La Vigie n°10 – Lybie, Boko Haram et la question des frontières en Afrique | Mettre la France en garde

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Extrait des articles présents dans cette lettre :

Libye, Boko Haram et la question des frontières en Afrique

L’intangibilité des frontières avait été un des principes fondateurs de l’OUA au sortir de la colonisation, au début des années 1960. Elle répondait à deux principes. Le premier visait à éviter d’ouvrir la boîte de Pandore d’un redécoupage selon des lignes improbables, qui aurait provoqué la manifestation d’ethnies et sous-ethnies intriquées, donc une division fractale du continent. Mieux valait des frontières insatisfaisantes mais agréées à des frontières éventuellement plus justes mais assurément sources de complications et de violences sans fin. Le deuxième principe affirmait l’existence  et la centralité des nouveaux États, selon un principe westphalien : il voulait prévenir toute guerre de conquête. Bref, chacun préférait une stabilité apaisante, espérant que le temps ferait son œuvre pour créer des nations à l’intérieur de ces États neufs.

[…]

Mettre la France en garde

À trop évoquer la guerre, à temps et à contretemps, on en arrive à se payer de mots, à s’intoxiquer, à alimenter un marché de dupes. En se concentrant sur un ennemi déclaré (Daesh en fournit un beau spécimen, quasi providentiel), on s’abstient de traiter du sujet essentiel, bien actuel, les vulnérabilités de la France. On serre les rangs en exaltant la fibre patriotique (comme le 11 janvier), on dénonce le danger extérieur mais on occulte des fragilités intérieures bien présentes. Aujourd’hui pourtant les vulnérabilités de la France pourraient résulter beaucoup plus de la situation intérieure du pays que de la tension extérieure qu’il doit affronter.

[…]

 Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.