La Vigie n° 147 : Pays média, pays réel | Au sud | Lorgnette : Ministère de la mer

Lettre de La Vigie du 22 juillet 2020

Pays média, pays réel

Les médias contemporains sont décevants, pris dans l’étau de l’instantanéité, de l’émotion, de l’indignation morale. Ils contribuent donc largement à l’ère de “post-vérité” et constituent désormais une classe déconnectée et assujettie. Pire, ils éloignent les responsables politiques de leur mission de long terme et renforcent les dérives de polarisation, au risque de la radicalisation et donc de la division. Le stratégiste ne peut rester indifférent à cette évolution délétère.

Pour lire l’article, cliquez ici

Au sud

Un vide stratégique s’est installé en Méditerranée dont la Turquie et la Russie ont tiré parti en arbitrant à chacune leur façon l’inextricable question libyenne. C’est le moment pour les Sud-européens de prendre la main et de conduire avec leurs vis-a-vis une stratégie véritablement transméditerranéenne pour préserver leurs intérêts et contribuer au développement et à la sécurité d’un flanc Sud porteur de risques qui se rapprochent.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : ministère de la mer

Après deux tentatives infructueuses (81/83 et 88/91), la récente création d’un ministère de la Mer porte les espoirs d’un secteur dynamique au service d’une stratégie maritime globale. Les atouts maritimes de la France sont connus (LV 145), tout comme les écueils sur lesquels se sont échoués les ministères précédents.

La grande complexité ainsi que la transversalité des questions maritimes nécessite un rôle ministériel et politique fort, s’appuyant sur les acquis, alors qu’enjeux et opportunités offertes par les océans sont considérables :

  • bien commun à protéger, étudier et exploiter durablement ;
  • prospérité économique et développement de notre société tirés de nos ZEE par un engagement éco-responsable ;
  • intégration de nos filières maritimes, pour entraîner le monde dans le sillage de notre croissance bleue, en bâtissant une force économique et écologique innovante (pêche, alimentation, construction, transport, propulsion, énergies marines, ports, secteur fluvial) ;
  • garantir la sécurité et la sûreté de nos activités et de nos espaces maritimes au regard du droit international.

Ces objectifs tirés du discours du PR (Montpellier, 3/12/19) transparaissent dans les attributions du nouveau ministère (15/7/20). Puisse-t-il devenir, avec l’aide de tous, l’accélérateur stratégique recherché.

JOCV

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo : Kris Olin on Visual hunt / CC BY-NC-SA

Pays média, pays réel (LV 147)

Les médias contemporains sont décevants, pris dans l’étau de l’instantanéité, de l’émotion, de l’indignation morale. Ils contribuent donc largement à l’ère de “post-vérité” et constituent désormais une classe déconnectée et assujettie. Pire, ils éloignent les responsables politiques de leur mission de long terme et renforcent les dérives de polarisation, au risque de la radicalisation et donc de la division. Le stratégiste ne peut rester indifférent à cette évolution délétère.

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois et Abonnement 1 an members.

Purchase this Content (3.00€) Choose a Membership Level

Au sud (LV 147)

Un vide stratégique s’est installé en Méditerranée dont la Turquie et la Russie ont tiré parti en arbitrant à chacune leur façon l’inextricable question libyenne. C’est le moment pour les Sud-européens de prendre la main et de conduire avec leurs vis-a-vis une stratégie véritablement transméditerranéenne pour préserver leurs intérêts et contribuer au développement et à la sécurité d’un flanc Sud porteur de risques qui se rapprochent.

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois et Abonnement 1 an members.

Purchase this Content (3.00€) Choose a Membership Level

La Turquie en Libye, entre intérêts économiques et calculs stratégiques (K. Abderrahim)

Le Pr Kader Abderrahim, directeur de recherche associé de La Vigie, nous livre ici son analyse de l’action turque en Libye. Merci à lui. LV

La France, se trouve dans une mauvaise posture diplomatique et stratégique en Libye. Les déclarations du président Emmanuel Macron sonnent comme un aveu d’impuissance. En dénonçant « la responsabilité criminelle de la Turquie … », le chef de l’État vise l’implication de l’armée turque en Libye et celle de milliers de miliciens syriens ou soudanais.

