Nice : au-delà du choc

L’émotion, comme si nous n’avions rien appris

L’attaque de Nice a été tardivement revendiquée par l’Etat Islamique (36 h après l’attentat), alors que l’auteur de l’attentat présente un profil de déséquilibré et n’a pas ouvertement signalé son attachement à la cause djihadiste.  Pourtant, immédiatement, l’hypothèse terroriste a été mentionnée tandis que les commentaires politiques fusaient de toute part. Comme si les réflexes politiciens prévalaient sans prendre un instant de recul. Encore une fois, l’émotion balayait les flux d’information comme si on n’avait rien appris. Les médias se précipitaient dans la couverture en direct des événements, diffusant des images insoutenables, interrogeant de témoins qui n’en pouvaient mais, sombrant dans le spectaculaire sans jamais se poser la question de leur responsabilité. Car au-delà de la tristesse légitime que nous devons avoir, tout s’est passé comme si on n’avait rien appris. Aucun preneur de parole n’a réellement montré la dignité et surtout la distance stratégique qui convenait. Comme si c’était la première fois, comme si c’était une surprise, comme si on n’était pas préparé alors que chacun savait que d’une façon ou d’une autre, cela se reproduirait.

Attentat à Nice : des papiers d'identité au nom d'un Franco-Tunisien retrouvés dans le camion Source

Voici ce qui effraye le plus : non que nous soyons attaqués, mais que ceux qui parlent n’aient pas le sang-froid nécessaire et sombrent dans tous les pièges de la surexcitation qui est le but particulièrement recherché par les agresseurs. Car même si la revendication fait encore doute, même s’il ne s’agit que de l’œuvre d’un déséquilibré, son passage à l’acte n’aurait pas été possible sans le contexte, sans la sur-réaction systématique de nos sociétés fébriles, sans aussi la propagande idéologique lancée par les djihadistes. Car le terrorisme est d’abord affaire de rhétorique et notre réaction collective démontre que nous ne l’avons pas compris et que nous avons encore une fois perdu une bataille.

De l’efficacité du dispositif

Etait-ce prévisible ? sur le lieu et l’heure, probablement pas. Mais en revanche, c’était anticipé. Les alertes n’avaient cessé de retentir. Quelle que soit la nature du dispositif, il est illusoire de croire que l’on peut obtenir une sécurité à 100 %. Disons les choses autrement : les communiqués triomphants qui ont fait suite au championnat d’Europe étaient excessifs. Plutôt que de dire « nous avions raison », il eût été prudent de dire « c’était dangereux, nous avons pris des risques, cela a marché, nous avons eu de la chance mais attention, ça ne marchera pas à tous les coups ». Un tel message aurait été parfaitement entendu par les Français et constitué un utile point d’appui en cette journée tragique qui était inéluctable.

Accessoirement, juger d’un dispositif pour un attentat réussi n’est pas adéquat : combien d’attentats empêchés grâce au même dispositif ? Quant à cestuy-là qui recommande de tirer sur le camion avec un lance-roquette, est-il seulement sérieux ? Comme dit le poète, il manque « d’usage et de raison » (1).

La vérité est simple à énoncer : ces attaques djihadistes recommenceront. Le terrorisme n’est qu’un moyen et les agresseurs trouveront toujours le moyen d’identifier d’autres cibles et de les frapper. Certes il faut un dispositif de sécurité, certes il faut prévenir grâce à un travail éreintant de renseignement (il y a là, si nous avons bien compris, encore des progrès à faire), mais l’essentiel réside dans la lutte idéologique qui nous oppose à l’ennemi. Or, de ce point de vue-là, les discours entendus montrent que nous ne sommes pas à la hauteur. Il ne s’agit pas simplement de désigner l’ennemi (voir LV 46) mais d’identifier aussi pourquoi c’est notre ennemi et en quoi notre système constitue un meilleur projet. Avant de traiter ce point, disons un mot des mesures prises ou à prendre.

Des mesures à adopter

Sans surprise, le gouvernement a pris des « mesures », d’abord pour montrer qu’il en prend. Car même si le dispositif est relativement efficace, l’émotion populaire exige du gouvernement qu’il fasse quelque chose. Ainsi, l’état d’urgence est prorogé de trois mois alors qu’on nous disait la veille qu’il y serait mis fin. Cela signifie qu’à chaque échéance annoncée, l’EI ou un autre n’a qu’à faire un attentat pour qu’on prolonge : il nous épuise ainsi à peu de frais car chacun sait bien, par exemple, que le dispositif de réquisition n’est plus très utile. De même, le maintien de Sentinelle à de hauts niveaux : tout le monde dit depuis des semaines que le niveau actuel est trop haut et que Sentinelle, dans sa configuration, n’est pas utilisée au mieux, qu’il faut baisser l’effectif engagé et l’utiliser différemment. Las ! Sentinelle est prorogée. On convoque la réserve opérationnelle, en espérant que ce rappel permettra d’adoucir un peu la pression sur les forces de sécurité. Cela donne toutefois l’impression d’un fusil à un coup. Enfin, annoncer immédiatement qu’on va bombarder l’EI en Syrie alors qu’il n’y a aucune revendication au moment où la décision est prise est pour le moins hâtif. A tout le moins, cela entretient l’engrenage (on lira à ce propos l’indispensable “Terrorisme“, de Jacques Baud, qui vient de paraître, cf. fiche de lecture).

