La rivalité entre les États-Unis, la Chine et la Russie (J. Shapiro)

Nous sommes heureux d’accueillir ce texte de Jeremy Shapiro, directeur d’études au sein du cabinet Geopolitical Futures (le nouveau cabinet de G. Friedmann). Il l’a prononcé l’autre jour, au festival de géopolitique organisé par nos amis de Limes, à Gênes. Nous remercions donc aussi bien J. Shapiro que Limes à cette occasion. JDOK

Avant de commencer, je dois féliciter l’Italie pour sa récente décision d’approuver l’initiative One Belt One Road de la Chine. J’ai entendu dire que l’Italie annoncera son soutien lorsque le président chinois Xi Jinping viendra en visite à la fin du mois. Je viens du Texas, aux États-Unis. J’aimerais que nous soutenions l’initiative One Belt One Road de la Chine dans notre pays également. Nous sommes Américains, et nous sommes Texans aussi, donc nous aimons l’essence, les armes à feu et les grands chapeaux et nous nous sentons très importants. Si la Chine investissait dans la construction d’un nouveau train à grande vitesse au Texas et aidait à construire de nouveaux ports à Houston, à la Nouvelle-Orléans et dans d’autres villes, cela améliorerait nos horribles problèmes de circulation. Je pourrais aussi rendre visite à ma famille plus régulièrement. Ce serait merveilleux.

Navires chinois escortant un bâtiment américain en mer de Chine méridionale. ©Belga

Source Cliquer pour lire la suite

Je ne plaisante que partiellement. Je ne vois pas One Belt One Road comme une menace stratégique majeure pour les États-Unis ou pour l’Occident en général. Je vois cela comme un exemple de la faiblesse de la Chine. Et si la Chine construit un port en Italie ou un train à grande vitesse dans mon Texas natal ? Dans la pratique, cela ne signifie pas grand-chose. Cela ne rend certainement pas la Chine plus forte, ni les États-Unis plus faibles. One Belt One Road est un projet de relations publiques, et particulièrement bon. Cela pose un problème aux États-Unis, mais pas de la façon dont vous le pensez probablement. Laisse-moi vous l’expliquer.

Lorsque nous regardons l’histoire, nous constatons qu’au XIXe siècle, l’Empire britannique faisait face à bon nombre des mêmes défis que ceux auxquels les États-Unis font face aujourd’hui. L’Empire britannique était très riche et possédait une marine très puissante. Mais l’Empire britannique dépensait aussi beaucoup d’argent.

Son niveau d’endettement avait atteint des sommets. Vers 1820, la Grande-Bretagne avait un ratio dette/PIB supérieur à près de 250% ! (Le ratio de la dette américaine par rapport au PIB a tout juste dépassé 100 % au cours des dernières années, de sorte que les États-Unis ont une certaine marge de croissance). La Grande-Bretagne enregistrait des déficits commerciaux massifs avec un pays fortement dépendant des exportations, la Chine.

Pour résoudre le problème, la Grande-Bretagne a lancé les guerres de l’opium et a fait accepter par la Chine des politiques commerciales qui n’étaient pas bonnes pour elle. Aujourd’hui, les États-Unis accusent un déficit commercial massif avec la Chine et tentent d’utiliser leur pouvoir pour renégocier. Dans les années 1800, la société britannique était plus prudente, plus conservatrice et encore plus nationaliste. Le président américain a aujourd’hui des aventures avec des stars du porno, alors peut-être que les États-Unis ne sont pas plus prudents maintenant, mais vous voyez ce que je veux dire.

Pendant ce temps, la Grande-Bretagne avait aussi des problèmes avec la Russie. C’est ce que beaucoup d’historiens ont appelé « Le Grand Jeu ». En compétition en Asie centrale, dans le Caucase, en Méditerranée, en Europe de l’Est – la Grande-Bretagne avait peur de la Russie. Elle craignait tout particulièrement que la Russie puisse contester sa position en Inde, le joyau de la couronne de l’Empire britannique. La guerre de Crimée a été menée dans les années 1850 entre la Russie et une coalition de puissances dirigée par la Grande-Bretagne. Aujourd’hui, la Crimée fait à nouveau la une des journaux, parce que la Russie veut en prendre le contrôle.

C’est la partie importante de cette histoire dont il faut se souvenir. La Grande-Bretagne traitait avec la Chine et la Russie dans les années 1850. En fin de compte, c’est la Grande-Bretagne qui l’a emporté. C’était plus puissant que les deux autres. La Grande-Bretagne sera la plus menacée 70 ans plus tard, non pas par la Chine ou la Russie, mais par une Allemagne unifiée – à laquelle personne n’avait pensé au début du XIXe siècle. Souvent, les plus grands conflits et les plus grandes menaces ne surviennent pas là où vous pourriez vous y attendre.