Source

Depuis son intervention militaire en janvier 2020, Ankara est parvenue à inverser le rapport de force au profit de son allié de Tripoli, Fayez Sarraj qui dirige le gouvernement d’union nationale (GNA), seule autorité reconnue par l’ONU. Officiellement la France reconnaît le GNA, mais elle apporte, en même temps, une aide militaire à son adversaire au pouvoir en Cyrénaïque (est de la Libye) le Maréchal Haftar. Celui-ci peut compter sur le soutien sans failles (financier et militaire), des Émirats Arabes Unis, de l’Égypte ou de l’Arabie Saoudite. Par ailleurs le maréchal Haftar peut s’appuyer sur les miliciens russes de la société privée Wagner. Continue reading “La Turquie en Libye, entre intérêts économiques et calculs stratégiques (K. Abderrahim)”

La Vigie n°146 : États francs-tireurs | Il n’y a plus d’Occident | Lorgnette : Hong-Kong maîtrisé

Lettre de La Vigie du 8 juillet 2020

États francs-tireurs

L’ordre international westphalien, qui se voulait égalitaire, a fini par dégénérer en la loi du plus fort: certains États, par effet de levier, vont tenter de compenser leur faiblesse en adoptant un modèle original qui doit garantir leur survie. Nous les appellerons les “francs-tireurs” et proposons ici une typologie de leurs stratégies.

Pour lire l’article, cliquez ici

Il n’y a plus d’Occident

L’Occident était à la fois une civilisation, un mode de pensée marqué par le doute et la science, une domination du monde et un dispositif géopolitique concentré sur l’alliance entre l’Europe et l’Amérique. Mais l’Amérique comme l’Europe sont en profond désarroi tandis que le lien entre les deux rives de l’Atlantique se défait inexorablement. L’Occident n’est plus, sinon comme une rémanence d’un monde ancien mais déjà disparu. Prenons en conscience pour construire un nouveau dispositif.

Pour lire l’article, cliquez ici

Lorgnette : Hong-Kong maîtrisé

La Chine a finalement décidé de reprendre en main l’enclave de Hong-Kong, malgré un statut spécial négocié en 1997 qui devait durer cinquante ans. La théorie du « un pays deux systèmes » vient de voler en éclat avec un quart de siècle d’avance.

Cette décision ne surprend pas vraiment même si Pékin prend un risque, celui de voir s’affaisser la place financière et commerciale que constituait HK et de ternir son image. Mais les manifestations incessantes, à l’heure où le pouvoir chinois se raidit depuis plusieurs années face aux difficultés, constituait un défi intérieur qui ne pouvait plus durer. En effet la Chine a d’abord l’obsession du maintien de son unité, garantie par des rythmes de croissance soutenus et qui s’étiolaient, tendance accélérée avec la pandémie. Ainsi faut-il d’abord percevoir la décision chinoise. Pour autant Pékin s’est senti assez fort pour défier la communauté internationale et notamment les États-Unis.

Au-delà, cela conforte la mauvaise image donnée par la Chine qui s’est répandue dans le monde au cours des six derniers mois. Elle semble ne pas en tenir compte, sûre de sa puissance et négligente envers le reste du monde, conformément à son attitude ancestrale.

Il reste désormais à surveiller Taïwan.

JOCV

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo :jean louis mazieres on Visual Hunt / CC BY-NC-SA

Friedrich Nerly. 1807-1878. La Piazzetta au clair de Lune. La Piazzetta in the moonlight. Cologne. Wallraf Richartz Museum

États francs-tireurs (LV 146)

L’ordre international westphalien, qui se voulait égalitaire, a fini par dégénérer en la loi du plus fort: certains États, par effet de levier, vont tenter de compenser leur faiblesse en adoptant un modèle original qui doit garantir leur survie. Nous les appellerons les “francs-tireurs” et proposons ici une typologie de leurs stratégies.

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois et Abonnement 1 an members.

Purchase this Content (3.00€) Choose a Membership Level

Il n’y a plus d’Occident (LV 146)

L’Occident était à la fois une civilisation, un mode de pensée marqué par le doute et la science, une domination du monde et un dispositif géopolitique concentré sur l’alliance entre l’Europe et l’Amérique. Mais l’Amérique comme l’Europe  sont en profond désarroi tandis que le lien entre les deux rives de l’Atlantique se défait inexorablement. L’Occident n’est plus, sinon comme une rémanence d’un monde ancien mais déjà disparu. Prenons en conscience pour construire un nouveau dispositif.

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois et Abonnement 1 an members.

