La Vigie 99 -1er août 2018 : Mali, l’entre-deux – La Russie réinvestit l’Égypte – Lorgnette : Échéances planète

Lettre La Vigie n°99 – 1er août 2018 Abonné? directement la lettre en cliquant sur ce lien!

Mali, l’entre-deux

Vu de France, le Mali pose d’abord une question sécuritaire. Malheureusement, cette perception empêche de voir les réalités géographiques et politiques plus complexes que la seule “lutte contre le terrorisme”, slogan maladroit qui justifie notre action. Car la question malienne (et au-delà, régionale, au Sahara comme au Sahel qui obéissent d’ailleurs à des logiques différentes) est d’abord celle de l’organisation étatique. Pourtant, quelques facteurs d’optimisme sont là qu’il faudrait renforcer afin que le succès militaire “en premier” soit poursuivi par une action politique et économique “en second”..

 

La Russie réinvestit l’Égypte

La Russie qui prospecte d’anciennes positions soviétiques se réinstalle progressivement le long de la grande artère maritime qui relie la Mer du Nord à l’océan Indien. Ce faisant elle trouve dans l’Égypte du président Sissi un partenaire central sensible à son leadership et à ses arguments stratégiques, sécuritaires et économiques. Sa capacité de médiation et son habileté régionale font d’elle l’acteur de la reconstruction stratégique du Levant, un interlocuteur avec lequel la France doit aujourd’hui composer pour retrouver une place dans le jeu.

 

Lorgnette : Échéances planète

JDOK

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique!

Photo crédit : Watsons Wanderings on Visualhunt / CC BY-NC

Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf)

Retrait des Etats-Unis de l’accord de Vienne : une injustice pour les Iraniens (A. Amir-Aslani)

A la suite de notre numéro 95 (lire ici gratuitement), nous sommes heureux d’accueillir Maître Ardavan Amir-Aslani qui est avocat d’affaires à Paris. Il a publié plusieurs livres sur l’Iran et le Moyen-Orient dont le dernier, De la Perse à l’Iran, 2500 ans d’histoire (L’Archipel, 2018).

Le 8 mai dernier, les États-Unis se sont retirés de l’accord sur le nucléaire iranien signé à Vienne le 14 juillet 2015, une décision assortie du rétablissement de l’intégralité des sanctions levées, et de nouvelles sanctions à l’encontre des multinationales qui voudraient investir en Iran.

Source

Vu de Téhéran, cette décision constitue une injustice d’autant plus grande que l’Iran a toujours respecté ses engagements à la lettre. Ce point fut formellement confirmé par l’AIEA dans onze rapports successifs, et rappelé dès le 9 mai par son président Yukiya Amano. Continue reading “Retrait des Etats-Unis de l’accord de Vienne : une injustice pour les Iraniens (A. Amir-Aslani)”

La Vigie n° 95 (gratuit) – 23 mai 2018 : Trump, l’Iran et l’impuissance européenne – L’impossible régulation – Vu de la Lorgnette : Populisme irakien

Abonné? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien!

Lettre n° 95,  La Vigie du  23 mai 2018

 

Photo credit: IAEA Imagebank on VisualHunt.com / CC BY-NC-ND

 

Trump, l’Iran, l’Europe

La décision de Donald Trump de se retirer de l’accord nucléaire iranien n’a surpris que les crédules. Il confirme une promesse de campagne et met en œuvre sa politique de remise en cause de l’état du monde. Elle a bien sûr des conséquences au Moyen-Orient et sur l’ordre nucléaire. Elle a surtout des effets économiques très profonds qui affectent d’abord les Européens. Ceux-ci sont à l’heure de vérité, s’apercevant que l’État voyou n’est pas celui qu’ils croyaient. Réagiront-ils avec fermeté ou démontreront-ils, encore une fois, leur impuissance ?