La Chine est un pays faible. C’est pourquoi Xi Jinping purge le parti communiste et installe une véritable dictature. Le pays est pauvre. Oui, la Chine est devenue beaucoup plus riche qu’avant. Il se vante même d’avoir sorti des millions de personnes de la pauvreté. Pourtant, l’an dernier, 550 millions de personnes vivaient avec moins de 5,50 dollars par jour en Chine. C’est environ 4,5 euros. Quelqu’un dans cette pièce pourrait-il imaginer vivre avec 4 euros par jour ? Dans quelle mesure seriez-vous insatisfait de votre gouvernement s’il disait au monde que l’Italie est riche et que vous vivez avec 4 euros par jour ? L’armée chinoise est devenue beaucoup plus forte au cours des deux dernières décennies, mais elle demeure avant tout une force défensive. Il ne peut même pas conquérir Taïwan, et encore moins défier les États-Unis.

La Russie est un pays encore plus faible. Son économie dépend du pétrole – et il y a trop de pétrole disponible sur le marché libre. Sa démographie semble désastreuse. Vladimir Poutine installe également une dictature beaucoup plus puissante parce qu’il s’inquiète de l’opposition intérieure à son gouvernement. Cette année, la Russie augmente les impôts et réduit les prestations de retraite. Poutine et le gouvernement russe ont des taux d’approbation beaucoup plus bas qu’ils n’en ont jamais eu depuis la révolution ukrainienne en 2014. L’armée russe est une force forte et compétente, mais elle n’est pas assez forte pour résoudre tous les problèmes de la Russie. La Russie est une force terrestre massive et a des ennemis partout. Elle a beaucoup trop à perdre pour se risquer à défier les États-Unis.

L’autre fait que tout le monde semble oublier est que la Russie et la Chine ont très peu d’alliés. La Russie peut appeler l’Iran un allié, peut-être la Biélorussie. Et puis c’est tout. La Chine a un allié en Corée du Nord. Et puis c’est tout. Pouvez-vous vous arrêter une minute et penser à tous les alliés des États-Unis ? Oublions même un instant l’OTAN, mais pensez à la Grande-Bretagne, l’Australie, le Japon, les Philippines, Israël, l’Arabie Saoudite, l’Inde. La liste est longue. Certains disent que la Russie et la Chine deviendront des alliés. Ces gens oublient que la Russie a conquis beaucoup de territoire de la Chine à la fin des années 1800 que la Chine veut récupérer. La Chine et la Russie ont des intérêts communs, mais elles ne vont pas devenir des alliées.

À moins, bien sûr, que les États-Unis ne les y forcent aussi. Je ne veux pas que vous pensiez que je sous-estime l’équilibre du pouvoir entre les États-Unis et la Russie et la Chine. Ce n’est pas parce que je pense que les États-Unis sont beaucoup plus forts que la Russie et la Chine que je ne vois pas à quel point la Chine a progressé ces dernières années. Cela ne veut pas dire non plus que je ne vois pas les vrais problèmes qui se profilent à l’horizon avec la Russie. L’élection présidentielle ukrainienne qui aura lieu à la fin du mois de mars me fait très peur. Tant la Russie que les Etats-Unis ont beaucoup en jeu et beaucoup à perdre. La Russie risque le plus.

Je reconnais également que ce que les États-Unis ont fait pendant l’administration Trump les rend moins attrayants pour leurs alliés et alliés potentiels. L’une des raisons pour lesquelles les États-Unis ont tant d’alliés est qu’ils n’essaient pas de dominer les autres pays. Les États-Unis tentent de construire un système qui préserve un maximum de stabilité et de prospérité – ce qui est bon pour eux-mêmes l’est pour les autres – et qui reste ensuite à l’écart. Les pays d’Asie craignent la Chine parce qu’ils craignent que la Chine ne les domine. Les pays d’Europe craignent la Russie parce qu’ils craignent que la Russie ne les domine. Ce sont là des craintes raisonnables. Ces pays ont essayé de dominer leurs voisins dans le passé. Les États-Unis n’ont pas l’intention de le faire. Cela en fait un meilleur ami pour la plupart des pays.

Mais je pense que, comme l’Empire britannique à l’époque victorienne, les États-Unis sont devenus trop arrogants. Les États-Unis pensent qu’ils peuvent contenir la Russie et la Chine tout en encourageant le changement de régime au Venezuela, en Iran et même en Corée du Nord. Même les puissants États-Unis ne peuvent pas faire tout cela. Je ne suis même pas sûr que les puissants États-Unis puissent faire deux de ces choses que je viens de mentionner.