Purchase this Content (3.00€) Choose a Membership Level

Supercalifragilisticexpialidocious (Le Cadet n° 73)

Au commencement était le verbe ? Non, répondait le Faust de Goethe, au commencement était l’action ! Carnot, Bonaparte ou de Gaulle avaient un verbe performatif parce qu’ils agissaient. Mais le verbe d’aujourd’hui s’écoute parler, ne produit que du verbe et tourne en rond. Ainsi le cahier de route de la nouvelle task force fictionnelle du MinArm : « Mission : imaginer et créer des scénarios futuristes et disruptifs au profit de l’innovation de défense. Orienter les efforts d’innovation du ministère en imaginant des capacités militaires disruptives. » Faut-il disrupter pour innover, ou innover pour disrupter ? Allez savoir !

Source

Des mots, encore des mots, toujours des mots, les mêmes mots. Prenons le Centre d’Analyse de Prévision et de Stratégie du Quai d’Orsay : dans sa note « Covid-19 – Premières réflexions en vue du jour d’après », il nous apprend que « nous devons nous assurer que nous restons en mesure de peser » car « le monde d’après les crises majeures se prépare pendant la crise, et non à l’issue ». Merci pour le moment. Mais c’est lorsqu’on lit « arsenalisation des interdépendances asymétriques » qu’on mesure toute l’utilité d’avoir fait Sciences Po. Du côté de l’IHEDN c’est à peine mieux puisqu’on peut lire, en conclusion d’une tribune, cette envolée lyrique qui devrait normalement être le propos liminaire d’un texte de propositions : « à l’heure du sharp power ou des conflits hybrides, les croisements dangereux entre menaces humainement déclenchées et catastrophes naturelles, entre menaces civiles et militaires, imposent un aggiornamento profond de la réflexion. » Il serait en effet temps de réfléchir, sauf erreur ces gens sont payés pour ça. Et ne rigolez pas, disait Coluche, c’est avec nos impôts.

Et dans le monde merveilleux des Mary Poppins des écoles de management, que nous prépare-t-on de disruptant pour la rentrée ? INSEAD : « Innovation in the Age of Disruption : a disruptive innovation that ultimately disrupts by offering new attractive alternatives ». Toujours ce prédicat incertain, à moins qu’il ne s’agisse d’une grammaire innovante. Cambridge : « Argue the business case for sustainability by a rich understanding of the impact of current global economic pressures ». Oxford : « Leadership strategies for driving organisational change and preparing for the future and dealing with complexity ». Berkeley : « A strategy to lead business through a sea of massive disruption. Leaders strive to be more proactive in implementing new ideas ». On n’est pas plus avancé.

Et ça tourne comme ça avec huit à dix mots, les mêmes réagencés à l’infini. Imaginez la tête de Napoléon ou Clemenceau lisant ces monceaux d’inepties. Or c’est avec cette boite à outils que nos politiques et nos patrons prétendent nous sortir de la crise mondiale qu’ils ont provoquée. Ça fait peur. Vite, disruptons et reconfinons-nous !

Bonnes vacances innovantes tout de même.

Le Cadet

Plus que le Dialogue national, ce sont les erreurs du Gouvernement qui rendent indispensable la relecture de l’Accord d’Alger (M. Mara)

Alors que la situation au Mali devient politiquement délétère, il nous semble utile de donner un peu de hauteur de vue. C’est pourquoi nous sommes honorés de publier ce texte de M. Moussa Mara, ancien Premier ministre du Mali. LV.

L’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, signé à Bamako en 2015, accuse de nombreux retards dans sa mise en œuvre. Cinq ans après sa signature, la plupart de nos compatriotes et de nos partenaires montrent une grande lassitude devant la situation qui n’évolue que peu. En outre, les Maliens rejettent dans leur majorité un document qu’ils sont pourtant très peu à connaitre. Ils ont fini par réclamer la relecture de ce document lors du Dialogue national inclusif. Mais plus que cet évènement, ce sont les erreurs des autorités maliennes qui ont conduit le pays dans cette situation pour finalement rendre la révision du document indispensable. Sans cela, aucune réforme institutionnelle n’est envisageable.

Les erreurs de nos autorités, commises ces cinq dernières années et qui sont de plusieurs ordres doivent être mises en exergue afin de les prendre en compte dans la phase qui pourrait s’ouvrir après la relecture de l’Accord.

