Master 1 Relations internationales, est spécialiste des Balkans et nous propose ce texte sur une région européenne que nous ne regardons plus, alors qu’ils s’y passe des évolutions fort sensibles qui n’étonneront que es distraits : pas les lecteurs de La Vigie, à coup sûr ! JDOK.

Les Balkans produisent un état générateur de désordre interne et de tension notamment après les élections américaines, qu’il conviendrait d’analyser finement. Les enjeux qui se posent sont multiples et ont trait, en premier lieu, au marasme économique qui s’est emparé de cette région sur fond de crise aiguë financière européenne, crise structurelle des institutions européennes et de la zone euro. L’atonie économique de la zone euro affichée dans les crises grecques a valeur de laboratoire et la crise structurelle grecque et la crise de la zone euro s’interpénètrent (1). Dans les Balkans, le chômage important et l’émigration massive (2) suscitent un trouble inhérent au quotidien exprimant ainsi un profond désarroi des peuples.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/85/Balkan_topo_fr.svg/langfr-280px-Balkan_topo_fr.svg.png Source Continue reading “Les Balkans, entre discordes politiques internes et enjeux géostratégiques (A. Seiti)”

N° 62 : Guerre médiatique et devoir d’irritation | Libye écartelée

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Extrait des articles présents dans cette lettre :

Guerre médiatique et devoir d’irritation

Le paysage médiatique français est envahi par une autre guerre qui ne dit pas son nom. Elle est à rapprocher de « la guerre de la nation contre l’État » (cf. édito). Une voiture de RTL a été brûlée l’autre jour. Cet incident symbolise l’humeur du temps qui est à la vindicte contre les journalistes. Les sondages montrent à quel point la profession a mauvaise presse : 67 % des Français jugent les journalistes incapables de résister aux pressions politiques, 58% mettent en doute leur indépendance face à celles « de l’argent » (ici). Défiance et hostilité d’un côté (jusqu’à l’attaque meurtrière contre Charlie Hebdo), liberté de la presse et devoir démocratique d’informer de l’autre, la presse est au cœur d’un débat qui intéresse aussi le stratégiste. […].

Libye écartelée

Face à nous, le Maghreb bouge avec ses deux ailes battantes en Mauritanie et en Libye. Maillon entre Machrek et Maghreb, la Libye inquiète. Les Européens d’abord : c’est de ses côtes que partent en flottilles désespérées des milliers de migrants qui viennent s’échouer sur les côtes italiennes. Mais les Nord-africains, et d’abord Égyptiens et Algériens, sont eux aussi inquiets, tout comme les Sahéliens (Tchadiens, Nigériens, Maliens). Tous les proches le savent : la Libye ne retrouvera pas de sitôt un système stable de partage du territoire, de la rente pétrolière et de l’autorité rappelant la jamahiria qu’imposa pendant plus de 40 ans le raïs Kadhafi. Six ans après son éviction musclée, la Libye semble réduite en morceaux comme avant lui ; une multitude d’acteurs, internes et externes, tente de défendre qui son pré carré, qui sa voie économique ou politique. Tout cela concerne directement la France […]

Lorgnette : Trump et le tumulte

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique !

Source image : Victor van Dijk (Thanks for 3.5M views!) via VisualHunt / CC BY-NC

Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf).

Le monde en marche, point à la mi-février 2017

Partageons quelques observations de stratégiste sur le monde actuel. Tous les 15 jours vous le savez, nous nous obligeons à cet exercice d’hygiène intellectuelle d’exposer en six pages ce que nous inspire ce monde en marche. Nous nous contraignons à la synthèse, au regard qui surplombe et à la pensée qui propose, et élaborons non seulement un diagnostic mais aussi de l’action. C’est stimulant mais de plus en plus difficile à faire tant le monde s’emballe. Alors, voilà un point d’étape.

  Source image

Quelques constats d’évidence.

  • Nous sommes 7,3 milliards d’habitants sur la planète.
  • La guerre froide s’est terminée il y a 25 ans. 25 ans, c’est le temps d’une génération; la guerre froide, c’est déjà très loin.
  • Nous sommes confrontés à trois défis majeurs : une tempête démographique (la planète se remplit), une forte exigence écologique (y en aura-t-il assez pour tous ?), une mondialisation à croissance faible (la globalisation s’essouffle).
  • Pour y faire face, nous avons une formule magique, un logiciel universel qui tient du miracle occidental : un État modeste qui arbitre, une démocratie parlementaire qui légitime et encadre, une économie libérale qui met le pays en ordre de marche vers la prospérité.
  • Mais, ça ne marche pas ou plutôt ça ne marche plus. De notre tour d’ivoire parisienne, on voit des crises à répétition, de plus en plus graves, et qui nous touchent de plein fouet : crise économique, sociale, politique, religieuse, crises des réfugiés, crise du terrorisme, de la criminalité, héritage corrosif des empires…
  • Voilà qui explique que nous vivons une sorte de fin de cycle, un moment d’incertitude majeure. Nous expérimentons en 2017 une grande mutation, un peu comme le furent pour nous les années 1940, 1960, 1990…. L’équilibre espéré n’est pas au rendez-vous, et après l’incertitude, c’est la précarité domine. La mondialisation n’est ni heureuse, ni vertueuse.

Résumons à grands traits ce qui se passe et provoque ce désenchantement, ce stress général qui affecte nos sociétés en général, et celle des peuples d’Europe en particulier. Faisons-le en 3 temps :

  • Le grand tournant de 2016
  • La double réaction des peuples sur les systèmes et du local sur le global
  • Les points chauds observables.

Avec un peu de prudente prospective pour finir : que faut-il faire ?