Bref, des mesures peu convaincantes dans la réalité, même si elles paraissent psychologiquement nécessaires. Mais la palme revient quand même aux propositions « venues d’ailleurs ». Les matamores s’en sont donnés à cœur joie. Oublions celui qui recommande les lance-roquettes (pourquoi pas les chars ou l’aviation de chasse ? pourquoi ne pas interdire la location de camion, engin trop dangereux ?), partout on a entendu un appel à un « durcissement » du dispositif. Toujours, des mesures de réaction, toujours l’illusion de la sécurité à 100 %. La palme revient à celui qui propose l’état de siège (imagine-t-on sérieusement les pouvoirs transférés à l’armée ????). Pas l’ombre d’une réflexion, pas le début d’une analyse stratégique, des postures uniquement pour le petit jeu politicien consistant à « afficher sa fermeté » afin de glaner deux points de popularité. Affligeant.

De la nature de la lutte

Nous sommes en guerre, paraît-il. Peut-on alors nous expliquer le lien politique entre ce qui se passe en Irak Syrie et ce qui se passe chez nous ?

Nous réduisons donc l’EI et le chassons des territoires qu’il contrôle : imagine-t-on qu’on a résolu le problème ? D’une part, les conditions géopolitiques demeurent (la question irakienne, la question syrienne) et tant qu’on n’a pas un projet sérieux, l’idéologie sous-jacente demeurera. D’autre part, les combattants étrangers rentreront chez eux et pour beaucoup, ils seront déterminés à se venger. De même que l’EI est l’héritier d’al Qaida, lui-même descendant des combattants afghans, eux-mêmes lointains héritiers de certains Frères Musulmans radicaux (Qotb), de même l’EI aura des descendants, sans compter les multiples franchises d’Al Qaida qui demeurent en Syrie, au Yémen ou en Somalie. L’idéologie djihadiste demeurera, même si son incarnation (le califat) est détruite prochainement.

Or, il s’agit d’une lutte qui est d’abord idéologique. Le djihadisme est une idéologie et non un mouvement religieux radical, comme on le croit trop souvent. Il est une interprétation moderne et millénariste d’une lecture particulière et tendancieuse de la religion. Il est non seulement un projet (le califat, le paradis) qui permet à ses sectateurs de s’affirmer et de trouver un sens à la vie, mais également l’expression du refus du monde tel qu’il est.

Il s’oppose en cela à l’emprise libérale du monde. On peut la désigner ici de mondialisation, là de démocratie, là encore d’ultra-capitalisme : elle a plusieurs visages mais témoigne d’une même réalité qui ne convient pas à beaucoup qui s’en sentent exclus. Ainsi s’explique que des « loups solitaires » s’enragent rapidement au point de susciter les attentats que nous avons connus. De même, un brave normand un peu paumé peut y trouver son compte, son étincelle de gloire qui subitement donnera du sens à sa vie. Le sens ! voilà ce qu’offre le djihadisme, même si sa réussite est extrêmement fugace (cinq minutes d’un exploit avant de mourir, quart d’heure warholien du pauvre…). Sous l’apparence du nihilisme, le djihadisme offre une perspective.

Mais quel sens offrons-nous en retour ? Aucun, c’est ce qu’exprime d’ailleurs le rejet de l’Europe. Nous perdons les batailles parce que nous avons perdu le sens de notre projet. Malgré les apparences de notre liberté, notre système est également nihiliste. Voici le vrai combat préventif contre le djihadisme : construire un projet politique qui donne du sens à ce que nous faisons. Constatons que tout ce que nous lisons est bien loin de cette réflexion essentielle. C’est ce qui rend les divagations médiatiques encore plus pénibles.

Et demain ?

Demain, il est assuré qu’il y aura encore des attentats. Mais si nous poursuivons le raidissement actuel, tout en réaction et jamais en réflexion, nous courons le risque d’une israélisation de notre société. Israël vit un fantasme de la sécurité absolue qui le conduit à des mesures liberticides à l’encontre de beaucoup (Arabes israéliens ou Palestiniens de Cisjordanie), tout en adoptant des mesures de « sécurité » qui témoignent d’une société schizophrène et renforcent cette pathologie.

Une autre solution possible demeure celle de la discorde intérieure : cela peut être une révolution ou encore des troubles civils violents entre Français. La gamme est malheureusement assez large. Connaissant le caractère éruptif de nos concitoyens, nul ne peut en écarter la possibilité. Alors, dans ce grand renversement, autre chose émergera.

Voici les écueils qui nous guettent si nous n’y prenons pas garde. Voici qui plaide vigoureusement pour la prise de conscience des enjeux, au lieu de toujours vouloir répondre aux effets, aussi dramatiques puissent-ils être. Voici la refondation qu’il faut conduire. Soyons confiants : l’Histoire permet toujours de révéler des grands hommes qui savent se hisser à la hauteur des événements. Constatons simplement que l’Histoire est là et qu’il est temps que les grands esprits apparaissent.

JDOK

(1) Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d’usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.