Continue reading “Plus que le Dialogue national, ce sont les erreurs du Gouvernement qui rendent indispensable la relecture de l’Accord d’Alger (M. Mara)”

La Vigie n° 145 : Japon et France : stratégies maritimes | Vision stratégique Terre | Lorgnette : tension sino-indienne

Lettre de La Vigie du 24 juin 2020

Japon et France : stratégies maritimes

Pays membres du G7 de rangs comparables, liés par un partenariat d’exception, la France et le Japon sont confrontés de la même façon aux conséquences économiques de la crise du coronavirus. A la recherche de nouveaux leviers de relance de leurs économies, ils figurent parmi les toutes premières puissances océaniques du monde et peuvent compter sur leurs stratégies maritimes nationales pour tirer le meilleur parti de leurs atouts. Le dialogue maritime global, bilatéral et interministériel, ouvert à Nouméa en septembre 2019, constitue un outil précurseur leur permettant de lancer des projets ouverts à l’échelle des espaces maritimes d’Europe et d’Indo-Pacifique, au service du développement raisonné et de la préservation de l’océan mondial.

Cliquez ici pour lire l’article.

Vision stratégique Terre

L’argument central de cette réflexion est le retour à la haute intensité. Il va sans dire qu’après trente ans d’opérations terrestres de toute nature (maintien de la paix, contre-insurrection, …) on observe un durcissement des conflits armés terrestres à l’extérieur. Pour y faire face, on devra durcir l’armée de terre. On relèvera que cette vision globale n’aborde pas le territoire national.

Cliquez ici pour lire l’article

Lorgnette: tension sino-indienne

La Chine et l’Inde se sont affrontées le 15 juin dernier dans une haute vallée du Ladakh, aux confins himalayens des deux pays, sur les bords du Cachemire, lui-même objet de frictions entre l’Inde et le Pakistan (LV 113). Dans une vallée à plus de 4000 m., des garde-frontières désarmés se sont affrontés à coups de pierres et de bâtons, provoquant le décès d’une vingtaine d’Indiens et peut-être d’une quarantaine de Chinois. L’installation de tentes par les Chinois dans une zone contestée serait à l’origine de l’incident. Les deux pays ont multiplié depuis les mesures d’apaisement.

Pourtant, l’affaire est inquiétante : d’abord car le Cachemire est l’autre région explosive d’Asie centrale (outre l’Afghanistan) qui concerne trois puissances nucléaires, dans un contexte d’affirmations étatiques (que nous relevons dans ce numéro). Mais aussi parce que la Chine semble vouloir appliquer sur les rives de la rivière Galwan la politique du fait accompli qu’elle a pratiquée en mer de Chine du sud. À ceci près qu’elle défie ici non pas des puissances moyennes mais l’Inde, elle-même nationaliste et pouvant trouver là un prétexte pour compenser de piètres résultats économiques.

C’est inquiétant.

JOCV

Abonnés : cliquez directement sur les liens pour lire en ligne ou téléchargez le numéro pdf (ici), toujours avec votre identifiant/mot de passe. Nouveau lecteur : lisez l’article au numéro, en cliquant sur chaque article (2,5 €), ou alors en vous abonnant (abo découverte 17 €, abo annuel 70 €, abo. orga 300 € HT) : ici, les différentes formules.

Crédit photo : Armée de terre

Japon et France : stratégies maritimes (LV 145)

Pays membres du G7 de rangs comparables, liés par un partenariat d’exception, la France et le Japon sont confrontés de la même façon aux conséquences économiques de la crise du coronavirus. A la recherche de nouveaux leviers de relance de leurs économies, ils figurent parmi les toutes premières puissances océaniques du monde et peuvent compter sur leurs stratégies maritimes nationales pour tirer le meilleur parti de leurs atouts. Le dialogue maritime global, bilatéral et interministériel, ouvert à Nouméa en septembre 2019, constitue un outil précurseur leur permettant de lancer des projets ouverts à l’échelle des espaces maritimes d’Europe et d’Indo-Pacifique, au service du développement raisonné et de la préservation de l’océan mondial.

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois et Abonnement 1 an members.

Purchase this Content (3.00€) Choose a Membership Level

Vision stratégique Terre (LV 145)

L’armée de terre vient de rendre publique sa Vision stratégique pour la prochaine décennie. L’argument central de cette réflexion est le retour à la haute intensité. Il va sans dire qu’après trente ans d’opérations terrestres de toute nature (maintien de la paix, contre-insurrection, …) on observe un durcissement des conflits armés terrestres à l’extérieur. Pour y faire face, on devra durcir l’armée de terre. On relèvera que cette vision globale n’aborde pas le territoire national.

This content requires that you purchase additional access. The price is 3.00€ or free for our Abonnement 3 mois et Abonnement 1 an members.

Purchase this Content (3.00€) Choose a Membership Level