 

L’impossible régulation

La régulation nucléaire stratégique a mis du temps à s’établir dans le monde bipolaire de la guerre froide. La dérégulation a commencé à la fin de celle-ci avec la multipolarité, les tolérances et les exceptions et les truquages. Elle s’amplifie avec le retrait américain de l’accord iranien qui menace la sortie de l’impasse coréenne, ignore la nécessaire valorisation de l’électronucléaire, renvoie des pays à rassurer vers une prolifération nucléaire militaire rampante. Le désarmement nucléaire n’est pas pour demain.

Lorgnette :  Populisme irakien

Photo credit: IAEA Imagebank on Visualhunt / CC BY-SA

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou téléchargez ce numéro (cliquez)  Ce numéro est GRATUIT. Cela peut toutefois vous inciter à prendre un abonnement découverte (18 € pour trois mois) ou un abonnement annuel (voir la boutique). C’est également une façon de nous soutenir…

Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf)

La Vigie n° 94 -9 mai 2018 : Régionalismes d’Espagne et d’ailleurs – La piste vietnamienne – Vu de la Lorgnette : Le défi démocratique libanais

Abonné? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien!

Lettre n° 94, La Vigie du  9 mai 2018

 

 

Régionalismes d’Espagne et d’ailleurs

L’autodissolution de l’ETA au pays Basque espagnol ne signifie pas seulement la cessation d’une lutte armée, mais surtout il marque la fin d’une idéologie périmée : celle de l’ indépendantisme révolutionnaire. Il révèle en creux l’équilibre géopolitique interne de l’Espagne, pays qui a finalement peu connu d’Etat fort et qui, à la faveur de la démocratie en 1975, a inventé une voie originale de décentralisation qui n’est pas une fédération. Cela permet de comprendre la tension actuelle qui existe entre Madrid et la Catalogne. Cela ne signifie pas que les questions régionales soit terminées, en Espagne comme en Europe, car elles sont aussi des réponses à la mondialisation furieuse.

 

 La piste vietnamienne

Le Vietnam subit la présence d’un encombrant voisin dont il doit s’accommoder depuis des lustres. Alors qu’il imite son modèle politico-économique, il doit veiller à ne pas tomber dans son orbite. Il déploie pour ce faire une subtile stratégie du juste milieu et recherche via de multiples partenariats la profondeur stratégique qui lui manque. La stratégie d’équilibre qu’il déploie doit lui permettre de préserver la centralité du parti, de satisfaire un développement attendu et de contenir une opinion publique nationaliste.

 

Lorgnette :  Le défi démocratique libanais

 

JDOK

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique!

 

Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf)

photo crédit :  : Photo credit: Ti Yab on Visualhunt.com / CC BY

 

 

 

Étude n° 8 : Où vont nos voisins européens ?

Abonné? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien!

Étude stratégique n° 8, du  5  mai 2018

Nous avions écrit une étude stratégique reprenant les avis de nos principaux voisins européens au sujet de la France (ES n°4 de novembre 2016). Ce tour d’horizon nous paraissait nécessaire avant l’élection présidentielle.Il nous a paru utile de retourner le regard et de regarder les horizons stratégiques de nos principaux voisins. Comme toujours, il en manquera. De même, les esprits sourcilleux s’étonneront de voir, dans cette revue titrée sur l’Europe, les États-Unis de M. Trump ou la Turquie : disons que nous préférons ce terme de grande Europe à la notion d’Occident qui nous semble encore plus malaisée.

On s’aperçoit de beaucoup de points communs : des démographies pas toujours solides, des économies qui repartent lentement, surtout des troubles politiques qui partout empoisonnent la vie publique et démontrent que le modèle hérité du XXe siècle est à bout de souffle. Cela entraîne des à-peu-près stratégiques qui sont patents.

Mais la tendance semble bien être le retour à des fondamentaux, ceux de l’intérêt national. C’est à la fois rassurant (car on raisonne sur des bases connues) et inquiétant (tant cela montre l’irréalisme de certaines postures actuelles). Là gît la source d’un vrai danger, d’autant plus vif qu’il est peu étudié.

