La Vigie 99 -1er août 2018 : Mali, l’entre-deux – La Russie réinvestit l’Égypte – Lorgnette : Échéances planète

Lettre La Vigie n°99 – 1er août 2018 Abonné? directement la lettre en cliquant sur ce lien!

Mali, l’entre-deux

Vu de France, le Mali pose d’abord une question sécuritaire. Malheureusement, cette perception empêche de voir les réalités géographiques et politiques plus complexes que la seule “lutte contre le terrorisme”, slogan maladroit qui justifie notre action. Car la question malienne (et au-delà, régionale, au Sahara comme au Sahel qui obéissent d’ailleurs à des logiques différentes) est d’abord celle de l’organisation étatique. Pourtant, quelques facteurs d’optimisme sont là qu’il faudrait renforcer afin que le succès militaire “en premier” soit poursuivi par une action politique et économique “en second”..

 

La Russie réinvestit l’Égypte

La Russie qui prospecte d’anciennes positions soviétiques se réinstalle progressivement le long de la grande artère maritime qui relie la Mer du Nord à l’océan Indien. Ce faisant elle trouve dans l’Égypte du président Sissi un partenaire central sensible à son leadership et à ses arguments stratégiques, sécuritaires et économiques. Sa capacité de médiation et son habileté régionale font d’elle l’acteur de la reconstruction stratégique du Levant, un interlocuteur avec lequel la France doit aujourd’hui composer pour retrouver une place dans le jeu.

 

Lorgnette : Échéances planète

JDOK

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique!

Photo crédit : Watsons Wanderings on Visualhunt / CC BY-NC

Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf)

En même temps … – Le Cadet (n° 51)

« Vers l’Orient compliqué, je volais avec des idées simples ». Que retenir de cet apophtegme bien connu ? À monde équivoque, pensée complexe, nous dit le Lacombe Lucien de la géopolitique, niveau Brevet avec mention : il y a ceci et en même temps il y a cela. Précisément, c’est là qu’il faut des idées simples.

Source

Prenons la question palestinienne – on dit « question » quand on veut laisser un problème irrésolu. En vertu d’un principe qu’on datera du Traité de Versailles, les Palestiniens ont droit à un État (ça a été voté en 1947, on oublie toujours de célébrer cette autre moitié de la bouteille). Toujours en vertu du même droit international, les frontières de cet État sont celles dites de 1949-1967. Et l’ONU ne cesse de rappeler depuis la Guerre des Six Jours dans chacune de ses résolutions (on ne les compte même plus) que la prédation et la conquête ne sauraient constituer un mode d’acquisition de territoires. Il faut donc que Tsahal se retire de « Judée » et de « Samarie » et que les colons fassent de même.

Voilà le droit, il dit le bon sens. Mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? psalmodiaient les Shadoks. Alors nos gouvernements ont décidé de se tirer une balle dans le pied en s’imposant un second objectif : la paix entre les belligérants. On n’avait pas demandé aux Kosovars une protestation d’amour éternel pour leurs voisins serbes, on ne demandera pas aux Québécois d’adopter comme hymne national le Rule Britannia. Pour la Palestine on veut faire deux choses en même temps, qu’on ne fait nulle par ailleurs, au nom d’un Orient supposé compliqué dans un monde qui ne demande pourtant qu’à être simple.

La paix contre les territoires : en français classique, ça s’appelle un piège à cons. C’est une perte de temps et une source de malheurs inutiles, on l’a revu à Gaza. Tout le monde sait que les Palestiniens auront un État dont les frontières sont déjà tracées au décimètre près – lorsque le Cadet visita Jérusalem il y a trente ans, les parpaings et les barbelés couraient encore dans la ville, et un véhicule blanc de l’ONU stationnait Porte de Jaffa. Sinon, le droit est mort. Ensuite, les Palestiniens feront ce qu’ils veulent de leur État, ça les regarde. La guerre est un attribut souverain étatique, ils l’auront, il n’y a aucune raison de les en priver, de faire ce chantage aux territoires qui n’a aucun sens. S’ils veulent en user contre leur puissant voisin, qui sera en état de légitime défense avec ses 350 avions de combat, ses 2 500 chars et ses 100 têtes nucléaires, tant pis pour eux.

Non, ce n’est pas l’Orient qui est compliqué, ni le monde incertain, c’est l’Occident qui ne sait plus faire simple. En même temps, tant pis pour lui.

Le Cadet

N° 74 & 75 – 2 août 2017 : Défense nationale | Guerre et État | Lectures d’été

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Extrait des articles présents dans cette lettre :

Défense nationale

Faisons le point en ce mitan de l’été, après les récents chambardements politiques à l’intérieur comme à l’extérieur mais avant une revue stratégique qui va recadrer la posture de défense de la France. Décidément, comme on l’a déclaré sans ambages il y a un an (cf. LV 48-49), rien ne sera plus vraiment comme avant. Voici ce qui balisait mi-2016 notre panorama de sécurité. Côté cour, attentats à répétition, état d’urgence, désarroi politique… ; côté jardin, afflux de réfugiés et reflux de l’EI, inversion syrienne et cristallisation turque, divisions libyennes et réplique malienne, Brexit, trouble de l’UE et tumulte américain… Un an plus tard, le climat général social a bien changé, la pratique politique aussi mais la précarité sécuritaire demeure  […]

La guerre et l’État

La récente passe d’armes entre le Président de la République et le CEMA a suscité bien des débats. Laissons de côté les commentaires de ceux des journalistes qui n’y connaissaient visiblement rien, ce qui ne les empêchait pas d’avoir un avis, la palme de l’odieux revenant à ce rédacteur en chef qui affirmait que si les militaires prenaient des risques, c’était leur métier et que la Nation n’avait pas à payer pour les protéger. La plupart des spécialistes sérieux pointaient l’importance de la défense, son intérêt pour la politique industrielle de la France, la montée des risques ou encore l’injustice ingrate qu’il y avait à profiter d’effectifs non syndicalisés pour faire des économies qu’on ne verrait dans aucun autre ministère. La guerre fait l’État Pour autant, ces arguments sont bien connus et force est de constater qu’ils ne fléchissent guère les décideurs :    […].

Lectures d’été : 17 idées de livres pour cet été

Sourceimage : Benjamin Godard Photography via VisualHunt / CC BY-NC-SA

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique !
Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf).

Étude La Vigie n°3 -La France, l’État et la sécurité publique

À la suite de l’attentat de Nice (que La Vigie a évoqué ici et ici) puis de l’assassinat du père Hamel, le débat français estival s’est enflammé, une fois encore, autour de la question de la sécurité. Constatons que les esprits ont très rapidement évolué depuis deux ans. La Vigie a apporté sa pierre à ce débat, au gré d’une douzaine d’articles. Nous avons jugé utile en cette rentrée de les réunir en une Étude stratégique dédiée intitulée “La France, l’État et la sécurité publique“. Elle est ouverte par un préambule qui permet à la fois de rappeler le cadre général de l’action et de dresser les points de conclusion auxquels nous sommes parvenus. Vous aurez ci-dessous le préambule en lecture libre. Pour acquérir l’ensemble de l’étude stratégique, cliquez ici. JDOK

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

160828 ES n°3

Préambule

            Les révolutions sont parfois silencieuses.  La France en connait une depuis près de 25 ans mais sans l’avoir bien identifiée et encore moins nommée.

C’est celle de sa défense nationale. Continue reading “Étude La Vigie n°3 -La France, l’État et la sécurité publique”