Danke Angela !

Un de nos fidèles correspondant réagit à la dernière lorgnette (ici) avec laquelle il n’est pas du tout d’accord. Tant mieux : cela nourrit le débat. Merci à lui. LV

Le billet intitulé « Tchüss Angèle ! » me paraît très représentatif d’une certaine arrogance, qui considère le plus souvent que seule la vision française serait bonne pour une Europe où seule la France aurait des idées ; il semble en revanche totalement méconnaitre ce qu’est l’histoire de l’Allemagne, notamment récente, et surtout qui sont les Allemands.

Commencer par qualifier Angela Merkel de « politicienne au sang-froid » qui « savait tuer ses rivaux politiques », évite de considérer quelques épisodes peu glorieux de notre propre histoire politique qui, tous bords politiques confondus, recèle de fameux « coups de Jarnac ».

Ecrire qu’elle fut « excellente pour arriver au pouvoir et s’y maintenir, mais ô combien décevante depuis qu’elle y régnait » conduit à poser une question : décevante pour qui ? Pour Paris, sans doute, mais par pour le peuple allemand qui, depuis 2005, a su la réélire à quatre reprises – même si ce fut moins confortablement la dernière fois – dans le cadre d’un processus parfaitement démocratique. Combien la France aura-t-elle connu de présidents dans la même période ?

Passons à « Son côté mesuré, nuancé et comme il faut » qui « a plu au notable français, impressionné par cette retenue germanique qu’il prend pour de la saine rigueur » ; certes, elle-même comme de nombreux hommes et femmes politiques allemands n’arborent pas le côté flamboyant de la plupart de leurs homologues français. Mais en matière de flamboyance, l’Allemagne a déjà donné il fut un temps…et elle s’en souvient. D’où peut-être la volonté d’affichage de ce comportement retenu. En tous les cas, si l’on peut souhaiter davantage de fantaisie dans le mode de gestion allemand, plus de rigueur ne serait parfois pas une mauvaise chose côté français…

S’agissant de l’arrêt du nucléaire, au demeurant initié par Gerhard Schröder en 2002, il se révélera sans doute sur le long terme une décision pénalisante pour l’Allemagne, mais c’est un choix national assumé sur lequel se retrouvent dans l’esprit une majorité d’Allemands. C’est en effet un vrai motif de désaccord avec Paris, qui pourrait d’ailleurs aller crescendo selon la coalition investie à Berlin après les élections de septembre 2021. Cela dit, l’arrêt du nucléaire est assez dans la tendance Green deal-bobo et l’engouement bruxellois pour Greta Thunberg. Quant à l’accord de 2015 sur les migrants, il place certes l’UE dans une situation complexe vis-à-vis de la Turquie ; mais qui y eût-il à l’époque pour présenter des alternatives pertinentes ? Je n’ai pas le souvenir que la France ou d’autres se soient alors révélés très créatifs et/ou originaux. La nature ayant horreur du vide, la proposition allemande occupa le créneau.

Si l’Allemagne est critiquée pour avoir préservé ses intérêts, qualifiés dans le billet « de court terme », c’est le rôle d’un chef d’Etat ou de gouvernement de les préserver et la France ne s’en prive pas ; et le pendant d’une supposée « germanolâtrie » n’est rien d’autre que le chauvinisme français, souvent brocardé dans les instances internationales. Mais que l’Allemagne s’implique pour faire valoir son point de vue et resurgissent immanquablement les ombres du passé ; qu’elle demeure sur la réserve et lui est alors reproché de ne pas tenir son rang – particulièrement par la France lorsqu’il s’agit d’opérations africaines – et de se satisfaire d’une diplomatie économique.

Venant de « l’année 0 » en cet été 1945, le « petit rentier satisfait et vieillissant » n’a pas obtenu par miracle cette aisance aujourd’hui jalousée mais par le travail et le sens de l’économie, contribuant à faire de l’Allemagne la première puissance économique européenne. De la même manière, Napoléon ne qualifiait-il pas l’Angleterre de « nation de boutiquiers », qui n’en finit pas moins par avoir raison de lui et de son Empire… ?

Nous avons l’Allemagne que nous avons voulue et fabriquée après 1945 : dénazifiée et démilitarisée, devenue pacifique sinon parfois pacifiste, elle s’est pleinement investie dans le développement de son économie, jugée un terrain de jeu à risques moindres par les Alliés et notamment la France. La critique de sa pusillanimité en matière de politique extérieure et spécifiquement de défense apparait donc aujourd’hui mal venue. Si elle peut aujourd’hui parler haut et fort, c’est seulement qu’elle en prit les moyens au fil des dernières décennies en faisant d’autres choix que Paris dans le cadre contraint qu’on lui avait assigné, sans coûteuse politique coloniale ni dissuasion nucléaire.