Bonne lecture,

JDOK

SOMMAIRE

  • Où va l’Allemagne ?                                                                                                          p. 3
  • Où va le Royaume-Uni ?                                                                                                  p. 6
  • Où va Trump ?                                                                                                                   p. 9
  • Où va la Turquie ?                                                                                                             p. 12
  • Où va la Pologne ?                                                                                                             p. 15
  • Où va l’Italie ?                                                                                                                    p. 18
  • Europe, unité, régions                                                                                                      p. 21

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique!

Crédit photo : Miradortigre on VisualHunt / CC BY-NC

Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf)

La question énergétique dans les orients – Orients Stratégiques n°6

La revue Orients stratégiques, à laquelle contribue notre partenaire Pierre Berthelot, a publié en début d’année son sixième numéro sur la question énergétique. Nous avons demandé à Nicolas Mazzucchi, chargé de recherche à la FRS, de nous proposer une recension : la voici. Merci à lui. JDOK

L’orient, pardon les orients, intriguent autant qu’ils fascinent et inquiètent. La question de savoir si le XXIe siècle sera celui de l’Asie est toujours ouverte, même si avec la mondialisation il est devenu difficile de cantonner aussi nettement les choses. Au sein de ces orients, la question énergétique – on aurait aussi bien pu parler des questions énergétiques tant les problématiques sont diverses – occupe une place centrale. Réunissant à la fois certains des plus grands producteurs et des plus importants consommateurs de toutes les ressources énergétiques possibles, les orients sont au cœur de l’énergie et des enjeux géopolitiques et géoéconomiques induits. Il apparaissait donc nécessaire de s’intéresser à ce domaine si particulier ; c’est chose faite avec ce numéro de la jeune revue Orients stratégiques. Continue reading “La question énergétique dans les orients – Orients Stratégiques n°6”

L’aire arabe, état des lieux (Pr Chater, Tunis)

Nous sommes heureux de publier ce texte du Pr. Khalifa Chater (de l’université de Tunis), qui vient fort à propos. Merci à lui. JDOK

Nous ne revenons pas ici sur les dessous du “ printemps arabe ”. Fait évident, la géopolitique régionale et internationale a exploité la dynamique sociopolitique interne et a engagé des scénarios déterminants, dans un jeu politique au profit de la mouvance de l’islam politique et au détriment des Etats-nations. Ce qui a mis en cause les rapports de forces d’antan et redessiné la carte géopolitique arabe. Le soulèvement populaire en Egypte a précipité la chute du pouvoir des Frères musulmans. En Tunisie, la soft-révolution de l’été 2013, a suscité la démission de la troïka et a permis, après les élections de 2014, l’établissement d’un régime d’alliance Nida Tounes/Nahdha, à l’appui d’une constitution de consensus, instituant l’état civil, consolidant les acquis du régime bourguibien et établissant la liberté de consensus et la tolérance. Par contre, la guerre civile, en Syrie et en Libye a été aggravée par l’établissement du pouvoir de Daech, le pseudo califat, en Irak, en Syrie et bien au-delà. Ses échecs lui ont ôté sa dimension territoriale, sans écarter ses menaces terroristes. Au Yémen, une guerre d’usure met en danger la population.

Source

Des nouveaux enjeux.

Continue reading “L’aire arabe, état des lieux (Pr Chater, Tunis)”

La Vigie n° 89 – 28 février 2018 : La désescalade comme grande stratégie – Escalade syrienne – Vu de la Lorgnette : Le narratif français

Abonné? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien!

Lettre n ° 89, La Vigie du 28 février 2018

Escalade et désescalade ...

La désescalade comme grande stratégie

Le temps est venu pour la France d’adopter une grande stratégie qui pour le début du XXIe siècle a commencé. Au moment où un épisode de Guerre froide se profile et où le monde euro-atlantique semble perdre son sang froid et une cohésion, la France pourrait promouvoir une désescalade généralisée et un retour sur les bases de la sécurité du continent européen. Pour retrouver la position avantageuse de la puissance d’équilibre entre Amérique, Europe, Afrique et Asie, il lui faudra dans une certaine mesure se désaligner et de désintoxiquer d’un soutien militant aux structures et aux pratiques du monde d’hier.

