La Vigie n° 92 – 11 avril 2018 : Patchwork nucléaire – Le temps est couvert – Vu de la Lorgnette : Homicides au Brésil

Abonné? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien!

Lettre n° 92, La Vigie du  11 avril 2018

Patchwork nucléaire

La Guerre froide était fondée sur un clivage idéologique très profond qui opposait deux camps bien identifiés. Cette opposition servit parfaitement la construction d’une dissuasion nucléaire fondée sur la dialectique stratégique entre deux acteurs. Aujourd’hui, la complexité s’est installée : non seulement il y a plusieurs théâtres d’opposition nucléaire, mais ceux-ci réunissent toujours plus de deux acteurs et enfin, il y a désormais une connexion générale de ces théâtres locaux, sans qu’un super acteur réussisse à polariser l’ensemble. Dès lors, une nouvelle grammaire stratégique paraît nécessaire pour penser ce patchwork nucléaire.

Le temps est couvert.

Le temps se gâte. La caution politique et l’avantage moral que les pays de la liberté retiraient de leur comportement vertueux au service de la gouvernance mondiale se sont érodés avec la vague de mondialisation dont les enjeux économiques ont perverti les démocraties. Faute de leadership et de régulation internationale acceptables, on recourt aux sanctions et on se livre aux jeux dangereux de l’intimidation. C’est une régression collective. D’autres modèles politiques et stratégiques pourraient alors voir le jour consacrant des acteurs alternatifs efficaces.

Lorgnette :   Homicides au Brésil

JDOK

Source : https://pixabay.com/fr/europe-drapeau-star-bouton-bleu-67396/

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique!

Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.