La fragmentation de l’espace européen peut-elle causer une instabilité globale ? (R. Leray)

René Leray a été un conseiller de Jacques Delors quand celui-ci dirigeait la commission. Il dirige un groupe de recherche à l’université Saint-Louis à Bruxelles et reste passionné par les questions de géopolitique européenne. Nous le remercions de nous avoir confié le texte d’une allocution prononcée le 24 avril dernier au forum Réalités  de Tunisie. JDOK.

Source

Il s’agit d’un thème actuel et important mais difficile à appréhender tant il est vaste et multidimensionnel et tant la position de l’observateur et l’ampleur de la période d’observation et d’analyse peuvent aisément conduire à des interprétations partielles, partiales, voire erronées.

Je me limiterai donc à quelques réflexions basées sur mon expérience européenne.

D’abord le fait, je pense incontestable que si l’on se situe dans le « temps long » (plusieurs décennies) et non dans l’actualité médiatisée (et parfois déformée), l’espace européen (entendu comme le continent européen) se caractérise non par une fragmentation mais au contraire par une unification et une intégration (économique et politique) de plus en plus profonde et de plus en plus large.

Sans reprendre ici l’histoire des traités européens, depuis celui du charbon et de l’acier jusqu’à celui de Lisbonne, il est évident qu’une œuvre considérable et impensable à l’origine a été accomplie.

A mon sens cette « construction » impressionnante, imparfaite et perfectible, fragilisée un temps par les crises récentes, la montée de sentiments populistes et europhobes, des « bousculements » venus tant de l’Est que de l’Ouest, n’en reste pas moins indispensable, solide et résiliente, capable d’avancer derrière « l’écume des jours ».

Pour preuves, au niveau de l’ensemble de l’Union, des avancées importantes  et récentes comme le Fonds européen de Défense, l’Union bancaire, l’Union des marchés des capitaux…au niveau de la zone euro, la mise sur pied prochaine d’un budget propre et de mécanismes améliorés d’une gouvernance collective plus efficace et plus légitime…au niveau franco-allemand le traité d’Aix- la- Chapelle synonyme d’une forte volonté de convergence conceptuelle et stratégique renforcée qui portera beaucoup de fruit…

Mon « pronostic » ne serait donc pas celui d’une fragmentation durable de l’espace européen, mais au contraire, après un temps de désarroi et d’incertitude, d’une reprise de la « marche en avant », avec cette fois une volonté de franchir ce que j’appellerais « le seuil de la puissance suffisante », au-delà de la seule « norme sans la force » ( Zaki Laïdi) mais autrement que la « force sans la norme » … que certains souhaiteraient maintenant pratiquer…

Ce « franchissement » devra beaucoup peut-être aux « bousculements » que j’évoquais précédemment mais pas seulement.

Il se fera également en défense légitime des intérêts européens et des valeurs communes ; en recherche de l’efficacité dans un monde globalisé ; en soutien actif à la rénovation/extension du multilatéralisme.

L’Europe et, ce que l’on a appelé « l’archipel de la gouvernance mondiale » (Ambassadeur Dejammet) doivent donc faire preuve plus que jamais de sang- froid, de patience et de détermination stratégiques.

Cela vaut également pour tous les pays et tous les acteurs attachés à la régulation par la concertation et par le droit plutôt (je cite Jean Monnet) qu’à « l’esprit de supériorité et de domination… qui a causé des guerres… et peut encore, s’il n’est pas détruit, condamner le monde ».

René Leray

4 thoughts on “La fragmentation de l’espace européen peut-elle causer une instabilité globale ? (R. Leray)

  1. Merci René de ce commentaire auquel on ne peut qu’adhérer.
    Surtout si l’on dissocie le nécessaire projet européen d’une Union européenne qui est à bout de souffle et a donc fait son temps. Je pense qu’elle n’est plus réparable.
    Il est pour moi urgent de bien en identifier les acquis communautaires et stratégiques et de les apporter enfin à une autre formule géostratégique, cette fois-ci en phase avec la planète de 10 milliards d’habitants qui se profile et dont la grande Europe (et non l’UE sans visage) sera le pôle d’équilibre entre Asie, Afrique et Amérique.
    L’UE en se confinant dans le rôle stratégique de bras continental de l’Occident et de modèle normatif de l’économie de marché mondialisée a de facto abandonné le projet européen initial. Parlons-en plus et vraiment.
    Il nous faut ce sursaut de lucidité et d’ambition.
    Pour moi là est l’enjeu.

    1. Merci Jean
      Tel est bien effectivement l’axe des réflexions que je souhaite démarrer à l’université Saint Louis sur le concept de “puissance suffisante” liée notamment mais pas seulement à la bonne valorisation des atouts stratégiques, constitués mais non pleinement utilisés à ce stade, de l’Union européenne. Ces atouts et leur conduite devraient participer d’une forte cohérence conceptuelle et stratégique dont, me semble-t-il les plus récentes interventions et décisions du président français donnent de bons exemples même si, pour le moment, ils n’exercent pas un effet d’entrainement suffisant… à suivre donc et à creuser

    2. Bonjour Messieurs,
      Merci de votre contribution et de vos remarques constructives sur l’avenir de l’Europe.
      Nous vous informons que l’Institut Franco-Russe des Etudes Economiques que dirige le Pr. Edouard Husson, maintenant à l’Université de Cergy Pontoise, s’est doté d’un pôle économique pour étudier le développement européen dans l’ensemble de la problématique du monde multipolaire. Rattachée à cette université depuis le début de ma carrière de Maître de Conférences en Sc Economiques, je me réjouis que le centre de recherche auquel j’appartiens (CEMI) rejoigne l’UCP. Je pense que des coopérations pourront être fructueuses dans le cadre de vos études présentes et de nos travaux dans le CEMI de lFAEE.

Répondre à Hélène Clément-Pitiot Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.