LV 193 : Technologiser les armées | Quelle issue à la guerre ? | Lorgnette : la défense de Taïwan

Lettre de La Vigie du 25 mai 2022

Technologiser les armées

La technologisation des armées modernes, censée leur donner un avantage important sur leurs ennemis, montre des signes d’essoufflement avec la campagne d’Ukraine. Déjà menacées par la réponse asymétrique des engins improvisés, ces armées doivent aussi faire face à une tension sur leurs composants élémentaires. Les approvisionnements et leur acheminement ne semblent plus pouvoir être protégés dans un conflit aux répercussions mondiales.

Pour lire l’article, cliquez ici

Quelle issue à la guerre ?

Traditionnellement, les guerres se concluaient par des traités de paix car l’ennemi n’était pas diabolisé. Depuis le XXe siècle, l’ennemi est souvent dépeint comme le mal qu’il faut annihiler : il paraît donc difficile de traiter avec lui. Pourtant, la guerre impose le plus souvent de se terminer et cela passe par des négociations : il faut savoir terminer une guerre.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : La défense de Taïwan

Le président américain J. Biden a répondu nettement à une question sur l’engagement militaire américain en cas d’une attaque de Taïwan par la Chine : « oui, c’est ce à quoi nous nous sommes engagés » a-t-il dit lundi. Cette déclaration sort de l’ambiguïté usuelle : depuis le Taiwan relation act de 1979, Washington avait toujours laissé une incertitude quant à la nature de son soutien à Taïpei mais aussi de son respect de la doctrine chinoise d’« une seule Chine ».

S’agit-il d’une nouvelle sortie auxquelles J. Biden nous a habitués, usant de mots et d’expressions souvent peu diplomatiques ? En tout cas, son administration a tenu à corriger les propos du président. Plusieurs interprétations sont possibles : il y a divergence de vue entre le président et son administration, ou bien à la suite de l’Ukraine le président veut assurer ses alliés de la solidité de son soutien ou, encore plus subtil, être ambigu dans la sortie de l’ambiguïté envers la Chine.

Une dernière hypothèse n’est pas mentionnée mais est inquiétante : J. Biden se laisse aller à parler sans consulter son entourage, un reproche que l’on avait longtemps fait à son prédécesseur. Ce serait inquiétant.

JOCVP

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo :Visual hunt

Quelle issue à la guerre ? (LV 193)

Traditionnellement, les guerres se concluaient par des traités de paix car l’ennemi n’était pas diabolisé. Depuis le XXe siècle, l’ennemi est souvent dépeint comme le mal qu’il faut annihiler : il paraît donc difficile de traiter avec lui. Pourtant, la guerre impose le plus souvent de se terminer et cela passe par des négociations : il faut savoir terminer une guerre.

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois et Abonnement 1 an members.

Acheter cet article (3.00€) Choisir un abonnement

La Vigie n° 187 : L’Est de « l’Ouest » | Guerre en Ukraine [ Lorgnette : le facteur nucléaire GRATUIT

Lettre de La Vigie du 2 mars 2022

Compte-tenu de l’actualité, La Vigie met ce numéro en lecture gratuite. N’hésitez pas à vous abonner pour nous soutenir.

L’Est de l’Ouest

L’Europe n’a pas défini sa frontière orientale faute d’avoir entrepris sa réunification à la fin de l’ère soviétique. Peu à peu la Russie nouvelle a été mise au ban de l’Europe et l’enjeu ukrainien est devenu la cause du récent coup de force de Moscou pour démilitariser Kiev. De son côté la Turquie kémaliste tournée vers l’Europe a laissé la place à une Turquie frériste, déployée tous azimuts aux marches de l’Europe, de l’Asie de l’Ouest et en Afrique. Turquie et Russie sont des compétiteurs d’une Union européenne qui ne sait plus penser son Est, qui est aussi l’Est de l’Ouest.

