Voter aux primaires ? A toutes !

Il y a un lien consubstantiel, très souvent oublié, entre la guerre, la citoyenneté et la démocratie. Un petit rappel est ici nécessaire : dans les temps anciens (au sens propre : dans les temps féodaux), la guerre commençait à devenir trop chère et à s’étendre sur des territoires trop vastes pour que la simple prédation suffise à la financer. Les rois de l’époque se mirent donc à lever l’impôt, forme de modernisation et de normalisation d’un processus qui veut qu’une des causes de la guerre soit aussi la conquête de ressources. Mais il faut des ressources pour la faire, cercle vicieux et souvent infernal, c’est toutefois une autre histoire que je vous conterai quelque jour.

 Source

Car avec l’impôt apparut assez rapidement le consentement à l’impôt… Ainsi s’explique la magna carta de 1215 ou les différents États généraux de l’Ancien Régime qui, jusqu’au dernier, articulèrent sans surprise la question fiscale (donc le financement d’un État donc la première fonction est la guerre, vous savez cela par cœur) et l’affirmation de droits politiques. Une fois cette question réglée comme l’on sait (par une petite Révolution), le nouveau Régime inventa très vite le concept de la Nation en armes puis, quelques décennies plus tard, établit le service militaire. On devenait à la fois citoyen et soldat, citoyen parce que soldat. Le service militaire était l’un des derniers impôts en nature (celui du temps et du risque). Je vous laisse sur l’hypothèse que la disparition du service entraîne une perte de citoyenneté, mais non je n’irai pas jusque-là… En revanche, j’affirme qu’il y a un lien très clair entre la guerre, la chose publique, la citoyenneté et la démocratie.

S’intéresser aux questions de défense implique logiquement de s’intéresser à la démocratie pratique, au jour le jour. Ce qui nous amène à la prochaine campagne électorale. Donc à la question des primaires.

Je vais ainsi voter à la primaire de la droite mais aussi à la primaire de la gauche (j’avoue encore hésiter pour la primaire écolo et il n’y en a pas chez Lutte Ouvrière ou au Front National, mais patience, leur tour viendra, ils ne sont juste pas encore assez primaires pour faire des primaires). On l’aura compris, nul partisianisme ici puisque nos hommes politiques ont eux-mêmes dévoyé l’esprit de la Constitution de la Ve République avec 1/ le quinquennat  (J. Chirac) 2/ le déroulement de la présidentielle avant la législative (L. Jospin). Du coup, le vrai premier tour d’une élection est devenu celui des primaires, dans les actuelles conditions de température et de pression : au premier tour, (celui de la primaire) chaque camp choisit son candidat, au deuxième (le premier tour de la Présidentielle), on élimine les candidats et au troisième (c’est-à-dire le deuxième de la Présidentielle, normalement vous m’avez suivi jusque-là) ne compte plus que pour du beurre.

Pour exercer mes droits de citoyen, j’estime ainsi de mon devoir de m’inscrire à toutes les primaires que je veux. Bon, il va falloir payer pour ça, première réminiscence du vote censitaire, premier retour en arrière de l’histoire (si ça se trouve on va remonter jusqu’à la féodalité…) Précisons que je m’accommode sans difficulté de toutes les déclarations de valeurs qu’on me demandera d’approuver, partant du principe que les candidats élus ne croient pas plus que moi à ces valeurs puisque nous sommes désormais dans un monde de relativisme absolu, où la Constitution est dévoyée de sa logique profonde et où tout se vaut.

Sauf peut-être “la raison première de l’État”, comme disait un certain Charles.

Colonel Moutarde

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.