La Vigie n° 176 : AUKUS : l’irrémédiable défiance | Milieu maritime : quels enjeux ? | Lorgnette : reflux islamiste au Maghreb

Lettre de La Vigie du 29 septembre 2021

AUKUS : l”irrémédiable défiance

L’affaire AUKUS n’est pas d’abord commerciale mais fondamentalement politique. La France a été non seulement bernée mais méprisée. Cela remet en question non seulement la fiabilité de nos alliances mais surtout celle des États-Unis dont l’amateurisme est patent. Les conséquences sont irrémédiables et la France doit remettre en cause bien des certitudes, que ce soit envers l’Alliance et surtout envers l’UE. Quant au concept d’Indo-pacifique, marqué par un concept obsolète d’endiguement de la Chine, il faut rapidement s’en démarquer et revenir à une politique asiatique équilibrée. Enfin, être plus rusé.

Pour lire l’article, cliquez ici

Milieu maritime : quels enjeux ?

Après les “perspectives du milieu terrestre” pour l’armée de Terre (LV 175), voici les “enjeux du milieu maritime” pour la Marine nationale qui retrouve les grands espaces d’un déploiement sur les quatre fronts navals et stratégiques qui lui échoient et qui réclament de bien plus nombreux moyens. Une stratégie maritime intégrale de la France émerge comme une nouvelle ambition de la France pour le XXIe siècle.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : Reflux islamiste au Maghreb

Le grand public suit peu ce qui se passe au Maghreb où pourtant, des évolutions marquantes se font jour. Ainsi, aux dernières élections législatives marocaines, le parti islamiste local (le PJD) a-t-il perdu largement de son influence. Alors qu’hier beaucoup voyaient une progression irrémédiable, voici que sonne son repli qu’on ne peut attribuer aux seules pressions du Palais.

De même, le coup de force cet été de Kaïs Saïed (LV 173) marque-t-il surtout l’échec d’Ennhadha, le parti islamiste qui a fait partie de tous les gouvernements depuis la révolution de jasmin de 2011. En Algérie enfin, les islamistes perdent peu à peu leurs postes et leur influence, tant auprès du pouvoir que de la population.

Le Maghreb connaît donc un mouvement général de désaffection envers l’islam politique. Cela ne signifie pas qu’il a disparu : simplement que sa dynamique de progrès s’est brisée et qu’il est considéré comme une option marginale, mais certainement plus inéluctable.

Pour autant, cela ne signifie pas que des alternatives crédibles sont en train d’émerger. Au contraire, voici le signe de populations profondément désabusées.  C’est tout aussi inquiétant.

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo : Ambassade américaine en Australie

La Vigie N° 175 : Vingt ans après (le 11 septembre) | Milieu terrestre : quel avenir ? | Lorgnette : Guerre au Tigré

Lettre de La Vigie du 15 septembre 2021

Vingt ans après (le 11 septembre)

Qui se souvient du 11 septembre ? Beaucoup moins de gens qu’on le croit alors que ce fut le premier événement ayant une résonance immédiatement mondiale, victoire stratégique des agresseurs. Elle marqua un tournant de l’Amérique, qui n’est pas aussi définitif qu’on le dit ; l’islam politique est apparu central, même si personne ne s’ait s’il est vraiment durable. Enfin, le 11 septembre marqua le début des désillusions européennes dont nous ne sommes pas sortis.

Pour lire l’article, cliquez ici

Milieu terrestre : quel avenir ?

L’armée de terre française n’a pas forcément été sous les feux de la rampe dernièrement. Selon ses propres dires, elle se prépare à des guerres de plus en plus dures et sa remontée en puissance, notamment capacitaire, est en cohérence avec sa nouvelle doctrine. Pourtant, face à la dangerosité du monde, il nous faudra trouver des alliés fiables.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : Guerre au Tigré

Depuis novembre 2020, la guerre sévit au nord de l’Éthiopie. Le premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, qui a reçu le prix Nobel de la paix en 2019 pour sa réconciliation avec l’Érythrée, s’est en effet lancé dans une politique de centralisation de ce pays fédéral. Rapidement il a voulu mettre au pas le Tigré, province du nord qui avait joué un rôle politique majeur au cours des décennies passées : ce sont les Tigréens qui avaient mis à bas le régime de Mengistu (le Staline noir), et avait dirigé le pays depuis 1991.

