N° 73 : Point sur la Chine | Afghanistan : toujours plus confus | Loyauté et réserve

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Extrait des articles présents dans cette lettre :

Un point sur la Chine à l’été 2017

Au loin, la Chine joue un rôle clé dans nos représentations stratégiques, comme on l’a exposé en détail en 2015 (cf. LV 14).

Une puissance déconcertante. Souvent perçue comme une énigme, la Chine focalise les peurs d’un Occident qui subit sa relativisation et tente d’échapper au changement de paradigme stratégique (cf. LV 58 et 61). Civilisation résurgente, masse hors normes, vaste espace souvent illisible -mais désormais au premier rang économique mondial-, elle apparaît comme une puissance déconcertante qui esquive les rapports de force. Et elle semble se dérober, sinon au pouvoir, du moins à la puissance selon les canons occidentaux. Si elle veut prendre le meilleur de l’Occident, elle entend bien garder le meilleur de la Chine. Elle parle plus volontiers de développement pacifique, de coopération et d’harmonie que de conflit et préfère la compétition agile à la confrontation directe. Trop bouger, c’est nuire à l’harmonie des choses. Elle privilégie donc les jeux ouverts  […]

Afghanistan, toujours plus confus

Qui s’intéresse encore à l’Afghanistan ? La dernière fois que la France l’a fait, c’était au moment de l’élection présidentielle de 2012 : autant dire, une éternité ! À l’époque, il s’agissait juste de savoir si on allait retirer tout de suite les troupes françaises de la Force Internationale d’Assistance et de Sécurité (FIAS, sous direction de l’OTAN) ou si on attendrait la fin de l’année. Depuis, ce pays trop complexe a été vite oublié.

Pourtant, voici un des champs d’opérations sur lequel la guerre se déroule continûment depuis des décennies. Alors que les stratégistes sont attentifs à l’Irak et à la Syrie, observent de loin ce qui se passe en Libye ou dans la bande sahélo-saharienne, savent bien qu’un massacre se déroule au Yémen, rares sont ceux qui surveillent encore l’Asie centrale. Or, le sujet risque de revenir rapidement au premier plan […].

Lorgnette : Loyauté et réserve

Sourceimage :Fenners1984 via Visualhunt / CC BY-NC-ND

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique !

 

Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf).

 

N° 66 : Programme de défense | Où va la Pologne ?

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Extrait des articles présents dans cette lettre :

Un programme de défense et de sécurité pour la France

Voici le dernier volet de notre réflexion pour alimenter le débat stratégique 2017 avant le premier tour des présidentielles. Il esquisse des grandes pistes qui auraient pu se trouver dans une vraie plateforme présidentielle de défense (LV 64). Il prolonge la manœuvre de défense de la France (LV 65). Arrivé à ce point de l’analyse, on voit que beaucoup a été fait au plan technique pour doter, organiser, projeter nos forces là où le pays joue sa sécurité dans les territoires extérieurs et intérieurs même si l’opération Sentinelle n’est qu’un pis-aller temporaire. Mais trois questions clés se posent encore, hors des catalogues de mesures techniques. La France a-t-elle aujourd’hui les moyens de sa défense ? Le pays doit-il (peut-il) consacrer une plus grande part de sa richesse nationale à sa sécurité ? Que faut-il faire pour mettre la France à l’abri des chantages et des coups ?[…].

Où va la Pologne ?

La Pologne suscite peu d’intérêt en France : trop lointaine pour être dans notre paysage familier, trop petite pour compter vraiment à nos yeux, elle est négligée. Or, il convient d’y jeter un œil plus attentif pour au moins deux raisons : d’une part à cause de ses relations complexes avec la Russie, d’autre part à cause de l’équilibre intra européen qui évolue. En d’autres mots, la Pologne pèse aussi bien à l’Otan qu’à l’UE, et comme elle n’est pas seule, ses obsessions stratégiques qui ne sont pas les nôtres, affectent par contrecoup nos intérêts […].

Lorgnette : Terroristes centrasiatiques

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique !

Source image DrabikPany via Visualhunt.com / CC BY

 Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf).

 

Nouveau joueur, mêmes techniques : les élections présidentielles en Ouzbékistan

Un de nos correspondants revient d’une mission en Ouzbékistan. Il nous en rapporte le texte publié ci-dessous, nous demandant de ne le signer que de ses initiales afin de permettre de futures missions en Asie Centrale. Il n’est en effet pas sans critiquer certains aspects de la « gouvernance » locale.  Merci à lui. La Vigie.

See original image

Source

Sans grand surprise et à l’issue d’une campagne électorale sans relief, Shavkat Mirziyoyev, candidat du parti Libéral-Démocrate (Ozlidep), a été élu président de la République d’Ouzbékistan le 4 décembre 2016 avec 88,6% des suffrages exprimés et un taux de participation de 87,7% des quelques 21 millions d’électeurs ouzbèks. Ses « concurrents », représentant respectivement les partis XDP (Parti Démocratique du Peuple), Adolat (Justice) et Milliy Tiklanish (Renouveau National) se sont partagés les maigres miettes restantes. Les trois candidats à la présidentielle n’étaient présents que pour donner l’illusion du choix dans une élection courue d’avance : après avoir été « baptisé » en septembre 2016 à la suite du décès d’Islam Karimov, Shavkat Mirziyoyev a obtenu sa « confirmation » populaire le 4 décembre. Continue reading « Nouveau joueur, mêmes techniques : les élections présidentielles en Ouzbékistan »