Bilan hebdomadaire n° 11 en date du 15 mai 2022

Bilan hebdomadaire n° 11 du 15 mai 2022

La semaine qui vient de se passer n’a pas donné d’avantage net aux parties en conflit.

Au nord, le front de Kharkov est stabilisé. Les Russes se sont repliés derrière la rivière Donetsk à l’est et conservent au N une mince bande de territoire en avant de la frontière. Ils semblent avoir reculé sans trop laisser de plumes. Les UKR viennent de se faire repousser à Malinovka. Clairement, la zone paraît secondaire aux RU même si tel ou tel planificateur peut garder l’illusion de relancer l’action dans la zone le jour venu : cela paraît désormais improbable. Kharkov avait été en pointe de l’opposition à Maidan en 2014 : elle ne peut plus désormais servir de relais. Hors de portée des bombes russes, elle reprend une vie normale. Dès lors, que vont faire les Ukrainiens ? Certes, ils doivent garder des troupes dans la zone mais la logique voudrait qu’ils basculent une partie de leurs forces vers le Donbass qui constitue désormais le front principal de l’action RU. Moscou développe son action et obtient quelques gains.

Ainsi, la zone d’Izioum est désormais solidement tenue malgré les velléités d’actions de flanc UKR que j’avais signalées la semaine dernière. Au contraire, les RU ont relancé au sud et au sud-est vers Slaviansk. Désormais, plusieurs pinces sont en train de s’organiser. Celles à l’ouest relie Dovenkhe à Lyman (Derylove juste au nord aurait été prise). Cette ville de 40.000 h est le point clef de la manœuvre en cours.

Plus à l’est, une autre pince encadre Severodonetsk. Pryvilliya au sud et Vojevodka au SE de Rubinhe feraient directement pression sur la ville principale, pressée au sud à Borisvke. Plus à l’ouest une grande pince couperait les arrières de Severodonetsk entre Bilohorivka et Popasna. Les Ru ont ici lancé leur effort principal et j’ai l’impression que la bataille du Donbass est en train de se jouer en ce moment (j’ai failli parler de phase 3, nous verrons la semaine prochaine). Popasna, gagnée la semaine dernière, était un objectif visé depuis des semaines. Cette position conquise a permis aux Ru de relancer vers le N et de prendre assez rapidement Olexsandropillia. Ils poussent au NNE vers Zolote.

Du nord, les RU auraient tenté de franchir la rivière Donetsk à Bilohorivka. Logique d’un point de vue tactique mais aussi géographique (approche sous des couverts boisés pour déboucher ensuite plein sud), ce franchissement a visiblement été un échec puisqu’il a été décelé par les UKR qui ont réussi à détruire les ponts flottants. Les combats semblent avoir été violents et les RU auraient été rejetés au N de la rivière. Cela constitue un succès tactique UKR d’autant plus que les moyens de franchissement sont rares. Certaines sources indiquent d’autres tentatives de franchissement plus à l’ouest, sans confirmation. Il reste que cette défense UKR constitue un clair succès tactique qui leur permet de repousser la tenaille russe et donc le siège de Severodonetsk.

Plus au sud, les RU poursuivent leur pression entre Donetsk et Popasna, avec des progrès minimes du côté d’Avdivka et peut-être à Novobakhmutivka et Kam’yanka. Si jamais des percées étaient avérées sur cette portion du front, elles affecteraient des positions établies depuis 8 ans.

Le front sud entre Donetsk et a rivière Dniepr a semblé moins actif même si là encore, des progrès minimes semblent avoir été effectués. Ainsi, les UKR auraient contre-attaqué du côté de Neskuchne (juste à l’ouest de Donetsk) tandis que les RU auraient poussé du côté d’Horlivka. Là non plus, pas de grandes modifications des lignes mais une percée semble possible. A Marioupol, la résistance d’Azovtal semble toucher à sa fin. Les derniers combattants, retranchés dans l’usine principale, n’auraient plus de munitions ; Les RU auraient pénétré dans le corps du bâtiment principal.

Le front de Kherson semble peu actif, malgré des tirs réguliers d’ART. Certains évoquaient ces dernières semaines une offensive russe, les rumeurs évoquent désormais une attaque UKR. Il reste que ce front est marginal. Enfin, l’île aux Serpents reste une question confuse. Les UKR avaient lancé deux assauts successifs vers le 8 mai. Ils semblent avoir été repoussés même si les chiffres de bilan communiqués par les RU sont excessifs. Si les traces des combats sont bien visibles, sur les photos de satellite, l’île paraît toujours détenue par les RU qui menacent donc directement le port d’Odessa et le sud de la Bessarabie.

Appréciation générale : certains observateurs parlent de point culminant de la manœuvre RU. Rappelons que selon Clausewitz, le point culminant est l’avancée extrême d’une offensive, ce point où elle n’a plus d’élan et où elle est obligée de reculer. S’il est incontestable que l’avancée RU est lente, elle ne me paraît pas stoppée et il est donc prématuré de parler de point culminant.

En revanche, le front semble se stabiliser sur ses marges : cela semble le cas à Kharkov mais aussi à Kherson. Le front Sud reste actif mais sans affecter les positions. Le front du Donbass en revanche paraît toujours très actif. Ainsi, la rive nord de la Donetsk semble quasiment aux mains des RU. La bataille de Lyman se poursuit. La pression sur Severodonetsk augmente et la percée de Popasna va inéluctablement peser sur les arrières UKR. Enfin, la ligne au N de Donetsk pourrait bouger si les quelques percées observées sont confirmées et exploitées.

La manœuvre opérative des RU se poursuit donc. Elle frappe par sa lenteur et certains ont le sentiment que les RU piétinent. Force est de constater que ce lent grignotage obtient encore des effets sur le terrain. Pour autant, il démontre que les objectifs russes paraissent limités. Certes, le gros des troupes UKR est installé dans le Donbass et le réduire constitue l’objectif principal de Moscou. Malgré tout, les progrès se comptent au maximum en kilomètres et la pression russe n’a pas obtenu jusqu’à présent d’écroulement localisé du dispositif UKR, ce qui est probablement espéré par l’état-major russe.

Les combats vont donc se poursuivre aussi longtemps 1/ Que les RU peuvent maintenir leur pression par le feu 2/ que les UKR peuvent résister sur leurs lignes.

A dimanche prochain, donc.

OK

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.