Escalade syrienne

En Syrie, la guerre civile a toujours vu des intervenants extérieurs interférer. L’EI disparu, sur l’ascendance d’une montée des enchères qui voit deux axes s’affronter presque directement: États-Unis, Israël et Arabie de un côté; Syrie, Russie, Iran et Turquie de l’autre. Si tous les dirigeants ont montré la stabilité par le passé, cela n’inquiéterait pas outre mesure. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Le risque d’escalade inquiète.

Lorgnette : Le narratif français

JDOK

Crédit photo: Pixabay.com/fr/alpiniste-grimper-2100050/

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro dans la boutique!

Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf)

 

 

N° 86 : Angles morts stratégiques et vulnérabilités françaises – Révoltes : saison 2 ? – Lorgnette : Manoeuvre missilière

Abonné ? Téléchargez directement la lettre en cliquant sur ce lien !

Lettre n° 86 La Vigie du 17 janvier 2018

Angles morts stratégiques et vulnérabilités 

Quels sont les angles morts de notre défense et de notre sécurité nationale? Assurément, notre dispositif de défense du territoire national, bien qu’imparfait, est toujours à la hauteur de la France. Mais notre posture de sécurité intérieure reste fragilisée par les lacunes conceptuelles d’une stratégie nationale dont la cohérence est insuffisante. Il faut se mettre en capacité non seulement sociale, politique et judiciaire mais aussi militaire d’assurer l’ordre public, indispensable garant de l’Etat de droit.

Révoltes : saison 2 ?

En ce début 2018, deux mouvements populaires affectent l’Iran et la Tunisie. S’ils renvoient apparemment aux troubles précédents (respectivement en 2009 et 2011), ils s’en distinguent par leur nature principalement sociale. Cela signifie surtout que si les systèmes politiques ne sont pas remis en cause, les équilibres intérieurs posent problème, qu’il s’agisse des alliances compliquées à Téhéran ou de la coalition en place à Tunis. L’hypothèse d’un changement de régime est peu probable mais l’absence d’alternative politique intérieure suscitera vraisemblablement d’autres crises similaires.

 

Lorgnette :   Manœuvre missilière

 

Photo crédit :  Amine Ghrabi on Visualhunt.com / CC BY-NC

Pour lire les articles en entier, connectez-vous ou achetez le numéro (lien) dans la boutique !

Attention, vous devez avoir le logiciel Acrobat Reader installé sur votre poste pour lire notre lettre (format .pdf)

Où va l’Arabie saoudite ? De Al-Saoud à Al-Salman… (Pr. A. Mekkaoui)

De nombreux observateurs occidentaux suivent avec intérêt, et parfois une certaine angoisse, les changements radicaux entrepris par le Prince héritier et nouvel homme fort de l’Arabie saoudite, car le récent tournant majeur opéré dans l’ordre de succession du royaume s’y traduit d’une manière révolutionnaire et rapide.

La famille Al-Saoud va être phagocytée par le clan d’Al-Soudar ; cette dernière se divisera en deux en fondant une nouvelle dynastie héréditaire appelée les Al-Salman. Le mode adelphique a disparu au profit d’un système politique plus ouvert aux composantes de la société saoudienne qui étaient marginalisées depuis la création de ce jeune État de 1932. C’est aussi un glissement risqué à cause de la purge en profondeur d’un système archaïque. De plus l’émergence du Prince Mohamed Ben Salman comme moteur de ce changement radical a été validée par les plus grandes puissances, les États-Unis, la Russie et la Chine.

Arabie saoudite: Mohammed ben SalmaneSource

Depuis janvier 2017, le Prince héritier a lancé trois réformes globales, une restructuration du champ religieux, une réforme en profondeur du système politique et développé une vision économique ambitieuse.

Dans cette perspective, énumérons les principaux chantiers en cours.

Continue reading “Où va l’Arabie saoudite ? De Al-Saoud à Al-Salman… (Pr. A. Mekkaoui)”