Alors, « Tschüss Angèle, tu ne nous manqueras pas » : je pense qu’au contraire, nous risquons fort de la regretter très vite, particulièrement à l’aune des coalitions potentielles que générera le scrutin de septembre : certains des scénarios, très plausibles, risquent alors de virer au cauchemar pour Paris. Essayons donc, si c’est possible, d’apparaître un peu moins méprisants (« die Nase hoch ») envers nos associés – et pas seulement allemands -, sans quoi nous mesurerons très vite notre solitude, avec pour seuls vis-à-vis nos déficits abyssaux. A cet égard, gardons aussi en mémoire que la promotion de brillants concepts avec l’argent des autres agace depuis longtemps nombre de nos partenaires plus vertueux, parés sur les bords de Seine du sobriquet de « frugaux ». Souhaitons que la crise sanitaire et ses lourdes conséquences socio-économiques ramène la France à plus de modestie. « Danke Angela !».

Eric Dell’Aria

2 thoughts on “Danke Angela !

  1. « Tchüss Angèle » ou « Danke Angela »? Voilà un débat d’idées constructif. Qui en fera la synthèse et proposera une voie à suivre? Intérêts de la France en premier? Ou intérêts de l’Europe? Nous allons vite nous retrouver à redéfinir la démocratie. Nous ne sommes plus gouvernés démocratiquement. Les institutions des pays membres de l’UE sont disparates. Les partis politiques ont perdu leur capacité représentative et n’ont pas compris la nouvelle nature du monde social bouleversé par les prémices d’un irrésistible changement de civilisation. Les partis se contentent d’être des machines à élections et un procès actuel nous montre l’ampleur de leur dévoiement.
    Mesurer la portée de « Tchüss Angèle » vs « Danke Angela » sur l’unité sociale européenne alors que nous sommes incapables de refaire notre propre unité sociale nationale ? Bon courage.
    La loi de 1905 sur la séparation de l’État et des Églises stipulait 4 religions: catholicisme, protestantisme réformé, protestantisme luthérien et judaïsme. La France est aujourd’hui le pays européen qui accueille le plus grand nombre de cultes.
    Si nous sommes désunis, si nos croyances divergent à 180°, pouvons-nous bâtir des stratégies communes?
    Comment porter la bonne parole chez les sourds?
    Sans doute faut-il renvoyer dos à dos Eric Dell’Aria (en le remerciant pour son intervention) et LV. Puis leur demander de revoir leur copie.
    Xavier d’Abzac
    PS: en attendant de trouver les bonnes solutions, LV doit continuer son travail d’analyse et d’orientation puisque le vide ne construit rien.

    1. Pour pertinentes que soient certaines remarques de Xavier d’Abzac, je n’ai pas le sentiment qu’elles correspondent – ou répondent – à ma réflexion sur l’Allemagne, dont le seul objet était de souligner la mauvaise foi, souvent, de commentaires virulents et déconnectés quant à la compréhension de l’histoire de ce pays plus compliqué qu’on le pense.
      Il n’est ainsi ni surprenant ni choquant que l’Allemagne préserve ses intérêts lorsque la France agit de même (comme tout Etat normalement constitué d’ailleurs).
      Au-delà, s’agissant des développements sur l’Union européenne, nous sommes d’accord que le projet reposant encore sur le rêve des années 50 ne répond plus à cette heure ni aux réalités ni aux préoccupations de la plupart des citoyens. La Conférence sur l’avenir de l’Europe permettra-t-elle d’y voir plus clair ou sera-t-elle un nouveau « Volapük » ? Je me garderai de tout pronostic.
      De la même manière, si les réflexions relatives à la religion ne sont pas en lien direct avec mon texte, le thème du religieux a une vraie pertinence socio-culturelle – et spirituelle – pour le monde d’aujourd’hui et dans lequel vivront nos enfants et petits-enfants, spécifiquement en Europe.
      Bien d’autres points pourraient de toute manière être abordés, notamment en matière de défense – faut-il s’acharner à poursuivre certaines utopies, à l’UE ou dans l’OTAN (cf certains paragraphes du communiqué du dernier sommet le 14 juin dernier) ? etc…- Mais ce serait un autre débat et une fois encore, nous sortirions du cadre strict dans lequel j’ai rédigé ma réponse à LV.
      Aussi, dans l’état actuel des choses, je ne vois pas vraiment de raison de « revoir ma copie », certes assez entière, mais la communication de LV ne l’était-elle pas tout autant ?
      Bien à vous
      Eric Dell’Aria

Répondre à Xavier d'Abzac Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.