C’est la plus grande menace pour les États-Unis. Elle doit modifier l’ordre mondial qu’elle a contribué à créer pour qu’il devienne plus avantageux pour eux-mêmes sur le plan économique et pour leurs alliés et partenaires. Mais ils doivent le faire d’une manière qui n’incite pas ces partenaires à vouloir devenir des alliés chinois ou russes.

Je reviens donc au point de départ. Est-ce un problème qu’un pays comme l’Italie veuille la Belt and Road ? Bien sûr que non. Je veux Belt et Road. Ce n’est un problème que si vous pensez que Belt and Road signifie que la Chine devrait établir les règles du jeu. Aucune personne réfléchie que je connaisse ne veut ça. Comme moi, ils veulent prendre l’argent chinois et s’enfuir. C’est un excellent exemple de l’affaiblissement de la Chine et de la Russie par rapport aux États-Unis.

Il y a une compétition stratégique majeure qui se déroule, mais cette compétition se déroulera sur une période de plusieurs décennies. Ici, aujourd’hui, il n’y a pas de concours. Les États-Unis sont plus forts que la Russie et la Chine. Le pire ennemi des États-Unis est eux-mêmes. Et c’est un ennemi très puissant.

J Shapiro.

One thought on “La rivalité entre les États-Unis, la Chine et la Russie (J. Shapiro)

  1. M. Shapiro devrait sérieusement revoir ses théories. Ce texte est un tissus d’inexactitudes, de poncifs et de contre vérités. Quelques exemples:

    1. – “La Russie est un pays encore plus faible. Son économie dépend du pétrole “. La Russie est selon les années premier ou second exportateur mondial de blé et de bois. Elle est le premier exportateur de centrales nucléaires et le second exportateur d’armes. Il faut arrêter avec la légende des seuls pétrole et gaz!

    2.- Sa démographie semble désastreuse et la Russie augmente les impôts et réduit les prestations de retraite.” Si la situation de la démographie reste fragile, la crise semble enrayée: “La population russe atteint son minimum en 2008 avec 142,7 millions d’habitants. Depuis cette date, la population augmente légèrement chaque année mais depuis 2017 elle s’est stabilisée. Entre 2017 et 2018, la population russe, y compris celle de la Crimée, est stable à 146,88 millions d’habitants. ” WIKIPEDIA.
    La Douma vient en ce mois de mars 2019 de voter une loi qui sera applicable en mai et grâce à laquelle tous les retraités auront un revenu au moins égal au SMIC. Quant aux impôts, ils sont en augmentation, c’est vrai tout…comme en France et dans d’autres Etats européens!

    3. La Russie peut appeler l’Iran un allié, peut-être la Biélorussie. Et puis c’est tout. Monsieur Shapiro connait il l’organisation de la coopération de Shanghai, les BRICS? La Russie n’ a pas d’alliés mais vient de signer un partenariat stratégique avec Singapour, vend ses armes à l’ Arabie Saoudite, à l’Algérie, à la Turquie, à l’Inde….et entretient d’excellentes relations avec Israel!

    4. “La Russie a beaucoup trop à perdre pour se risquer à défier les États-Unis.” Pourquoi cette approche belliqueuse? La doctrine russe est purement défensive et Poutine a maintes fois déclaré qu’il ne souhaitait pas avoir de mauvaises relations avec les Etats Unis!

    5. Enfin, la cerise sur le gâteau: “L’une des raisons pour lesquelles les États-Unis ont tant d’alliés est qu’ils n’essaient pas de dominer les autres pays. Les États-Unis tentent de construire un système qui préserve un maximum de stabilité et de prospérité “. Aveuglement, malhonnêteté, propagande?

    Les Etats Unis n’essaient pas de dominer les autres pays? Ah bon? Quand Washington et son ambassadeur à Berlin menacent de sanctions l’Allemagne et ses entreprises si la construction du Nord Stream 2 se poursuit, ce n’est pas une tentative de domination? Quand Washington menace la Turquie si elle achète les S400, c’est par charité? Quand Washington menace de sanctions les Etats qui ne se soumettraient pas à son diktat et qui continueraient de coopérer avec l’Iran, c’est de la philanthropie? Quand Washington et ses sbires comme Pompéo, Abrams (spécialiste des coups bas en Amérique latine) , et Bolton exigent que les deux avions de transport russes quittent le Venezuela alors qu’ils montent un camp d’entrainement en Géorgie, aux portes de la Russie, n’est ce pas du double standard?

    Avec 800 bases militaires dans le monde, les Etats Unis tentent de maintenir un système unipolaire pour imposer leur domination militaire et économique. Ce temps est révolu et ils doivent le comprendre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.