Continue reading “Le monde en marche, point à la mi-février 2017”

N° 61 : Multisme | Optimisme et stratégie

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Extrait des articles présents dans cette lettre :

Multisme

En ce début d’année 2017, l’évidence d’un « monde non conforme » s’impose à tous. Et l’incertitude prévaut, que l’on s’obstine à confondre avec l’insécurité. On peut pourtant soutenir que le brouillard se lève sur la nouvelle donne d’un monde multiple qui s’essaye à gérer une interdépendance devenue planétaire. Pour le stratégiste, voilà un nouvel objet d’étude, le multisme ; pour le politique, des requêtes diversifiées ; pour le militaire, des champs de friction et des tactiques inédits. Explorons la piste d’une multiplicité polycentrique, véritable alternative à la multipolarité, cette adaptation maladroite de la bipolarité de la guerre froide. On ne joue pas ici sur les mots car elle invalide la belle architecture rêvée d’un monde global multipolaire […].

Optimisme et stratégie

À l’issue d’une conférence prononcée récemment devant les étudiants une grande école parisienne sur la géopolitique du monde émietté, une première question fuse : « Votre tableau est assez sombre, il n’y a nulle part d’optimisme : pour nous, n’est-ce pas déprimant ? ». Je brodais sur le champ des possibles et l’ouverture du monde mais, longtemps après, je ruminais la question. Le pessimisme est-il affaire de tempérament ou est-il propre à la méthode stratégique ? Est-ce un effet de la situation présente ? Celle-ci n’autorise-t-elle pas un profond optimisme, malgré l’humeur sombre du moment, sans même parler des déclinistes professionnels ? Enfin, la France ne devrait-elle pas être optimiste aujourd’hui ? […]

Lorgnette : Fonds européen de sécurité et de défense

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique !

Source image : pedrosimoes7 via Visual hunt / CC BY

 Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf).

N° 59 : Stratégie 2017 (1/2) | L’Afrique arc-en-ciel

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Extrait des articles présents dans cette lettre :

Stratégie en 2017 (1/2)

Au seuil de 2017, il est utile de faire le point stratégique : selon l’usage, nous verrons d’ici un an si nos prévisions se confirment. Mais au fond, peu importe : le plus utile dans l’exercice consiste à se projeter, à tenter d’anticiper demain, seul diagnostic nécessaire car préalable à la décision stratégique. Si 2016 fut un tournant stratégique majeur (LV 33 et 58), nul doute que 2017 favorisera des mouvements rendus possibles par l’ouverture du jeu et la fluidité de ce qui n’est plus un « système international ». Ce premier article évoquera le diagnostic géopolitique, la vision stratégique étant développée dans 15 jours. […]

L’Afrique arc-en-ciel

Commencer l’année en regardant où en est l’Afrique, c’est bien évidemment reconnaître son poids dans l’équation stratégique de 2017. Regardons l’Afrique comme l’un des foyers de développement actif de la planète et non comme un pôle de puissance car l’Afrique n’a toujours pas fait son unité géopolitique. On le sait (cf. LV 19), elle est lestée de ses quatre handicaps structurels : l’État-nation comme modèle politique, le libéralisme comme doctrine économique, les guerres inter-ethniques comme legs du passé et un modèle d’Union mal adapté à ses réalités. Elle est confrontée à deux difficiles dilemmes : politique pour asseoir une identité étatique authentiquement africaine, et sécuritaire pour faciliter un développement vraiment durable. […]

Lorgnette : Fin de règne et déni moral

Source image :  Steve Crane via Visual Hunt / CC BY-NC-ND

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique !

 Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf).

N° 58 : 2016, le tournant s’est amplifié | Armes autonomes

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Extrait des articles présents dans cette lettre :

2016 : le virage s’est amplifié

Sire, le monde a bien changé cette année. Le paysage stratégique a évolué bien plus vite que prévu. Les effets de l’aggiornamento en cours affectent désormais tous les champs de la sécurité de notre pays et de ses relations avec ses voisins. Le statu quo n’est plus tenable.

Certes, l’amorce en avait été perçue au début de l’année (cf. LV 33) mais son ampleur surprend, d’autant qu’on ne voit pas la sortie du virage : nouvelle ligne droite ou autres lacets ? L’année 2015 avait été celle d’une « double inflexion », brutal défi de sécurité intérieure et changement de pied en Syrie. En 2016, les rendez-vous annoncés ont produit des effets inattendus : paix négociée (Colombie), Brexit consommé (Europe), durs revers électoraux (Clinton, Sarkozy, Renzi), pulsions radicales (Trump), dictatoriales (Erdogan), autoritaires (Poutine), renoncements (Cameron, Hollande), flottements (Grèce, Espagne), destitutions (Brésil, Corée) … Autant de surprises qui montrent que les logiciels stratégiques utilisés et entretenus par des médias militants se sont périmés. […]

Les armes autonomes

Le 8 décembre dernier, le Centre de recherches des Écoles de Saint-Cyr organisait un colloque nécessaire sur les armes autonomes. Le sujet est d’actualité, tant à cause des progrès technologiques en cours ou pressentis que du fait du débat qui touche désormais aussi le grand public, puisqu’on évoque couramment la notion de « Systèmes d’armes létaux autonomes », les SALA. Faisons le point sur ce sujet car beaucoup de notions s’enchevêtrent ici. La question abordée est à la fois sémantique (l’adjectif autonome prête à confusion), technique, opérationnelle et aussi éthique […]

Lorgnette : Leçons aleppines

Source image :  Dallas1200am via Visual hunt / CC BY-NC-SA

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique !

 Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf).