Péninsule arabique (LV 126)

L’Arabie Séoudite est un pays neuf qui cherche depuis longtemps à contrôler son voisinage et notamment la péninsule arabique. Ce dessein s’est renforcé de la question de l’islam politique, structurelle depuis la fondation du royaume. Un dernier facteur, le pétrole, s’ajoute à ces déterminants. Il s’ensuit une attitude difficile à suivre dans une région hautement troublée.

This content requires that you purchase additional access. The price is 2.00€ or free for our Membre Abonné (3 mois) et Membre Abonné (1 an) members.

Purchase this Content (2.00€) Choose a Membership Level

LV 123 bis (Gratuit) : Mouvements à l’Orient | Table analytique LV 18-19

Lettre de La Vigie du 28 août 2019

Mouvements à l’Orient

L’été 2019 a vu de brusques accélérations en Asie, à l’est comme à l’ouest ou au sud. Elles sonnent un peu différemment de ce qui se passe en Afrique, (voir notre dernier numéro, LV 123). Chacun de ces mouvements aurait mérité un numéro d’analyse de La Vigie. Il nous a semblé profitable de faire un point rapide de ces évolutions et surtout des conclusions qu’on peut déjà en tirer. Le point commun est celui d’un monde extrêmement fluide où chaque partie n’hésite pas à des mouvements rapides afin de faire valoir ses intérêts : l’intérêt, tel semble désormais le maître mot de la géopolitique mondiale, du Yémen à l’Iran, de l’Inde à la Chine, de Hong-Kong à la Corée du nord. (lire la suite ci-dessous)

Table analytique de La Vigie 2018-2019

Vous trouverez ci-joint la table analytique des numéros et billets de La Vigie parus depuis un an. Mille mercis à nos contributeurs qui animent régulièrement des billets en libre lecture et viennent compléter les analyses que nous proposons par ailleurs. Cette dynamique permet l’élargissement des points de vue et permet en plus à de jeunes auteurs ou à d’autres confirmés de s’exprimer, conformément à la vocation de La Vigie.

Nous entrons dans notre sixième année et vous annoncer son bientôt quelques évolutions. Bonne lecture d’ici là, et bonne rentrée.

Tous les textes sont accessibles par un lien hypertexte (colonne de gauche)

Cliquez ci-dessous pour lire le doc en entier ou (abonnés) téléchargez le pdf sur le site.

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur (qui veut aller plus loin après cette belle découverte) : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Photo credit: @bibiweb on VisualHunt.com /  CC BY-NC-ND

JDOK

Continue reading “LV 123 bis (Gratuit) : Mouvements à l’Orient | Table analytique LV 18-19”

Leçons du Yémen (LV 114)

On peut tirer plusieurs enseignements opérationnels du conflit au Yémen qui dure depuis plus de 4 ans. Notamment qu’il est bien plus symétrique qu’il n’y paraît, qu’il y a de facto deux coalitions juxtaposées, que les Emiriens sont plus agiles, que la stratégie aérienne ne fonctionne pas quand l’embargo naval obtient des résultats, entre autres. Autrement dit, ce n’est pas une guerre irrégulière comme les autres.

This content requires that you purchase additional access. The price is 2.00€ or free for our Membre Abonné (3 mois) et Membre Abonné (1 an) members.

Purchase this Content (2.00€) Choose a Membership Level

ES n°7 : Fronts de guerre

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Voici notre première étude stratégique de l’année: De l’Afghanistan au Yémen, de la Syrie au Mali, de multiples fronts de guerre opposent des intérêts de toute nature. La Vigie les a étudiés sous les deux angles géopolitiques et stratégiques. Il nous a paru intéressant de mettre ces textes en perspective, de façon à pouvoir comparer les acteurs et leurs agissements.

Source

On s’aperçoit que plusieurs dynamiques s’entrecroisent : il y a bien sûr la question djihadiste, sous toutes ses formes ; mais elle n’est pas la seule, contrairement à ce qui est couramment seriné dans les médias grand public. Nous discernons aussi d’autres motivations de la part des combattants « rebelles » : trafics et « libération nationale » comptent autant que l’idéologie islamiste radicale, qui sert souvent de paravent commode à des intérêts plus touffus. De l’autre côté, les pouvoirs en place utilisent largement la lutte contre le djihadisme pour faire valoir leurs propres intérêts, que ce soit sur un mode défensif (sauver le régime) ou offensif (faire valoir une position géopolitique). Au fond tous ces conflits ont lieu dans des États qui sont rarement des Nations : mais peut-être la guerre est-elle la forge de ces nations ?

Cette complexité qui apparaît au cas par cas se révèle évidemment en confrontant les cas répertoriés : signe d’un monde plus complexe que les simplifications abusives, signe aussi de la nécessité d’une lecture attentive et distanciée, ce qui est la motivation principale de La Vigie. Bonne lecture (30 p.), JDOK

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique !

Sommaire

Alep, Sanaa, Washington

Après la chute de l’EI

L’avenir de la Syrie

Irak : et maintenant ?

Libye écartelée

Libye, l’horizon s’éclaircit

Afghanistan toujours confus

Yémen, cœur arabique

L’épreuve malienne

N° 63 : Russie, stratégie des limites – Yémen, cœur arabique

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Extrait des articles présents dans cette lettre :

Russie : stratégie des limites

Ces dernières semaines, on a bien sûr beaucoup parlé de Trump mais quasiment autant de la Russie de Poutine. Que ce soit en Syrie, en Libye, en Amérique, en Europe ou en Ukraine, au pôle Nord ou en Asie centrale : elle était partout. De quoi s’agissait-il ? Retour à la guerre froide, marque d’une superpuissance, expression d’un fantasme, fascination d’une réussite ? Un peu de tout cela mais finalement, trop rares sont ceux qui observent à froid la puissance russe, détaillent ses atouts (réels) et ses faiblesses (tout aussi marquées, cf. LV 44), et analysent la stratégie suivie par Moscou, mélange de méthode, de calcul, de pragmatisme et d’instinct atavique. Bref, après les enthousiasmes douteux et les indignations faciles, le temps est venu de penser stratégiquement la Russie […].