Minoritaires (7% des 110 Mh), ils s’étaient alliés avec l’ethnie Oromo mais avaient dû quitter le pouvoir il y a trois ans car leur gestion était jugée trop partiale. Celle de leur successeur qui était apparu comme un homme de compromis l’a été encore plus puisqu’il a lancé les hostilités l’an dernier. Or, après des revers initiaux, les Tigréens ont repris l’avantage et repoussé aussi bien les Érythréens qui attaquaient au nord que l’armée éthiopienne venant du sud. Depuis, ils se sont alliés à d’autres ethnies et le modèle fédéral menace d’éclatement, alors que les massacres et exactions se multiplient.

Le 2ème pays le plus peuplé d’Afrique risque sa survie.

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo :SeeMidTN.com (aka Brent) on VisualHunt.com

Les fronts sécuritaires français (LV 167)

De tous les fronts dans lesquels la France est engagée en cette période de pandémie persistance, l’un fait exception, celui de la sécurité intérieure. Fatalité, défi, transition ou menace ? Des militaires s’en inquiètent et le disent. La Vigie qui s’est régulièrement saisie de cette question se souvient. Si le pays se rassemble pour faire face collectivement, alors le ciblage avéré de la France par l’islamisme sera mis en échec sans que les forces armées aient à intervenir pour garantir l’ordre public.

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois ou à un Abonnement 1 an members.

Acheter cet article (3.00€) Choisir un abonnement

Grozny la nouvelle (LV 159)

La Tchétchénie ne fait plus la une des journaux depuis une quinzaine d’années: pourtant, que s’est-il passé pour que des Tchétchènes combattent des Tchétchènes en Syrie, les uns aux côtés des Russes, les autres de l’EI ? Aujourd’hui, constatons cependant la maîtrise russe qui a repris le contrôle de son espace ciscaucasien.

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois ou à un Abonnement 1 an members.

Acheter cet article (3.00€) Choisir un abonnement

Bienvenue au Globalistan (Le Cadet n° 75)

L’islam tue en France. Chaque mot compte. Une nation laïque n’a pas à s’ériger en arbitre des élégances et trancher de la nature de telle ou telle obédience, ou que telle ou tel salit sa religion et contredit un texte dit sacré. On a massacré une salle de spectacle, une promenade estivale et une rédaction de presse (ce n’était jamais arrivé même sous l’Occupation), on a égorgé et on vient de décapiter au nom de ce Coran dont se réclament les nouveaux nazis. Dont acte.

Qu’importe ce qu’on pourra penser à l’ONU, qu’importe (…) Continue reading “Bienvenue au Globalistan (Le Cadet n° 75)”

La Vigie n°16 – Turquie, entre ottomanisme et islamisme | Militaires à tout faire ?

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Extrait des articles présents dans cette lettre :

Turquie, entre ottomanisme et islamisme

La Turquie se prépare aux élections législatives difficiles du 7 juin prochain. À l’occasion du renouvellement des 550 députés, le président turc, Recep Erdogan, espère que son parti, l’AKP, atteindra les deux-tiers des sièges, ce qui lui permettrait de modifier la constitution à sa guise, en faveur d’un exécutif plus fort. En effet, le poste de président est encore largement honorifique.

Toutefois, la préparation de l’élection a laissé voir de multiples tensions au sein de l’AKP (voir ici) qui viennent après les fortes tensions politiques rendues publiques l’an dernier, à l’occasion des élections présidentielles. La gauche s’était alors mobilisée (manifestations violemment réprimées notamment dans un parc d’Istanbul), tandis que les islamistes s’étaient eux-mêmes durement divisés, les güleinistes se démarquant nettement de la ligne de l’AKP. Erdogan avait malgré tout gagné les élections.

[…]

Militaires à tout faire ?

On peut s’inquiéter- nous sommes quelques-uns dans ce cas, et souvent à contre-courant (cf. La Vigie n°15bis) – de la propension actuelle à confier à « l’armée » toutes les tâches d’ordre et d’autorité que l’État ne sait plus assumer ou que la France refuse d’endosser directement.

L’opération intérieure « Sentinelle », le Service militaire volontaire à vocation sociale, l’éradication des trafiquants qui rackettent les migrants en Méditerranée sont les récents avatars de ces missions militaires de dernier recours. Pendant la guerre froide, il en allait de même pour l’aménagement du territoire, la recherche scientifique fondamentale, le soutien à l’exportation de matériel militaire qui constituaient les à-côtés coûteux des budgets militaires et supportaient des coûts relevant d’autres ministères (affaires sociales, industrie, intérieur), au nom de la cohésion, de la souveraineté ou de l’autonomie de la France. Les forces armées sont, en France, le couteau suisse de l’État.

[…]

 Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique !