Les Russes attaquent ! (Le Cadet n° 52)

Vous pensez que la Ligne bleue des Vosges passe désormais par la Montagne Sainte-Geneviève et le Jardin des Plantes, débarrassés des hordes barbares grâce au civisme désintéressé d’un lampiste élyséen ? Irresponsables que vous êtes ! Auriez-vous oublié l’Ukraine, la Crimée et l’affaire Skripal ? La Russie est chaque jour plus proche de nos campagnes et de nos compagnes. Il avait fallu annuler le contrat de leurs BPC et les envoyer sur le lac Amer, expulser quatre diplomates pour une histoire de poison finalement retrouvé dans un flacon de parfum ; voilà que nos soldats sont à moins d’une verste de Kaliningrad – pardon, Königsberg – pour la première fois depuis 1812. Patton avait raison : Nach Moskau ! Notre armée a sur cette question un savoir-faire reconnu.

Source

En attendant l’invasion promise, nos scénaristes savent que le méchant du film doit être méchant ; ça tombe bien, Poutine est très très méchant. Vous en doutez ? Si la Russie n’est pas plus entrée à Kiev qu’elle n’avait investi Tbilissi il y a dix ans, c’est bien la preuve qu’elle en conserve le projet. Ne s’obstine-t-elle pas à faire des manœuvres sur son territoire à quelques kilomètres de nos troupes ? N’a-t-elle pas proposé un plébiscite dans le Donbass, comme Hitler pour les Sudètes ? Ne s’est-elle pas fait la main en Crimée et aux élections américaines, complot du FSB qui a bourré les urnes et donné trois millions de voix d’avance à Clinton pour faire élire Trump ? A moins que ce ne soit l’inverse, tout ça n’est pas très bien expliqué, mais c’est la faute à Poutine et non à une constitution rédigée à la lueur des chandelles du temps de la marine à voile. Et que dire des Suédois qui réarment et ont rétabli il y a un an le service militaire, arbitrant budgétairement entre blindés et Canadairs ? Qu’ils ont compris, lecteurs comme nous dans notre prime jeunesse de SOS Météores, qu’un complot bolchevique était à l’origine du réchauffement climatique et de leurs incendies de forêt de cet été.

Alors pour arrêter en avant les chars russes en route pour le Quartier Latin, nous allons livrer une vingtaine de Caracals à l’Ukraine, cet État failli qui ne paiera jamais. C’est le contribuable français qui finance ces engins, apparemment bien plus utiles à la Brigade Azov qu’à une armée française qui va devoir attendre longtemps qu’on lui remplace un Caracal accidenté au Sahel. Mais Barkhane n’est qu’un front secondaire, c’est sur le Dniepr et la Contrescarpe que se joue l’avenir de la Nation, pas dans l’Adrar des Ifoghas. Déplaçons Sentinelle sur l’escalier d’Odessa où nos soldats auront peut-être, enfin, l’autorisation de tir !

Patton, qui se piquait de poésie, avait conclu un de ses sonnets guerriers d’un : « God, make us wise ! ». Le Dieu des Français doit roupiller ferme ces temps-ci.

Le Cadet (n° 52)

One thought on “Les Russes attaquent ! (Le Cadet n° 52)

  1. Un peu de lucidité dans un monde occidental de nian nian cretin pour moi il peut parfaitement y avoir alliance de circonstance entre islamistes djiadistes et Russe pour asservir l’Europe, après cela sera une autre histoire 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.