L’Amérique pour les nuls (Le cadet n° 78)

Au début plus de masques. Ensuite pas de tests. Et maintenant peu de vaccins. Et toujours aucun modèle statistique pour nous éclairer : la Covid se répand-t-elle plus ou moins vite avec ou sans confinement, avec le couvre-feu à 18 au lieu de 20 heures, davantage dans les rames de métro que sur les terrasses de café ? Pourtant, le contribuable paie des cabinets américains pour gérer tout ça, et ça ne sert à rien. Si, à ce qu’il n’y ait plus de masques, pas de tests et peu de vaccins.

L’Amérique, c’est le pays où vous passez sept fois plus de temps dans votre voiture qu’en Europe : où vous pouvez attendre deux heures pour une attraction dans un parc ; où les files d’attente aux guichets des banques et des postes n’énervent que les touristes et qui, d’un mot français, a fait un sport national : le queuing. L’Amérique c’est le pays des bullshit jobs, des cellules d’évaluation, des conference calls, des reports, des process et des benchmarking, des blue prints et des papers. L’Amérique, c’est le pays du verbiage et du papier, celui qui en 1969, au retour d’Armstrong, Aldrin et Collins, leur fit remplir une déclaration en douane pour les roches et poussières lunaires qu’ils rapportaient.

L’Amérique reste, en terme de productivité (rapport input-output : temps, main d’œuvre, énergie, matières premières et fossiles pour fabriquer un objet ou réaliser une action), en bas du tableau de l’OCDE, au choix lanterne rouge des pays industrialisés ou leader des pays en voie de développement. C’est celui qui, pour compenser sa sous-productivité chronique, n’a d’autre choix que de creuser une dette qui ne sera jamais remboursée et de fabriquer du dollar. Quand on s’en remet à prix d’or à ses consultants pour gérer une pandémie, plutôt qu’aux compétences nationales éprouvées, on sait à quoi s’attendre : un mode d’emploi de 45 pages par piqure, de la gesticulation et de l’argent public gaspillé.

« Le Rapport est ce que sont les limbes dans le Christianisme, écrivait Balzac. Depuis l’envahissement des affaires par le Rapport, il ne s’est pas rencontré de ministre qui eût pris sur lui d’avoir une opinion, de décider la moindre chose, sans que cette opinion, cette chose eût été vannée, criblée, épluchée par les gâte-papier, les porte-grattoir et les sublimes intelligences de bureaux. » C’est ce virus managérial d’importation, stade ultime de la bureaucratie, qui nous détruit. Il a contaminé l’Éducation puis la Médecine et récemment la Justice. L’Armée croit y avoir échappé : elle y passera comme les autres corps d’État. Le retour dans l’OTAN a-t-il un autre objectif ? Relisez l’article de 2019 du colonel Legrier publié dans la Revue Défense Nationale : nous perdons et perdrons dorénavant nos guerres parce que nous copions des Américains qui ne savent pas les faire. Le MinArm prévoit une nouvelle mouture de la Revue Stratégique de défense et de sécurité nationale ? On eut préféré une victoire au Sahel.

Le Cadet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.