Bruit de fond nucléaire persistant

En cette fin de l’été, l’attention est monopolisée par la pression nucléaire nord-coréenne (et en arrière-plan la requête iranienne) dont l’interlocuteur principal est les États-Unis, première puissance nucléaire du monde. Mais au début de cet été, on se souvient de la démission du CEMA sur fonds de controverse budgétaire liée, entre autres, à la perspective d’investissements soutenus dus au renouvellement de notre panoplie nucléaire stratégique.

N’oublions jamais que la question nucléaire reste passionnelle et que d’Hiroshima à Fukushima en passant par Tchernobyl, elle mobilise autant les sciences que les consciences.

Source

D’où vient donc la réticence voire l’hostilité générale à l’exploitation de l’atome ? La réponse est bien identifiée : à sa première utilisation qui a été militaire et dramatique.      (cliquez pour lire la suite)

Continue reading « Bruit de fond nucléaire persistant »

Corée du nord – Amérique : bluff nucléaire ?

L’escalade nucléaire entre la Corée du Nord et les États-Unis est aujourd’hui rhétorique. Cela est d’ailleurs conforme à la logique de la stratégie nucléaire qui donne une part belle aux discours et aux signaux. La plupart du temps, dans le cas de puissances nucléaires établies et reconnues comme telles, ces discours suffisent. Dans le cas de la Corée du Nord, l’ambiguïté de la reconnaissance pose problème et explique en grande partie les rodomontades que nous entendons. Le plus rationnel semble d’ailleurs Kim il Jun (il est loin d’être fou, contrairement à ce que racontent beaucoup de commentateurs candides), même si Donald Trump est lui aussi plus rationnel qu’on ne le dit, malgré son impulsivité.

Source Continue reading « Corée du nord – Amérique : bluff nucléaire ? »