Pour lire l’article, cliquez ici

Guerre en Ukraine

La guerre entre la Russie et l’Ukraine suscite toute les attentions. Il convient de revenir brièvement sur ses causes, lointaines ou proches, sur les facteurs ayant conduit personnellement V. Poutine à décider de l’agression, aux buts dans la guerre et aux buts possibles de guerre, enfin aux réactions mondiales, tant de l’Alliance atlantique que des pays tiers ou surtout de la Chine.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : Le facteur Nucléaire

Cette crise a bien évidemment une dimension nucléaire. En effet, l’agression russe de l’Ukraine est une guerre conventionnelle menée dans un cadre dissymétrique (l’Ukraine ne peut gagner sur le terrain). Elle change des conflits asymétriques que nous connaissions depuis deux décennies qui opéraient sous le seuil d’une certaine intensité. Dans le cas présent, ce seuil a été franchi. Mais il n’agit pas seulement dans les domaines terrestres, aériens et maritimes : les autres domaines des opérations multi-milieux et multi-champs (M2MC) sont également ouverts : spatial, cyber, électromagnétique, cognitif…

Ce faisant, ce conflit pose la question d’un autre seuil, celui qui le surplombe et le sépare du domaine nucléaire. En effet, l’agression physique sollicite la mécanique de l’escalade. C’est pourquoi V. Poutine a posé rapidement cette limite en menaçant de représailles toute tentative de contrer militairement son offensive. Notre ministre des Affaires étrangères a répondu que l’Alliance était aussi une alliance nucléaire. Il s’agit-là du rappel de la rhétorique qui définit la grammaire de la dissuasion. C’est un autre signe du retour à une nouvelle Guerre froide en Europe.

JOCVP

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo :Ministère de la défense d’Ukraine

La Vigie n° 181 : De la guerre civile | Azerbaïdjan agité | Lorgnette : Débat stratégique pré-2022

Lettre de La Vigie du 8 décembre 2021

De la guerre civile

La guerre civile oppose des parties dans une unité politique constituée. Ses causes se sont diversifiées au cours de l’histoire mais comme la guerre extérieure, elle contribue puissamment à la constitution de l’État (ou à sa dissolution). Elle paraît aujourd’hui bien plus fréquente que la guerre extérieure, même si elle semble improbable en France.

Cliquez ici pour lire l’article

Azerbaïdjan agité

Un an après la fin de la deuxième guerre du Haut-Karabagh, des affrontements sporadiques ont repris. Entamons un cycle d’approfondissement sur la Transcaucasie et débutons par l’Azerbaïdjan, en relisant son jeu délicat d’alliances et la place qu’il occupe dans l’équilibre régional.

Cliquez ici pour lire l’article

Lorgnette : débat stratégique pré-2022

La préparation de la scène électorale de 2022 se poursuit avec de nouvelles candidatures. Les débats préliminaires portent sur les questions de pouvoir d’achat, d’immigration et de sécurité intérieure (voir ci-dessus). Ils abordent les questions d’ordre intérieur qui sont déterminantes dans une élection présidentielle. Pourtant la perspective de la prochaine présidence française de l’Union européenne ouvre la porte aux débats sur la posture de l’Union européenne et son autonomie stratégique dans l’actuel désordre du monde. Les succès français en matière d’exportation d’armement soulignent le réarmement des pays du Moyen-Orient, la volatilité des rapports de force en Asie de l’Ouest (voir ci-dessus) et la compétition technologique en cours. La rivalité sino-américaine nous parle plus de Taïwan que du référendum de Nouvelle Calédonie et des intérêts de la France en Asie-Pacifique.

Le débat de la campagne électorale devra pourtant aborder sérieusement les questions stratégiques de conflictualité ambiante, des engagements militaires de la France, de la place de la France dans l’Europe et celle de l’Europe dans le monde, et des moyens à consacrer à la sécurité du pays. LV se prépare à y contribuer.

JOCV

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo : roberthuffstutter on VisualHunt.com

De la guerre civile (LV 181)

La guerre civile oppose des parties en conflit dans une unité politique constituée. Ses causes se sont diversifiées au cours de l’histoire mais comme la guerre extérieure, elle contribue puissamment à la constitution de l’État (ou à sa dissolution). Elle paraît aujourd’hui bien plus fréquente que la guerre extérieure, même si elle semble improbable en France.

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois et Abonnement 1 an members.

Acheter cet article (3.00€) Choisir un abonnement