La Vigie n° 29 bis : Les Français en guerre ? |Une année de La Vigie (Gratuit)

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Extrait des articles présents dans cette lettre :

Les Français en guerre ?

Les attentats du 13 novembre ont plus que jamais suscité l’usage du mot guerre. Le PR le premier, dès le soir du drame, utilisait le mot Cette attaque terroriste menée militairement constitue donc bien un acte de guerre. La déclaration d’état d’urgence, la fermeture des frontières et la nouvelle mobilisation militaire, mesures prises en réaction immédiate, ont confirmé la situation de guerre. Toutefois, utiliser ce vocable qui est tout sauf anodin va imposer désormais une vraie cohérence, tant est grande l’ignorance de la guerre de notre élite politique, éduquée dans 70 ans de paix et guère entrainée à penser cet impensable.

Le premier constat qui s’impose est qu’à la différence des attentats de janvier, aucune cible n’était visée pour elle-même, seul comptait son impact médiatique […]

Une année de La Vigie, et des projets

La Vigie a fêté son premier anniversaire. Nous vous devons donc quelques comptes. Et puis vous dire aussi nos projets. Car quand nous avons commencé, nous ne savions pas à quel rythme notre offre prendrait son envol. Un an plus tard, avec 87 articles publiés (dont ceux de dix auteurs extérieurs), nous avons réussi à réunir 170 lecteurs payants (soit environ un tous les deux jours) et le site a suscité 110.000 vues. C’est encourageant compte-tenu d’un rythme de publication régulier adopté et surtout de l’offre de « seulement » 37 articles en libre accès. Bien évidemment, nous sommes impatients d’élargir cette base mais nous disposons désormais d’un socle qui démontre une certaine influence, que nous mesurons aussi à la qualité de certains de nos abonnés (dont nous ne pouvons citer les noms) et celle des messages d’encouragement reçus, aux reprises multiples et aux débats suscités. Cela confirme notre intuition d’un véritable besoin d’une analyse stratégique de haut niveau, qui ne se laisse pas déstabiliser par le chaos apparent et élabore des clefs de compréhension pour un public bien souvent insatisfait de ce qu’il trouve couramment ailleurs. […]

 Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique !

One thought on “La Vigie n° 29 bis : Les Français en guerre ? |Une année de La Vigie (Gratuit)

  1. L’emploi du vocable de guerre corrélé à l’état de siège constitue en effet un changement de donne essentiel, que l’on ne saurait réduire à un effet de manche rhétorique. La parole présidentielle proclamant l”instauration de l’état d’urgence a immédiatement coïncidé avec le rétablissement du contrôle de frontières, inflexion du débat sur la légitimité des frontières et réaffirmation de leur maîtrise comme un attribut essentiel de la souveraineté nationale.

    Au surplus, il s’agit de réfléchir sur la manière d’articuler la trinité peuple, chef stratégique, chef politique.

    L’autre point que je veux souligner est que ce tournant conceptuel s’opère dans un contexte marqué par une “démilitarisation de la guerre classique et la militarisation de la violence civile.” Ce constat est fondamental.

    Or nous avons atteint un seuil critique qui caractérise l’état de guerre, tant par le nombre de victimes civiles en France que sur le nombre d’ennemis tués sur le théâtre d’opération en Syrie.

    Il résulte de ce constat que les théâtres d’opération se sont unifiés entraînant un brouillage des lignes. Il convient de symboliser cette situation par un recours à l’article 35 qui reconnaît l’état de guerre et en tire toutes les conséquences. A cet égard, un regard soutenu sur les flux migratoires s’impose, d’autant que ce paramètre rajoute de la complexité pour l’élaboration de la stratégie. Le second point, me semble- t- il, réside dans l’insuffisance de l’unité nationale, le risque étant grand de voir se cristalliser des heurts inter-communautaires. Seul un regain de patriotisme civique permettrait de les transcender. Un sursaut de nos élites politiques s’avère ici indispensable aux fins d’éviter une radicalisation du pays fragmenté qui conduirait à la guerre civile.

    J’ajouterai que l’actualité de l’article 16 d’inspiration schmittienne qui fait son grand retour est qui permettrait au PR d’exercer temporairement l’ensemble des pouvoirs concentrés entre ses mains pour des raisons justifiés par l’exceptionnalité de la situation remet la souveraineté au centre du débat. Symboliser l’état de guerre pour redonner au peuple une conscience de la situation et des tâches qui en résultent, va de pair, selon moi avec le déclenchement d’un processus permettant au Président de la République d’exercer et de préserver la souveraineté en temps de crise et donc de guerre. On voit le saut conceptuel que cela implique …mais les circonstances justifient un tel tournant.

    Enfin et c’est un point stratégique : tout doit être mis en œuvre pour que ce tournant historique s’accompagne d’une redéfinition vitale des alliances Russie, Iran…

    Voilà , c’est un numéro de haut niveau !

    Amitiés,

    Arta

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.