Géopolitique de la Russie (Pinot & Réveillard)

Souvent, les ouvrages collectifs sont peu considérés : ils souffrent généralement de deux défauts. Le premier, c’est une dispersion des thème d’étude et donc un assemblage de chapitres moyennement reliés au sujet principal ; Le second, c’est une qualité inégale des contributions. D’ailleurs, les deux défauts sont régulièrement liés.

Tel n’est pas le cas de cet ouvrage que nous vous présentons aujourd’hui : au contraire, il nous a réellement conquis par sa qualité, réunissant aussi bien la cohérence du discours que le niveau des contributions. Voici pourtant un sujet qui n’est pas inconnu, car le thème de la Russie (et de sa géopolitique) est régulièrement analysé par les spécialistes, qu’ils soient de Relations Internationales, de diplomatie ou de géopolitique. Il paraît donc difficile de réaliser un ouvrage actualisé de synthèse qui permette réellement de faire le point et de donner des précisions heureuses que, bizarrement, on lit peu dans les articles spécialisés, et qui évite le piège de la banalité.

Le livre a été coordonné par Christophe Réveillard, Docteur en histoire et chercheur au CNRS Sorbonne, et Anne Pinot, Docteur en littérature comparée en enseignante à l’ICES. Ils ont réunis les signatures de  N. Lapina (politique intérieure), A. Pinot (identité), P. Lorrain (l’espace russe), GF. Dumont (Démographie), H. Eudeline (Appareil militaire), P. Marchand (les hydrocarbures), O. Hanne (La Russie et ses musulmans), X. Moreau (Ukraine), J. Cook (Balkans), A. Froc (Transcaucasie), J . Desmaisons (Asie centrale), E. Pomès (États-Unis), E. Lincot (Chine), PE. Barral (sous-continent indien), A. Corvez (Moyen-Orient), Ch. Réveillard (UE) et D. Souchet (France).

Le livre est divisé en trois parties : Les déterminants intérieurs, La Russie et son étranger proche, La Russie et le monde. L’ensemble est très solide et alors que nous ne pensions que le picorer, nous avons été happés par la qualité de ce que nous lisions, avec des monographies remarquables et, faute probablement à notre ignorance, des informations que nous découvrions pour la première fois… Ainsi, le travail de P. Lorrain sur l’espace russe renouvelle un sujet qui est pourtant couramment traité et lui donne des aperçus nouveaux ; de même, le point de GF. Dumont donne un regard très actualisé sur la situation russe, qui a entamé une certaine remontée démographique (ce que bien peu savent qui répètent ad nauseam l’écroulement démographique russe sans parler de ce qui se passe en Allemagne, Italie ou Espagne, à des niveaux encore plus alarmants) mais qui serait peut-être en train de se stabiliser sur un plateau encore insuffisant. Nous devrions citer quasiment tous les chapitres mais avons aussi spécialement relevé celui sur les hydrocarbures (où l’on découvre une situation fort différente pour le pétrole ou pour le gaz, mais aussi la distinction entre production et réseaux), celui sur les musulmans qui nous paraît unique, celui sur les relations avec l’Inde qui est là aussi très éclairant et traite d’un sujet régulièrement négligé.

Nous avons beaucoup apprécié le chapitre de Ch. Réveillard sur la Russie et l’UE (qui a le mérite de faire le point sur un rôle pas forcément glorieux de l’Union), un peu moins le chapitre conclusif sur les relations avec la France (comment peut-on avoir une section intitulée : “le néant stratégique de la France” ???).

La dernière page tournée, on est à la fois satisfait de sa lecture et impressionné par la qualité de ces contributions, fouillées et précises, ne se perdant pas dans un maquis de citations (le risque de la fausse scientificité) mais décrivant les faits avec le juste niveau de références, donnant surtout à saisir le sens et donc les structures qui animent encore la posture géopolitique du pays. Nous le recommandons chaudement.

LV

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.