Yémen, cœur arabique

Le conflit inter-yéménite qui s’intensifie sous nos yeux renvoie à trois dossiers essentiels : la gouvernance arabique, la sécurité du golfe d’Aden et la tension islamiste régionale. Et pour nous à des enjeux stratégiques : l’équilibre politique de la péninsule arabe entre Méditerranée orientale, Corne de l’Afrique et Golfe arabo-persique ; la fluidité du trafic maritime mondial sur l’artère vitale qui relie Shanghai à Rotterdam via la mer de Chine, le détroit de Malacca, le Bab el Mandeb, Suez, Gibraltar et Ouessant ; et enfin le foyer radical d’un islam politique qui enflamme le monde musulman […].

Lorgnette : Aller sur la lune

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique !

Source image : World Economic Forum via Visualhunt.com / CC BY-NC-SA

 Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf).

N° 53 : Alep, Sanaa, Washington | Partage du fardeau

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Extrait des articles présents dans cette lettre :

53-bombardement

Alep, Sanaa, Washington

Les médias occidentaux se sont répandus, au cours des quinze derniers jours, sur « le massacre d’Alep-Est ». L’émotion est vive, mais l’émotion, c’est ce que vendent les médias aujourd’hui. Émotion partiale qui oublie les « massacres » qui se déroulent à Sanaa et ne traduit que les incohérences de Washington, et celles d’autres bien-pensants à sa suite. Ainsi, la récente initiative française apparaît comme le voile pudique de notre bonne conscience jeté sur la nudité de notre impuissance. De quoi s’agit-il? De stratégie ? Non, de communication. Le gouffre est profond entre la réalité et les paillettes de la com. Stratégie pourtant, puisqu’il est question de la guerre, manière violente mais usuelle de résoudre des contradictions politiques.  […]

Partage du fardeau

Adressée par les pays engagés dans l’action militaire, cette requête de solidarité est souvent lancée avec insistance à des partenaires considérés comme frileux voire passagers clandestins de leurs entreprises stratégiques. Elle vise à mutualiser les coûts et les risques et à élargir la plateforme politique de légitimation de l’action. Plus insidieusement, elle permet de distribuer les tâches à mesure des moyens et des capacités supposés. Mieux encore, d’enrôler méthodiquement des États dans des travaux de planification opérationnelle voire de planification de défense. Cela débouche sur des acquisitions d’équipements au titre de la standardisation des moyens et donc de l’efficacité de l’action alliée ou multinationale. Partager le fardeau, c’est aligner les planètes militaires sur une nécessité stratégique commune. JDOK. […]

Source image : bnpositive via VisualHunt / CC BY-SA

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique !

 Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf).

 

La Vigie n°13 – Yémen, déclencheur ou révélateur ? | Mise en garde nationale

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Extrait des articles présents dans cette lettre :

Yémen, déclencheur ou révélateur ?

La crise yéménite a pris ces derniers jours soudainement un tour beaucoup plus visible, alors que seuls les spécialistes regardaient se développer des évolutions marquées depuis quatre mois. Nombre de commentateurs s’alarment soudain du risque d’un embrasement régional, comme si la région ne subissait pas, depuis maintenant quatre ans, l’accumulation incandescente de conflits enchevêtrés. Aussi faut-il voir dans l’actuelle guerre en « Arabie heureuse » (surnom traditionnel du Yémen) plus le révélateur d’affrontements géopolitiques sous-jacents que le déclenchement d’une guerre régionale généralisée.

[…]

Mise en garde nationale

Nous y voilà. La semaine dernière, un Conseil de défense semble avoir freiné la glissade continue de notre posture militaire Les effectifs de l’Armée de Terre (et non ceux de l’Armée comme l’ont titré des journaux mal avisés) vont être réévalués pour faire face à la menace intérieure (autre formulation imprécise peu républicaine). L’attaque terroriste du début janvier 2015 a réintroduit le territoire national au cœur des responsabilités militaires. Même si la Gendarmerie et la Marine, « nationales », l’Armée de l’Air ou le Service de santé assumaient déjà normalement leurs parts régulières de la sécurité, de la protection et des soins de la population française. Même si un dispositif d’urgence au long cours, Vigipirate, engageait déjà une partie des forces armées (de l’Armée de Terre principalement) dans la protection des points sensibles. « Sentinelle », le nouveau dispositif prescrit, destiné à durer, mobilise désormais en principe 7000 militaires, autant que le contrat opérationnel d’action extérieure du dernier Livre blanc. L’actualisation de la loi de programmation militaire 2014/2019 va devoir y mettre rapidement bon ordre alors que le budget 2015 est sous-financé avec des montages qui opposent Bercy et Brienne. Cette brutale mise en garde du territoire national suggère quelques commentaires car un château de cartes conceptuel s’effondre sous nos yeux, la fragilité nationale s’expose désormais à la vue de tous et la nécessité sécuritaire d’une citoyenneté encadrée se redécouvre. C’est de cohérence stratégique et tactique dont nous avons le plus besoin. On va le voir.

[…]

 Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique !